La paix soit avec vous

édito de Marc Larchet«La paix soit avec vous ». Par ces mots, Jésus vient rejoindre, quelques jours après sa mort sur la Croix, ses disciples apeurés et verrouillés.

Dans un premier temps, ils ne le reconnaissent pas. Il faut que Jésus leur prouve par le toucher de son corps, qu’il est bien celui qui les a appelés, qu’ils ont suivi, dont la mort, impensable au point de le renier, leur a fait perdre toute espérance. Pas de doute, c’est bien Lui.

Les voilà de nouveau remplis de joie comme le sont les deux compagnons d’Emmaüs racontés par Luc. Retournés, convertis, leur vie est renouvelée.

Envoyés par Jésus, ils peuvent, nourris par l’Esprit-Saint, partir annoncer la Bonne Nouvelle, Jésus est vivant, la mort n’a pas gagné, la vie est victorieuse, la vie pour tous.

« La paix soit avec vous ». Jésus vient nous rejoindre, aujourd’hui comme hier, au milieu de nos communautés.

Nous sommes, comme les disciples il y a 2000 ans, verrouillés dans nos craintes, dans nos doutes : tu étais, Seigneur, notre raison de vivre, et nous voilà blessés par l’expression de l’abominable au coeur de notre Église, désemparés par un monde qui renie Dieu, incapables de trouver l’attitude qui donnerait goût à nos semblables de se laisser porter par ton amour. Nous aurais-tu abandonnés ?

Tu es là, mais nous ne te reconnaissons pas. Nous ne pouvons plus comme Thomas te demander de nous montrer tes stigmates. « Heureux ceux qui croient sans avoir vu ».

Nous ne pouvons plus te toucher mais nous pouvons toujours nous laisser habiter par ta Présence. Jean raconte que, par trois fois, Jésus est venu rejoindre ses disciples pour un temps de rencontre, bref, mais  qui change leur regard sur la vie. Cette rencontre de Jésus n’est pas figée dans l’histoire, elle est une actualité au coeur de notre vie. Il est là, à la porte de notre existence, il s’invite mais il ne forcera pas les verrous.

Si nous en avons le désir, il vient nous rencontrer, pour nous aimer, tout simplement. Acceptons de lui faire de la place, acceptons que notre coeur brûle en sa Présence.

La joie c’est Lui, l’eau qui désaltère à l’infini, c’est Lui.

Goûtons la joie qu’il nous procure quand nous le laissons nous guider. Malgré nos pauvretés, inlassablement Jésus revient et nous appelle. « Suis-moi », dit-il à Pierre qui l’a renié par trois fois. « Je vous envoie comme le Père m’a envoyé », dit-il aux disciples anéantis par les événements du monde. Suivre Jésus, c’est accepter de se laisser guider par Lui, c’est accepter le chemin de la conversion.

Dans les moments de détresse que vit notre Église, le Seigneur ne nous abandonne pas. Comme avec Pierre, comme avec les disciples, il vient nous chercher.

Sommes-nous prêts à nous lever, à nous mettre en marche pour Le suivre, à nous laisser surprendre par la route qu’il nous invitera à prendre ?

Dans un premier temps, retrouvons la joie de l’Évangile, le bonheur de communier ensemble au corps et au sang du Christ, dans l’expression de nos diversités, unis par le Seigneur.

« La paix soit avec vous », n’ayons pas peur. Par sa mort sur la Croix, Jésus a porté nos pesanteurs, nos détresses, nous en sommes libérés pour vivre une nouvelle naissance.

Acceptons de nous laisser guider avec confiance pour construire ensemble une Église heureuse de vivre de l’Évangile et de partager autour d’elle cette Bonne Nouvelle, en laissant les jeunes générations apporter leur vitalité de nouveaux appelés.

« La paix soit avec vous ».