Mendiante de Dieu et peintre

oeuvre_soeur_marie_françois__small

Sœur Marie-François expose ses peintures dans le cadre du Chemin d’art sacré dans l’église Saints Pierre et Paul à Rosheim. Elle ne se dit pas artiste mais mendiante de Dieu. Interview.

 

Sœur Marie-François Lin est née à Taïwan en 1935. Elle a rejoint en 1965 la communauté des Sœurs de Notre-Dame de Sion « La Solitude » à Evry pour une vie contemplative. Très jeune, elle est remarquée pour ses talents artistiques et les développe à Taïwan puis en Europe, en Espagne.

Depuis 40 ans, sa création est un prolongement de sa vie contemplative. Elle reflète l’invisible de la Création du Très-Haut, mêlant tradition et modernité, Orient et Occident.

Ses peintures sont une invitation à la méditation et à la rencontre de Dieu et de l’autre. Depuis de nombreuses années, elle est accompagnée par Sandrine Bathilde qui l’aide à mettre des mots sur sa démarche, elle qui n’aime pas beaucoup parler.

 

 

Mes amis,

Le vent a soufflé, le souffle passe…

De saison en saison, de génération en génération, la vie passe….

De siècles en siècles, le temps traverse l’espace avec ses histoires lointaines et ses conflits proches….

Des peuples se rapprochent, d’autres s’opposent….une civilisation prend fin, une autre commence avec ses progrès et ses complexités !

La vie est une rude épreuve mais elle est passionnante….elle vaut la peine d’être vécue.

Lumière et ténèbres, jours et nuits se succèdent tour à tour….

Le soleil et la lune jouent à cache-cache sans fin…

Qohélet dit : « il n’y a rien de nouveau sous le soleil. » Et je réponds à l’Ecclésiaste : « non, c’est vrai et c’est faux ! En effet chaque vie est unique, mais elle est reliée à la Création et participe à un tout. Chaque vie est pourtant indépendante et se déploie pour porter son propre fruit. Chaque être est donc responsable de son existence. Malgré ses fragilités, chacun est capable de grandir et de croitre. Ayons confiance.

Je ne pourrai jamais oublier les paroles de Sœur Emmanuelle, la chiffonnière du Caire, sœur de Notre-Dame de Sion comme moi, qui disait : « Ayez toujours un idéal dans votre vie. » Gardons le cet idéal, Haut le cœur…dégageons-nous des chaines, courrons au large.

Dégageons–nous de tout ce poids matériel….osons la pauvreté, c’est la pauvreté aussi qui peut nous libérer !!!!! J’aime me souvenir de ces paroles très justes de mon père quand nous étions au bord de la mer de Chine avec mes frères et sœurs. Il nous disait : « Vous voyez les vagues qui vont et qui viennent, qui reviennent et qui repartent, ainsi, les biens de ce monde : ne les retenez pas entre vos mains et pensez aux autres. »

J’ai fait l’expérience du dépouillement, celui qui nous conduit à l’essentiel. J’ai choisi la pauvreté pour franchir la petite porte, celle qui permet de passer du visible à l’invisible. Je vois ce qui est visible. Je crois à l’invisible. Entre le visible et l’invisible, il n’y a pas de frontière, mais comme un voile troublant, un espace de jeu, de lutte, de doute….

Depuis ma plus jeune enfance, j’ai soif du mystère du beau…le mystère du beau me poursuit, c’est ce qui me fait marcher et me pousse à m’exprimer par la peinture. Cependant, j’affirme que la Beauté n’est pas l’Art et pour moi l’Art ne peut pas être sacré…. De même, il ne faut pas confondre Dieu et la religion….Dieu dépasse la religion, Dieu est unique, il est au-dessus de toutes les religions.

Quand vous avez pénétré dans cette église de Rosheim et découvert cette exposition « Reflet de la Création » j’espère que vous avez remarqué l’importance de la croix. Pourquoi je fixe mon regard sur la croix ? A l’âge de 7 ans, alors que j’étais bouddhiste, dans un temple protestant pour la première fois j’ai vu la croix : j’étais saisie et depuis je marche vers la croix.

La Croix….du haut en bas se rejoint…n’oublions pas que nous ne sommes pas le maître de la Vie.

La Croix….de droite à gauche….n’oublions pas que nous ne sommes pas seuls….nous pouvons compter les uns sur les autres.

La Croix…qui nous enseigne, qui nous guide à la vraie vie.

Notre existence humaine a un sens, Dieu nous l’a donnée…Dieu nous a créé, que notre vie reflète Dieu. Gardons confiance en Dieu, espérons Dieu, vivons en Dieu, prions Dieu sans nous lasser et accomplissons dignement notre tâche humaine. La mienne, je l’ai accomplie dans le silence, la prière et la peinture….sur le chemin qui m’a conduit jusqu’à vous, j’ai rencontré Dieu vous l’aurez compris, mais aussi plusieurs personnes que je veux ce soir remercier publiquement Bertrand, Richard, Laurence, Pierre-Grégoire, Brigitte, Mattéo, Adrien, Marie-Pierre et tous les bénévoles de la paroisse. Enfin, à mes Sœurs et à ma Sandrine je vous dis : « je vous garde dans mon cœur au-delà de cette vie…. »

                                       Sr Marie-François Lin, le 14 juin 2017