chemin-art-sacre

Cliquez sur une zone pour afficher les détails

Ou sélectionnez dans la liste déroulante

« 19 ans d’Art Contemporain
dans les églises ! »

Du 24 juin au 15 octobre 2016

« L’Art commence où s’arrêtent les mots… »
dit l’écrivain Xingjian, … là commence le Mystère…

Confiance et bonne route !…

Bertrand Schlund – bertrand.schlund@sfr.fr – 06 87 71 28 88

Qu’est ce qu’on veut donc être ?… Businessman ? Star ? Recordman ? Saint ? Poète ?… Pourquoi ne pas choisir tout simplement d’être authentique ?… L’Art vise, à cela, à l’authenticité… L’art c’est comme la  foi, un long chemin… vers soi, vers l’autre…

Commencez par vous y engager doucement, ne forcez rien, apprenez à vous écouter… le silence est la clé de l’authenticité… Asseyez-vous donc au détour du Chemin, devant une oeuvre par exemple. Contemplez… prenez le temps de vous laisser toucher, laissez-vous faire… viendra peut-être alors, l’Attention… et l’Attention c’est la porte du Mystère de Dieu…

Elle résume peut-être tout l’Évangile… car je crois, comme Simone Weil, qu’il n’y a qu’un seul péché, l’inattention…

Ah !… si ce 19ème Chemin d’Art Sacré pouvait nous inviter tous à entrer dans ce regard « miséricordieux » qui vous regarde !…

 

…/…

La réalité de onze lieux et communautés paroissiales bien visibles et bien différents vous est donc proposée. En sus à Sélestat, en l’église St Georges, un collectif de 26 artistes propose une thématique inédite autour de la Résurrection, en un feu d’artifi ce d’expressions variées… Tous ces lieux sont témoins d’architectures très anciennes. Ils s’inscrivent dans une histoire et une vie communautaire bien réelle. Cet été, chacun d’entre eux ouvre ses portes, propose des oeuvres, des rencontres. L’artiste et le lieu renvoient ensemble, comme en écho, à la Parole Unique de toujours…

Les artistes, qu’ils soient photographes, sculpteurs, peintres, plasticiens, liciers, graveurs, verriers peuvent être contactés (coordonnées dans la plaquette), ou peuvent être rencontrés aux travers de  permanences ponctuelles (voir indications dans les églises et les bulletins des paroisses). Des visites commentées, conférences, animations, soirées contes, concerts et ateliers, sont déclinés par tous ceux qui ont oeuvré à ce 19ème Chemin d’Art Sacré !…

Merci à eux !

…/…

Plus de cent mille visiteurs, croyants et touristes, découvrent chaque année ce chemin d’Art Sacré en Alsace ! Puissent-ils aussi « se » découvrir sur ce chemin de Vies et de mystères… !

  • A Wissembourg Christiane Bricka et Monique Grysole inscrivent leur travail dans l’oeuvre mystique des artisans des siècles passés …, « oeuvrons !… ne travaillons plus » disent-elles de concert, ajoutant : « donnez, l’on vous donnera, c’est une bonne mesure, tassée, secouée, débordante qu’on versera dans votre sein ! (Lc, 6,37) » …
  • A Surbourg, le P. Richard Holterbach, donne à l’acte simple de manger, un sens extraordinaire ! Cet « exercice » commun à tout homme quelque-soit son âge, son état ou sa condition, nous met, à chaque fois, en relation avec soi, avec l’autre et avec les autres… cet acte reprend sens !… au point que Dieu pourrait s’y découvrir… voire s’y rencontrer…
  • C’est à Haguenau que Magali Mangin nous prête ses ailes pour nous faire survoler la voie des fleurs et des oiseaux… « Tout émerge, dit-elle, des âmes pures ». Son monde, tout de charme et de poésie, a ce côté nostalgique des rêves fragiles… marchez y doucement… c’est le monde du corps à coeur…

…/…

  • Agnès Camu-Franck, à St-Jean-Saverne, tisse la Nature avec patience et abnégation. Agnès est une contemplative, attentive à la présence de la goutte d’eau, à l’ondulation des blés aux grés des vents, au torrent, et à l’action du temps… Elle nous apprend à donner notre attention à l’éphémère beauté de la Nature, à ses rythmes et à sa paix …
  • A Rosheim, la douceur infinie de Suzanne Capdevielle suspend le temps ! Ses personnages, tournés en rondes d’aspirations intérieures, nous renvoient à l’Amour de toujours… Ainsi, même si nous ne  sommes que de passage, voire qu’un peu d’écume sur la mer, l’ineffable mystère du divin demeure, inaltérable !…
  • A Sélestat, le mystère de la Résurrection éclate en mille joies à vivre ! Quels étonnants témoignages donnés en cette église St-Georges ! On y chante à vingt-six, l’espérance, la lumière, l’élan, la vie, la force et  l’amour, toujours plus grands, toujours plus forts !…
  • A Ribeauvillé, le mystère de la Foi s’égrène en insaisissables transparences. La foi s’y révèle, fragile et forte comme les « verres » de Joëlle Schaal et Anne Gravalon. Mystère du verre, rêves de foi, élévation de la confiance…comme en suspension…. : « Ne doute pas, crois seulement ! »… affirment-elles… Mystère simple, total !…
  • Les oeuvres résolument abstraites de Christophe Liétar à Sigolsheim, agissent comme de véritables baumes pour l’âme… La « Présence-Absence » se donne ici de façon presque transcendantale. Elle se pressent dans la fulgurance du geste… d’où surgit, surprenante, la face cachée, imprenable, du Mystère de l’Attention…

…/…

  • A Murbach, les sculptures chaudes et transparentes de Sophie Erny rappellent que nous sommes tous, entre terres et ciels, toujours en équilibre, que c’est en acceptant ses ombres et ses lumières, qu’on accepte aussi l’autre et le tout Autre… on aime alors non plus en épaisseur, mais en profondeur…
  • Les labyrinthes d’Ursula Hilchenbach à Lautenbach sont autant de refl ets de la vie. Celle-ci, avec ses hauts et ses bas, reste bien mystérieuse… Bien « fol » qui la traverse sans guide !… Arriver au centre c’est trouver la perle, la drachme, la lampe, le grain de sénevé : c’est trouver le trésor ultime pour se fondre dans l’énergie… divine !…
  • A Feldbach, Chantal Fougerolle-Goetz, se confronte aux Mystères de la vie de Jésus et de Marie, aux douleurs et aux bonheurs de l’humanité. Elle livre l’essentiel du mystère de « Sa vie »… et sans doute de toute vie chrétienne authentique. Nos vies devenues creusets d’attentions, « joyaux » montés en sublimes facettes de regards du dehors et de regards du dedans … se laisseront-elles façonner pour briller de notre unique éclat… Saurez-vous donner le vôtre ?… Choisir d’être attentif à la poésie, à l’authenticité, est un art en soi ! Soyez reconnaissants si une oeuvre, un message, un ange vous ouvre en douceur le filet de « votre » attention. C’est par elle que débutera ce qu’on appelle la Prière … et de la qualité de votre attention… naîtra la qualité de votre Amour…

feldbachÉglise St Jacques

Située près d’un monastère de bénédictines maintenant disparu, l’église Saint-Jacques date du XIIe siècle. La pureté des lignes de la construction fait naître un sentiment d’harmonie et de sérénité. Ici, rien de superflu. Le visiteur est invité à un dépouillement intérieur et à un retour sur soi. La lumière jouant sur les murs de pierres claires amène à la paix intérieure.

CHANTAL GOETZ-FOUGEROLLE
« AVEC et PAR les AUTRES
entre Rosaire et Confiance… le sens de la Vie »

« O ma force, à l’aide !… Tu m’as répondu » Ps 22, v. 20 et v.22
« Le Seigneur est mon berger… voilà qui me rassure ! »
Psaume 23, 1 et 4

oeuvre-feldbach

L'exposition

« Le plus terrible dans la vie c’est de se croire abandonné…

Pour moi, le Rosaire, avec ses joies, ses épreuves, c’est l’expérience de l’Humain. Ces Mystères du Rosaire dans leur simplicité même, sont sources de Vie, actes de Foi. Ils sont paradoxalement comme des regards confiants sur la Vie »…

Je propose plusieurs tableaux divisés classiquement en quatre mystères, joyeux, lumineux, douloureux, glorieux. Ils visent à ce que l’œil ne peut voir, à ce que l’oreille ne peut entendre (cf. Livre d’Isaïe 6, 9 et Évangile selon Saint Matthieu 13, 13-14) et qui se révèle au cœur de qui écoute… L’orgueil est le seul « handicap », constituant l’empêchement « d’être avec »… Mon travail vise à montrer qu’on ne se construit que par les autres et avec les autres, car on se connaît bien que comme en « reflet »…

C’est l’Esprit qui révèle et qui accompagne la Vie qui demeure… Être fort ou se complaire dans un état de victime ne conduisent à rien. C’est en se laissant guider… dans la reconnaissance de sa faiblesse, dans l’humble acceptation de soi et de ce qui est, que l’Esprit s’en vient… comme l’aurore s’en vient poindre après la nuit… comme l’Être, sans jugement… »

Biographie

Vosgienne, Chantal Fougerolle-Goetz vit à Seppois-le-Bas dans le Haut-Rhin. Peintre autodidacte, (autrefois enseignante), elle « écrit » des icônes (formation à l’atelier St-Nicolas à Gouhenans) et donne des cours de peinture à l’huile et de pastels secs. Nombreuses expositions en Alsace.

« Quand je regarde ma vie, je n’aurais jamais pensé être aussi forte… je suis passée d’un profond désespoir à une lente « remontée » sur un chemin qui me reste personnel, mais qui s’est fait « avec » les autres. Qu’est ce qui a fait que je me sois relevée dans le silence ?… à l’écoute de l’essentiel ?… Ce fut peut-être de me donner le droit d’être moi… ce droit que je ne m’étais jamais donné… »

Nature et nombre d'oeuvres

Ensemble de tableaux de formats divers.

Tempéra sur toile de lin naturel dorure à la feuille 24 carats

Contact


chantalgoetz@neuf.fr

Tél. : 06 70 79 48 06

Église St Georges de Haguenau

L’église fut construite au XIIe siècle, puis agrandie à partir de 1371. C’est la nef majestueuse qui surprend d’emblée le visiteur. Le plafond en bois fut remplacé en 1611 par la remarquable voûte réticulée actuelle. Le choeur gothique, contemporain de la cathédrale de Strasbourg, est un modèle d’élégance et de légèreté. Une custode de 1523 est un véritable joyau de pierre, ciselé en dentelles. Les vitraux lumineux dus à Jacques Le Chevalier sont posés entre 1956 et 1969. Dans le transept sud, volets peints de 1496. Dans le transept nord, retable du XVe siècle. Les deux plus grandes cloches sont les cloches les plus anciennes en service en Europe (1268).

MAGALI MANGIN
« Amour et Poésie »

« L’Amour ne meurt jamais… »
1ère lettre de Saint Paul aux Corinthiens 1,8

oeuvre-haguenau

L'exposition

« J’écris. De mes textes naissent des formes, des sculptures, des dessins, des installations, des performances. Mon travail est à la fois recherche poétique et « récolte d’âmes ». Pour cette exposition, je vous prête mes ailes. Les couleurs sont comme des mots et les sons mis bout-à-bout racontent…

Je n’en finis pas de labourer ma terre intérieure pour un fleurissement, une transformation, une guérison. Le miracle c’est la vie ! La rive que je choisis est celle de la lumière, celle de la joie, de la poésie qui pansent toutes les blessures… A partir « d’empreintes » du corps et du coeur, je cherche à rassembler nos « vies mosaïques » pour aller vers l’unité, la simplicité.

J’invite à l’écoute intérieure… C’est comme si le « travail » de la Paix se vivait au quotidien, dans l’accueil de la secrète Présence, « materia prima », d’où peut naître la Parole, la « Vie Divine »…

« Mon souhait : nous inviter à l’écoute profonde et arroser toutes nos graines de joie… »

Biographie

Magali Mangin, alias « Malou », est artiste plasticienne, elle est « chercheuse d’étoiles », écrivain, chanteuse. La mosaïque est son principal outil d’expression. Après un Deug LEA puis une Maîtrise en Affaires
Internationales, Malou travaille à New York, ainsi qu’à Paris et en Allemagne. Formée auprès d’artistes connus dans la région, elle propose régulièrement des performances poétiques, des installations sur le thème de l’Amour.

Formatrice à l’école l’IFCAAD, elle anime des ateliers pour tous publics avec Arachnima et le centre créatif « Les Bateliers » à Strasbourg. Nombreuses expositions collectives : Andlau, Barr, Sélestat, Paris (Source-à-id), Strasbourg (Cus-Habitat, Drac-Alsace), Conseil Général des Hautes-Alpes, Région Paca (résidence d’artistes « Le Parcours Des Fées »), et bien sûr des expos d’ateliers à Strasbourg.

Dimanche 2 octobre à 16h. Conte musical tout public, église St Georges d’Haguenau.
« Les aventures de Trafalgar » : la perle du bonheur, Pousse-Pousse le sou, avec Isabelle Loeffler, conteuse polyinstrumentiste et Roland Engel à l’accordéon.
Entrée libre, plateau – Contact : isabelle.loeffl er@laposte.net

Nature et nombre d'oeuvres

12 oeuvres de formats divers

Contact


Site internet : http://malou-mosaique.com/

mail : maloumosaique@gmail.com

 

Collégiale St Michel

Au VIIIe siècle, dix-huit moines venus du couvent de Honau, une île située sur le Rhin, se sont installés à Lautenbach pour y fonder un monastère. La construction d’une première église en pierre, date de 811. Comment ne pas être saisi, en particulier, devant le porche du XIIe siècle, avec ses ogives et ses doubleaux reposant sur de minces supports ? Il ne faudrait en aucun cas manquer d’admirer le mobilier baroque intérieur, les boiseries, en particulier la chaire, installé par les moines au XVIIIe siècle.

URSULA HILCHENBACH
« Le labyrinthe ou la recherche du sens »

« Où donc aller loin de ton souffl e ? Où donc, loin
de tes faces, m’enfuir ?… » Psaume 139, 7 (Bible de Chouraqui)
« Mais la ténébre n’est pas ténèbre devant toi,
et la nuit comme le jour illumine… »
Psaume 139, 12 (Bible de Jérusalem)

oeuvre-lautenbach

L'exposition

« Dans la plupart des religions on retrouve des symboles semblables : la lumière, l’eau, le cercle, le miroir, la rose…

Dieu me semble être dans le moindre souffl e, il est comme une lumière centrée, rayonnant dans l’intime du coeur. Mon travail consiste à trouver l’équilibre entre le centre, le cercle, la lumière et l’ombre, car la lumière n’existe pas sans l’ombre. Le symbole du labyrinthe classique est « unicursal », un parcours unique, sans impasse, de l’entrée au centre. Il est comparable aux chemins de nos vies, quelques fois difficiles. Il faut de la persévérance pour arriver au centre du labyrinthe.

« Pratiquer » le labyrinthe est donc un chemin d’intériorité, à un aller vers soi, un aller vers Dieu… Chercher la « vraie » route, c’est faire des « expériences », qui sont des témoignages de l’existence d’un but.

Ce But curieusement doit être vide pour accueillir chaque humain dans sa culture, son identité, son unicité, sa diversité. La recherche de notre nature à travers le culte, l’art, est sans fin, car comme le centre du labyrinthe est vide, il n’est pas d’image de Dieu, cela serait aller à l’envers de notre nature divine… »

Biographie

Protestante convertie au catholicisme, je reste très intéressée par le dialogue interreligieux et ses passerelles interculturelles. Après une formation en arts et en Mathématiques, je deviens professeur des écoles. J’assure par ailleurs la réalisation pratique et la mise en pages de livres de religion pour les Editions Herder.

J’ai toute une formation en communication, conseil et accompagnement. J’ai toujours peint et suivi de nombreux cours de peinture. Je me suis « engagée » en peinture en axant mon travail sur le « supra sensible » ou le spirituel en peinture.

« Pratiquer » le labyrinthe c’est montrer un chemin, proposer quelques clés pour aller au « Centre »… qui est en nous.

Nature et nombre d'oeuvres

12 oeuvres de formats variables

Contact


berthil@t-online.de

Tél. : 00 49 77 46 15 07

 

Église St Léger

Fondée par Saint Pirmin en 721, l’abbaye bénédictine de Murbach est un des hauts-lieux de l’art roman en France. Le choeur, les tours orientales et le transept, conformes à la tradition de construction du Rhin supérieur, et qui seuls demeurent, témoignent aujourd’hui de son ancienne splendeur. Ici, le calme est au rendez-vous. Sans doute parce que chacun, tout en se sentant enraciné solidement dans la terre, se sent élevé vers les réalités spirituelles.

SOPHIE ERNY
« Dualité »

« Et Dieu sépara la lumière et les ténèbres.
Dieu appela la lumière, jour, et les ténèbres, nuit ».
Livre de la Genèse 1, 4b-5

oeuvre-murbach

L'exposition

« Mon travail, mélange d’émotions et de matières, cherche inlassablement à capter cet instant unique, où tout s’équilibre entre différences et harmonies … quand le regard caresse l’oeuvre, et que « la ligne » appelle l’âme à s’élever…

Une oeuvre naît, me semble-t-il, de la tension juste entre des oppositions, des pôles ou des différences : du plein et du vide, de l’ombre et de la lumière, de la ligne et de la surface… il s’agit toujours de  matières, de formes et de mouvements. La matière a ses lois et nous sommes quelque part contraints par elles…

Où se trouve alors notre liberté créatrice ? Où se trouve le beau ? Dans le matériel ou l’immatériel ? Le sculpteur, lorsqu’il sait laisser place à la surprise sans chercher absolument la maîtrise, voit avec un  certain étonnement le bois, la pierre, la terre se conjuguer en fugues délicates…»

Biographie

Sophie Erny, baignée dans le milieu de l’art et de l’artisanat, a grandi dans les copeaux de l’entreprise familiale. L’école Steiner développe son goût pour l’art en général (musique, danse, peinture).

Elle se consacre à la sculpture après des études artistiques (CAP sculpteur-bois, Arts Plastiques). Aujourd’hui Sophie Erny travaille comme art-thérapeute à l’hôpital, associant son goût de l’art et son désir  d’aider l’autre ou “l’Autre”…

Dans une dynamique nécessaire de création personnelle, Sophie Erny participe à différentes expositions (essentiellement en Alsace), et donne des cours de sculpture dans différentes structures (écoles, CREA). Elle alimente ainsi, tant sa vie professionnelle, que son expression artistique.

Nature et nombre d'oeuvres

12 sculptures, terre, bois, pierre

Contact


sophieerny5@gmail.com

tél. : 06 88 91 14 75

Église St Grégoire le Grand

Construite à partir de 1282, l’église gothique Saint-Grégoire est constituée d’une seule nef. Elle est dédiée dès 1359 à Saint-Grégoire le Grand. Achevée en 1473, elle est profondément transformée en 1876. Entre autres trésors, l’église conserve une belle Vierge à l’Enfant sur le tympan en arc brisé. Des statues en grès des Vosges, du Christ et de ses disciples au Mont des Oliviers forment un ensemble remarquable. Le tout est complété par un beau Christ au tombeau datant du XVe siècle. La famille des Ribeauvillé protectrice des ménétriers se faisait inhumer dans cette église.

ANNE GRAVALON et
JOËLLE SCHAAL
« Le choix de l’Espérance »

« N’aie pas peur, crois seulement ! »
Evangile selon Saint Matthieu 5, 36

oeuvre-ribeauville

L'exposition

« Devenir ce que nous sommes c’est suivre le chemin de notre Foi. Il n’y a pas d’obligation de résultat, ce qui importe c’est la confiance en notre potentiel… La foi est l’énergie qui nous ouvre au monde…

Se connaître, s’écouter… pour être en lien avec soi-même et les autres, c’est créer Notre chemin…

L’exposition se veut symbolique de la « célébration » de la Foi, en l’Homme invité à une élévation et à une réflexion… en une recherche constante d’harmonie et de foi en ce lieu qui sert « d’écrin » à nos oeuvres. »

Biographie

Anne et Joëlle sont créatrices de pièces uniques résolument contemporaines. De leurs quatre mains, en symbiose, naissent des oeuvres illuminant et magnifiant les intérieurs. Totems, installations murales, sculptures ou luminaires, tout témoigne d’art et de convictions.

Anne Gravalon, artiste verrier, est diplômée en design et en décoration sur verre. Son travail s’oriente autour de la matière… elle expérimente, décline et détourne à l’envie ce matériau à la fois fragile et indomptable. De la sculpture infiniment petite à la pièce monumentale, Anne Gravalon crée des émotions à garder précieusement au fond de la poche ou à partager généreusement dans des lieux de vie.

Joëlle Schaal, artiste verrier, est diplômée des métiers d’art en spécialité vitrail.

Un vitrail est généralement associé à une ouverture, créé pour révéler et se révéler par la lumière. Il s’agit d’un jeu de transparence où cette paroi colorée permet de moduler la lumière à l’infini. Elle prend plaisir à chercher de nouvelles « ouvertures » avec une approche plus abstraite et dynamique s’ouvrant ainsi au monde de la sculpture de verre…

Nature et nombre d'oeuvres

12 à 15 pièces ainsi qu’une série d’oeuvres en suspension…

Contact


Anne :
anne.gravalon@verre-a-part.fr
06 86 42 87 53
www.verre-a-part.fr

Joëlle :
joelle.schaal@gmail.com
06 43 78 29 82

Église Sts Pierre et Paul

L’église Saints-Pierre et Paul est un joyau de l’art roman en Alsace. Dans ce sanctuaire du XIIe siècle, comment ne pas admirer les proportions harmonieuses, la richesse de son décor sans surcharge, le subtil décor de bandes lombardes sur la façade, les sculptures sur la toiture ? Point de repère de la maturité de l’art roman en Alsace, l’église a su allier les traditions architecturales de la vallée du Rhin et des éléments d’influence extérieure, venus d’Italie, de Lorraine et de Bourgogne.

SUZANNE CAPDEVIELLE
« Au-delà du regard…
nos invisibles refuges… »

« Tu es mon refuge, Ma part sur la terre des Vivants. »
Psaume 142,5

oeuvre-rosheim

L'exposition

« Le rythme actuel du monde s’emballe et se ressourcer, retrouver son axe, sa place, relativiser… deviennent des choses primordiales aujourd’hui…

  • Certains endroits sont plus propices pour ce faire, ils appellent à la contemplation : le « Ciel » par exemple, espace infini, indéfinissable qui ouvre les portes de l’invisible…
  • Le « Partage », la Présence des autres constituent aussi pour moi un de ces invisibles refuges. L’amitié, l’écoute, l’amour, l’entraide, l’attention, la mienne et celle de l’autre, forment mon « refuge », que  j’appelle « Ensemble »… Mes créations suivent ce même objectif de refuge.
  • Une partie de mon travail est assez abstraite : Certains panneaux muraux sont une interprétation des cieux : cosmos, horizon, immensité. D’autres sont fondés sur une composition organisant une multiplicité d’éléments où chacun peut trouver sa place… se lover.
  • L’autre partie du travail est figurative. Elle vise au ressourcement en l’Être Profond. Les  sculptures expriment intériorité et spiritualité, elles ont toujours les yeux fermés. Elles trouvent le refuge en elles-mêmes « en communion » avec les autres. »

Dimanche 19 juin à 17h. Conte musical pour tout public, église Sts-Pierre et Paul de Rosheim.
« Les aventures de Trafalgar » : la perle du bonheur, la marche des sapins, avec Isabelle Loeffl er, conteuse polyinstrumentiste et Roland Engel à l’accordéon.
Entrée libre, plateau
Contact : isabelle.loeffler@laposte.net

suzanne

Chemin d’art sacré : les refuges de Suzanne Capdevielle

Dans le cadre du 19è Chemin d’art sacré en Alsace, Suzanne Capdevielle, artisan d’art, expose ses oeuvres en la magnifique église romane Saints Pierre et Paul de Rosheim, et ce jusqu’au 15 octobre. Suzanne a porté durant 4 ans la réalisation de cette exposition, portée par le psaume 142 de David : « Tu es mon […]

Biographie

« A l’âge de huit ans, je découvris un jour, un filon d’argile. Sans bien connaître cette matière, je l’ai façonnée… et je fis ainsi l‘approche incroyable d’une matière inconnue… on dit que la main est sans connaissance…

En 2007, je crée l’atelier : début d’une activité professionnelle marquée par l’admission à la Fédération des Métiers d’Art d’Alsace puis aux Ateliers d’Art de France. Conjuguer le savoir-faire et la volonté d’innover, c’est le propre de la création, c’est le propre de l’artisan d’art. La création implique, idée, doute, solitude, réflexion…

J’exerce un “métier-passion”. Le désir de création est comme une “force” qui, curieusement, s’accentue au fur et à mesure que je tente de l’assouvir… »

Expositions : Bretagne, Alsace, Région parisienne, Allemagne.

Nature et nombre d'oeuvres

12 à 15 oeuvres

Contact


suzanne.capdevielle@wanadoo.fr

www.filondargile.fr

Tél. : 03 88 64 18 30

 

Église St Georges

L’église Saint-Georges est une basilique gothique située dans la ville de Sélestat, dans le Bas-Rhin. Rivale de l’église conventuelle Sainte-Foy toute proche, elle marque l’essor de la bourgeoisie. L’église se situe à proximité de la Bibliothèque humaniste, fondée en 1452 par Jean de Westhuss, prêtre à l’église Saint-Georges. Tout d’abord dédiée à la Sainte Vierge, l’église n’est connue sous le vocable de Saint-Georges que depuis 1500.

COLLECTIF D’ARTISTES
« La Résurrection »

« Ils leur dirent : Pourquoi cherchez-vous le Vivant
parmi les morts ? Il n’est pas ici. Il a été réveillé. »
Evangile selon Saint Luc 24, 5

oeuvre-selestat

L'exposition

« La Résurrection est le fondement même, la pierre angulaire, de toute la Chrétienté. Elle est l’aboutissement ultime où chacun puise sa vérité dans l’acceptation et l’adhésion totale ou la négation, chacun devant se positionner inéluctablement en face de ce mystère.

La transformation d’un corps mortel en un corps glorieux pose, en réalité, un problème plastique. Les artistes se sont attelés de tous temps à sa représentation, (cf. par exemple, celle du retable d’Issenheim de  Mathis Grünewald où le corps du Christ devient lumière…).

Au travers de médiums tels que la peinture, la sculpture ou la photographie, 26 créateurs représentant les tendances les plus diverses du paysage artistique alsacien s’attaquent à ce défi , proposant leurs visions et convictions autour de cette Révélation : la Résurrection. Au travers de ce prisme multiple, nous cherchons à faire naître en chacun de nos visiteurs, « Sa » vision de l’histoire…, soit en accord avec l’une de nos propositions, soit en réaction…

Difficile de rester tiède par rapport à ces 26 affirmations… qui  apportent des pierres nouvelles à l’édifice mystérieux… Que ceux qui viennent à notre rencontre aujourd’hui ajoutent les leurs… Ce « faisceau » d’images croisées proposé, ce croisement de nos diverses sensibilités forment un ensemble, une sorte de vase de diversités transversales. Puisse tout homme en recherche, se positionner toujours plus  justement face à ce Mystère… »

Biographie

Vingt-six artistes et autant de croisements de regards, de croisements d’expressions, sont proposés à Sélestat autour du thème de la Résurrection. Richesses, variété, complémentarité sont au programme de  cette rencontre exceptionnelle du Chemin d’Art Sacré.

Nature et nombre d'oeuvres

Contact


Luc Dornstetter

03 69 22 51 73 / 06 36 72 07 48

lucdornstetter@evc.net

 

Bastardoz Patrick

patrick.bastardoz@free.fr

http://www.patrick-bastardoz.com/

« Dans ma peinture, je veux que le mystère de la Résurrection soit suggéré comme un passage de l’ombre à la lumière, le passage d’un corps d’un avant à un “nouvel avant”. »

Béguinot Brigitte

beguinot.brigitte@free.fr

brigittebeguinot.wix.com/artiste

« Le sujet se dilue dans les deux dimensions des détails pour réapparaître plus vivant avec le recul, dans un jeu de bascule entre la réalité d’une surface et la profondeur de la vie qui affleure et appelle à la contemplation. »

Bernhart Claude

claudebernhart@gmail.com

www.claudebernhart.com

« Ma démarche actuelle est proche du nihilisme. C’est un acte de révolte, de ma part, face à une nature humaine décevante. Ce travail sur la Résurrection est totalement abstrait. Une quête du détachement dans laquelle je tente tout simplement de représenter l’invisible. »

Danicher Louis

louis.danicher@orange.fr

(Pas de site)

« L’iconographie chrétienne de la Résurrection du Christ s’est appuyée sur les évangiles pour laisser libre cours à l’imagination des artistes. Aujourd’hui la représentation de cet « évènement » n’est plus  possible rationnellement. Pour tenir compte de cette évolution j’ai utilisé symboliquement l’image laissée sur un écran de télévision à la fi n d’un programme télévisé. D’une image codée lisible par le spectateur il ne reste plus sur l’écran qu’un ensemble de pointillés noirs, gris et blancs dans lequel le spectateur peut recréer son image de la résurrection. »

Daspet-Reiter Marie-kathrin

marie-kathrin@wanadoo.fr

www.marie-kathrin.eu

« Représenter la Résurrection, fondement de la chrétienté, me semble un défi car il s’agit de transmettre ce mystère absolu, insondable, en image. Ce mot évoque en moi : transfiguration, renaissance, cycle perpétuel de la vie, bain de lumière total qui illumine l’âme et le corps… abolition de la dualité. »

Dornstetter Luc

lucdornstetter@evc.net

sites.estvideo.net/lucdornstetter

« Dans la nuit et le froid du tombeau, un mystère infini s’accomplit loin de nos regards. Une dalle est renversée pour un dernier témoignage palpable de ce qui s’achève ici. Et le suaire de blanc et sang se fit  arc-en-ciel : pâle reflet du corps parfait à jamais dissout dans la lumière en un tourbillon ascensionnel. »

Duchêne Cécile

artcecile@live.fr

www.cecile-duchene.com

« Une réflexion sur la Résurrection côtoie celle de l’existence de l’âme. J’ai travaillé sur ce principe spirituel de création divine, transcendant à l’être humain, uni à lui lors de sa vie terrestre, et qui s’en sépare à  la mort du corps. »

Emberger Iza

iemberger@hotmail.fr

izaemberger.fr

« De l’ombre du tombeau à la lumière divine, dans la nuit froide tu étais poussière. A l’aube arrivée dans ton attente, tu es devenu soleil pour embraser nos coeurs. »

Eschenlauer Alain

alain.eschenlauer@orange.fr

alaineschenlauer.wordpress.com

« Le projet Résurrection se présente sous forme d’une chrysalide se transformant en “imago”, qui est le stade fi nal du développement d’un individu. Une nouvelle vie transformée apparaît : un papillon. Chez les chrétiens, il s’agit de l’âme débarrassée de son enveloppe charnelle, devenue bienfaitrice et bienheureuse. »

Fritsch Louise

atelier@louisefritsch-peintre.fr

www.louisefritsch-peintre.fr

« Un sens peut en cacher un autre, apparaître, disparaître, donner à voir… l’invisible. »

Haller Antoine

antoine.haller@wanadoo.fr

(Pas de site)

« Depuis plus de 4000 ans nous le promettent les prophètes, depuis plus de 4000 ans c’est la Résurrection quand arrive le printemps. »

Hirsch Marie-Christine

marie-christine.hirsch@wanadoo.fr

www.mariechristinehirschpeintures.fr

« De nuit, il n’y en aura plus ; ils se passeront de lampe ou de soleil pour s’éclairer, car le Seigneur Dieu répandra sur eux sa lumière. » Livre de l’Apocalypse 22, 5

La Résurrection comme un retour triomphant à la vie, une victoire étincelante sur la mort, le chaos et les ténèbres. »

Klethi Jean-Roch

klethi.jean-roch@neuf.fr

www.plasticien-klethi.com

« Impliquant un changement de substance, la Résurrection est du domaine de l’invisible. A la figure de la Résurrection répond celle de la Transfiguration, convoquant le visible. C’est pourquoi je tente de  représenter la Résurrection comme une Transfiguration.
»

Missemer Martine

martine.missemer@wanadoo.fr

martine.missemer.pagespersoorange.fr

« L’homme entretient des relations très complexes avec la mort des animaux. La relation va de l’empathie au déni de souffrance selon que l’animal soit proche, révéré, domestiqué ou qu’il soit prédateur et  concurrent. Ces relations varient beaucoup selon les cultures, contextes et personnalités individuelles. »

Mouton Marie-Anne

marieanne.mouton@free.fr

www.marie-anne-mouton.com

« Sous la terre au coeur de l’obscurité… Dans l’atelier silencieux de l’humus frémissent les battements et les étincelles de la vie nouvelle. Gaïa, mère nourricière, telle une magicienne, dessine dans l’écrin de  ses graines les formes à venir. »

Verok Gnos

verok.gnos@gmail.com

www.gnosverok.fr

« Il fait aussi sombre qu’à l’intérieur du tombeau. La représentation de la mort y est ainsi accentuée. Le Christ ressuscite, libéré de toute pesanteur, auréolé d’une intense lumière… » (Retable d’Issenheim)

Ces oppositions « intérieur/extérieur, « nuit/lumière » me semblent être les plus proches de ce mystère qu’est la résurrection. »

Wehrung Christophe

christophewerung@wanadoo.fr

www.christophewehrung.fr

« Ma peinture est une évocation de Marie de Magdala, premier témoin de la Résurrection du Christ. »

Allera Jean-Pierre

jeanpierreallera@free.fr

(Pas de site)

« “La tour de vie”: – D’une étincelle jaillit la vie – D’une construction grandit la vie – D’une spirale se nourrit la vie – D’une fi n de vie rejaillit l’étincelle. »

Brand Gérard

gerard.brand@orange.fr

gerardbrand-mosaique.com

« Un voyage de quarante ans de recherches artistiques me conduit à inventer la mosaïque autrement : “la mosaïque en transparence” au travers d’un parcours jalonné de grandes séries de travaux. Les tesselles, entourées de vide et visibles sur les quatre faces, semblent flotter dans l’air. La mosaïque, pourtant faite de pierres, de marbres, de métaux, de verre, de céramique et de toutes sortes de matériaux n’a plus de support. Elle est devenue sculpture légère et transparente, traversée par la lumière, élément magique de la mosaïque. »

Fuchs Christian

sculpture.fuchs@gmail.com

www.sculpture-fuchs.fr

« TRACES (trace et non trace) trois pierres en grès des Vosges De la douloureuse montée au Golgotha à la lumière incandescente de la Résurrection, il y a ce cheminement problématique de la matière au néant, du tangible à l’immatérialité. Le « Saint Suaire », supposé dernière trace de l’enveloppe charnelle du Christ, en opposition à la non-trace de la vie éternelle dans la vacuité bienheureuse. »

Halbwachs Antoine

antoinehalbwachs@free.fr

antoinehalbwachs.free.fr

« Suite » : Cette sculpture est composée de 9 pièces dont l’une peut apporter sa lumière aux 8 autres. »

Hattemer jean-Luc

hattemerjeanluc@yahoo.fr

(Pas de site)

« L’espace global, extérieur, naturel me semble être une image colorée constituée d’air qu’on respire. On est à la fois devant et dans cette image. Ce « sentiment » a posé les conditions de mon rapport à l’espace dans mon travail.

Comment rendre compte de ce réel respiré, supposé objectif, le rendre perceptible ? »

Linder Marc

ml@marclinder.net

www.marclinder.net

« Mon oeuvre se nourrit d’une réflexion liée à la pratique de la taille  de la pierre. Chacune de mes pièces est une manière d’inventaire du geste du sculpteur. Au processus de soustraction de la matière, j’oppose celui de la récupérer. A ce jeu, la sculpture ne serait que la redistribution de la matière qui demeure inaltérée. »

Sieffert Germain

germ.sieffert@orange.fr

www.germainsieffert.com

« Jésus dit à Thomas : « Parce que tu as vu, tu as cru. Heureux ceux qui n’ont pas vu et qui ont cru. » Évangile selon Saint Jean 20, 29

J’ai confectionné une sculpture en plâtre représentant une main dans une figuration contemporaine. »

De Carpentier Benoît

bdecarpentier@wanadoo.fr

benoitdecarpentier.com

« La Résurrection envisagée dans son étymologie “resurgere” (se relever, se lever une nouvelle fois), m’ouvre des perspectives d’évolutions, c’est une invitation au voyage ; je me sens alors voyageur de l’infini…»

Villa Alain

alain.villa@club-internet.fr

alainvilla.jalbum.net

« A partir de deux esquisses de Michel-Ange, j’ai utilisé une construction plus contemporaine, des attitudes semblables mais différentes. Une oeuvre photographique d’images numériques réunies en un seul tableau, accompagnée par des extraits de l’oeuvre principale et des esquisses montrant le cheminement de Michel-Ange à aujourd’hui : une “renaissance” d’une Résurrection inachevée… »

Église Sts Pierre et Paul

Une première église fut édifiée à Sigolsheim dès 888 par sainte Richarde. Plantée dans un environnement de vignobles, l’église actuelle a été achevée à la fi n du XIIe siècle. Ayant subi d’importants dommages entre 1939-1945, elle a été magnifiquement restaurée. A l’intérieur, les couleurs des vitraux jouant sur les murs sont une invitation à la prière. Et comment, à l’extérieur, ne pas être saisi d’étonnement devant l’imposante façade de grès rose où les sculptures du tympan montrent le Christ accueillant les visiteurs à bras ouverts ?

CHRISTOPHE LIETAR
« Éclat de l’Être »

« Qui donc, entre les hommes,
connaît ce qui est dans l’homme,
sinon l’esprit de l’homme qui est en lui ? »
1ère Lettre de Saint Paul aux Corinthiens 2,11

oeuvre-sigolsheim

L'exposition

« Peindre dans la conscience du moment, exempt de toute habitude mentale, de tout conditionnement social, pour que seuls demeurent le souffle, l’attention, l’élan… C’est dans ce dépouillement que l’encre s’anime…

Tel un triptyque, l’exposition allie paroles bibliques, paroles d’âme et peintures réalisées d’un seul trait. Ensemble, la cosmogonie, la nature fondamentale des êtres et le geste nu proposent une recherche d’honnêteté humaniste propice au recueillement.

Laissons briller le joyau que nous sommes, responsables, conscients et espiègles.

Remercions, osons l’éclat d’être. »

Biographie

Christophe Liétar, né en 1972, vit en Belgique et en Suisse. Sa peinture lui permet de structurer sa perception intérieure dans l’ici et maintenant. Depuis vingt ans, sa quête de sens et d’éveil l’a amené à écouter certains maîtres et à explorer différents courants de la peinture contemporaine, dont l’expressionisme allemand, l’abstraction américaine, le conceptualisme…

Sa rencontre avec les encres d’anciens maîtres chinois et Zen comme Yü-Chien (Dynastie Song) ou Sesshû (XIVè s.), fut décisive pour développer son rapport au Présent.

Nature et nombre d'oeuvres

Une vingtaine de tableaux de format variable

Contact


christophelietar@hotmail.com

0041 77 482 82 56 / 0032 494 478 701

http://www.christophelietar.com

 

Église St Jean-Baptiste

Fondée au XIIe siècle, l’église Saint-Jean-Baptiste est un modèle de l’art roman, évoquant tout ensemble la solidité, la légèreté et l’aspiration vers les réalités d’en-haut. Celui qui prend le temps d’en faire le tour en la contemplant de l’extérieur sera saisi par la lumière jouant ses nuances sur le grès et dégageant une indéniable impression d’apaisement. De plan basilical sans transept, l’église présente une nef constituée de quatre travées principales couvertes par des voûtes d’ogives. Les vitraux contemporains sont une invitation au silence de la prière.

AGNES CAMU-FRANCK
« Tisser des liens, Tisser la Vie »

« Vous êtes le champ de Dieu … »
1ère lettre de Saint Paul aux Corinthiens 3,9

oeuvre-saverne

L'exposition

« Je contemple… je regarde la nature ou l’humaine nature… mon travail est hors du temps, hors de la logique d’entreprise, hors du monde tout en étant dans le monde… ». Il est l’expression d’un mariage  constant entre le regard extérieur et ma vison intime… une sorte de méditation active qui allie la tête, le coeur et la main…

Mon exposition peut s’apparenter à une prière dont l’essence sont l’Homme et la Nature. S’agirait-il d’une sorte de dévoilement mystérieux tant de la Nature de l’homme que de celle de Dieu ?…

A vous de voir… »

Dimanche 24 juillet à 16h. Conte musical tout public, église St-Jean-Baptiste de St-Jean-Saverne.
« Les aventures de Trafalgar » : la marche des sapins, la gargouille de la cathédrale, avec Isabelle Loeffler, conteuse polyinstrumentiste et Roland Engel à l’accordéon.
Entrée libre, plateau
Contact: isabelle.loeffl er@laposte.net

Biographie

Diplômée des Arts Décoratifs de Strasbourg (section Tapisserie enseignée par un maître des Gobelins Paris), le travail d’Agnès Camu-Franck s’enracine dans une « théologie de la Nature » qui reflète bien nos états d’âme, tantôt paisibles, tantôt tourmentés….

Véritable passeur de mémoire, elle représente le vieux métier de licier, un art qui exige beaucoup de temps, de recul, d’humilité. C’est un métier qui rappelle sans cesse à une réalité, faite de tension entre la  recherche du beau et le désir d’aboutissement. Pour naître, le « Beau » exige parfois une souffrance paradoxale…

« L’artisan se doit d’avoir des gestes précis et ordonnés. Aujourd‘hui je transmets à mon tour ce savoir artistique et ses techniques anciennes. J’essaie de faire prendre conscience que nous sommes « co-créateurs » avec Dieu, révélateurs de sa beauté qui domine le Mal… ».

Nombreuses expositions en Alsace, animatrice d’ateliers d’Art plastique et de tissage en écoles et à l’UP, membre des artistes libres d’Alsace et membre de l’Aïda (artistes indépendants d’Alsace).

Nature et nombre d'oeuvres

12 Tapisseries d’art

Contact


agnes.camu@gmail.com

www.agnescamufranck.com

06 76 75 54 08

 

Église St Arbogast

Ici se trouvent les traces du plus ancien monastère d’Alsace que saint Arbogast fonda vers 570. Le roi Dagobert, par ses dons, permit son développement. Construite au XIe siècle, l’actuelle abbatiale a subi plusieurs transformations au XVe et au XVIIIe siècle. Comment ne pas s’étonner ici d’emblée devant l’assemblage du grès, la solidité et la rigueur simple de l’art roman ? Un bas-relief carolingien au-dessus de la porte latérale nord, une fresque du XVe représentant la Crucifixion, des stalles du XVIIIe siècle sont les témoins d’une communauté insérée dans une ancienne région chrétienne.

P. RICHARD HOLTERBACH
« Je me tiens à la porte »

« Voici, je me tiens à la porte et je frappe :
si quelqu’un entend ma voix et qu’il ouvre la porte,
j’entrerai chez lui et je souperai avec lui,
et lui avec moi. »
Livre de l’Apocalypse 3, 20

oeuvre-surbourg

L'exposition

Tout ce que l’homme propose comme partage, don ou pardon, peut être « approches de Dieu ». Sous l’humble partage du pain et du vin de l’eucharistie se dévoile le désir divin : être en communion avec nous, nous donner l’extrême Amour. En toute vie, en toute culture, cette discrète venue de Dieu se vérifie si nous regardons bien.

Faire cheminer avec des représentations d’un Dieu qui frappe à notre porte, d’un Dieu qui nous invite à ouvrir… pour s’asseoir à nos côtés, voilà l’objectif du travail… « De fait, ta peinture est du côté du  dévoilement », lui disait le théologien Christoph Théobald.

Richard rappelle volontiers cette phrase de Jean Paul II aux artistes en 1999 : « L’histoire de l’art … c’est l’histoire des hommes. Les oeuvres d’art parlent de leurs auteurs, elles introduisent à la connaissance du plus profond de leur être, elles révèlent la contribution originale qu’ils ont apportée à l’histoire de la culture… Elles constituent une approche très valable de l’horizon de la foi. » …

Biographie

Issu d’une famille ouvrière et paysanne où peinture, écriture, musique, théâtre se conjuguaient avec bonheur, Richard Holterbach, né en 1940 à Strasbourg, dessine et peint depuis toujours. Jeune prêtre, il rencontre Victor Bertani, peintre alsacien-italien exigeant. En critique sévère, il va l’initier à plusieurs techniques, s’appuyant toujours sur « le petit coin réussi d’un tableau » pour amorcer l’oeuvre suivante.

Encouragé et soutenu par l’association des prêtres du Prado, Richard réalise pour la chapelle de la Maison St-André de Limonest de nombreux tableaux et céramiques. Il a créé un chemin de croix pour l’église  d’Aubusson ainsi que plusieurs oeuvres pour les églises Antoine Chevrier de l’Elsau, Ste-Bernadette à la Cité de l’Ill, St-Laurent de Bischheim, sans parler des expositions d’aquarelles notamment à la galerie  Confluence à Lyon.

Richard a fait sienne cette phrase de Christian Bobin : « Un peintre c’est quelqu’un qui essuie la vitre entre le monde et nous avec un chiffon de lumière, imbibé de silence. »

Nature et nombre d'oeuvres

10 huiles (80 x 100 cm);

4 céramiques (80 x 100 cm);

1 tapisserie (190 x 190 cm).

Contact


richard.holterbach@gmail.com

Tél : 06 82 18 19 60

Site : www.richardholterbach.fr

 

Abbatiale StsPierre et Paul
Le Narthex

C’est l’abbé Edelin qui, vers la fi n du XIIIe siècle a fait édifier cette magnifique église où l’art gothique déploie ses finesses et son élancement. Comment ne pas admirer son choeur polygonal où de hautes verrières du XIVe siècle déroulent, avec leurs couleurs soutenues, des figures de l’Ancien et du Nouveau Testament ? Dans le transept sud, les fresques du XIVe siècle montrent la Passion et la Résurrection du Christ, ainsi que la Pentecôte et le Jugement dernier avec les OEuvres de miséricorde. La chapelle romane du XI-XIIe siècle où se situe l’exposition, est située au nord du cloître. Elle ne sert pas au culte.

CHRISTIANE BRICKA et
MONIQUE GRYSOLE
« Ne travaillez pas : oeuvrez !… »

« Et l’homme s’en va à son ouvrage, à son travail,
à ses cultures jusqu’au soir. Que tes oeuvres sont
nombreuses, Seigneur ! Tu les as toutes faites avec
sagesse, la terre est remplie de ta richesse.»
Psaume 104, 23-24

L'exposition

Redécouvrir l’esprit des bâtisseurs de l’art roman où chacun avait sa place dans l’élaboration de l’oeuvre et porter un regard contemporain sur cette magnifique église, telle est la base de notre projet.

En utilisant la technique ancienne des gravures sur bois, moyen de diffusion du message chrétien, Monique « reconte » la Passion en frise de dessins sobres. Elle réalise une série d’oeuvres en  correspondance avec les fresques pleines d’espérance du Christ bénissant et renvoie avec d’autres gravures, au célèbre St Christophe de Wissembourg, témoin de la foi, symbole de la force au service du Christ.

Les peintures de Christiane nous amènent à l’émerveillement de la lumière filtrée par les vitraux… ils sont en soi, « oeuvre intérieure, non limitée ni par le temps, ni par l’espace. Il s’y trouve quelque chose qui est Dieu… », comme disait Maître Eckhart…

Biographie

Christiane Bricka, née en 1948, diplômée des Arts Décoratifs de Strasbourg et de Paris compte à son actif plusieurs manifestations aux Jardins de la Robertsau et de multiples expositions au sein du groupe « Attitude ». « Inclure une oeuvre dans cette abbatiale St-Pierre et Paul de Wissembourg, c’est mettre l’art en résonance avec ces anciens bâtisseurs dont le travail magnifie la matière et glorifie le Créateur… : « Dans mes peintures je capte la lumière, je la rediffuse pour que le regard soit amené à se poser ailleurs… » « C’est seulement lorsqu’il crée, lorsqu’il parvient à entrer en possession d’une vue authentiquement personnelle du monde et de sa vie, que l’homme devient acteur responsable de tout ce qui le relie aux autres hommes et au monde, et qu’il s’accomplit… » (J. Alexandre). C’est en cela qu’on peut reconnaître à l’Art son sens sacré…

Monique Grysole, formée à l’Ecole des Beaux-Arts de Lille, s’est spécialisée dans l’atelier Gravure. Lauréate en 1974-75 d’une Bourse à la « Casa Velasquez », elle passe une année à Madrid et participe depuis, à de nombreux salons et expositions : Salon de la gravure de Chamalières, Biennale de la gravure de Saint-Maur 2013, Expositions collectives et individuelles, Stages de gravures, Atelier André  Beuchat. Monique est membre de l’association des graveurs Apog.

Nature et nombre d'oeuvres

Entre 25 et 30 gravures sur bois et 9 peintures

Contact


C. Bricka :

c.bricka@hotmail.fr

06 06 42 70 01/03 67 07 84 20

M. Grysole :

tachidile@yahoo.fr

03 88 24 04 15