L’Alsacienne de restauration, un nouveau partenaire pour le mont Ste Odile

Cette journée du mardi 29 octobre 2019 marque un tournant dans l’organisation du Mont Saint Odile.

En effet, c’est autour d’une petite assemblée que le père Christophe Schwalbach , recteur du Mont Sainte-Odile et Éric Wolff, directeur général de l’Alsacienne de restauration ont signé une convention de location-gérance pour une durée de 5 ans.

Ce contrat va permettre au leader de la restauration collective en Alsace de gérer de manière autonome les repas servis chaque jour sur le site.

Quels changements sont à prévoir ? Comment va se mettre en place cette collaboration ? 

Nous avons alors recueilli les propos d’Eric Wolff, de Manuel Clauss , directeur de la restauration commerciale et du père Christophe Schwalbach.

Un nouveau volet social ?

Aujourd’hui, une trentaine de personnes constitue l’équipe de restauration et d’hôtellerie du Mont.

Qu’en sera-t-il début novembre ? 

Tous les effectifs seront repris, assurent Manuel Clauss et Eric Wolff.

Les équipes attachées à la restauration et aux services rejoignent les équipes de l’Alsacienne de restauration.

Les salariés conservent leurs avantages personnels. En intégrant notre entreprise, ils seront liés à nos accords collectifs, explique le directeur général du groupe.

Quel impact sur la consommation ?

L’offre sera alors retravaillée, déclare le directeur de la restauration commerciale.

L’axe prioritaire de cette nouvelle convention est de travailler la régularité, de garantir la promesse client.

Aujourd’hui le mont, accueille en journée de forte affluence 400 à 500 personnes par service.

Il propose trois offres bien distinctes en restauration, l’offre de base avec le self, une offre de restaurant avec services à table, des salles et menu spécifiques pour les groupes, ainsi qu’une offre de petit-déjeuner, avec une configuration particulière.

L’idée est d’avoir une bonne amplitude horaire, par rapport à l’accueil du public. Les visiteurs doivent pouvoir trouver un coin de restauration qui est adapté à leur besoin.

Ils doivent trouver un avantage à rester au mont.

Eric Wolff nous fait alors remarquer que l’ambition n’est pas de faire concurrence au restaurant de la vallée, mais de développer une restauration identifiable au Mont Sainte-Odile.

C’est déjà le cas avec les fameuses bouchées à la reine du Mont Sainte Odile.

Mais pourquoi pas une bière du jubilé ? soumet Eric Wolff

Attirer des talents, nouvelles préoccupations ?

Dans l’absolu, le mont voudrait tourner avec une cinquantaine de personnes.

Ainsi, des campagnes de recrutement seront lancées dans le but d’attirer des talents.

Ce recrutement doit offrir au visiteur un service régulier, compétent et accessible.

Le père Christophe Schwalbach, recteur du mont Saint Odile, nous explique ce qui a motivé la mise en place de cette convention : La technicité de plus en plus pointu du métier de l’hôtellerie et de la restauration.

En effet, aujourd’hui, la gestion devient de plus en plus complexe, et c’est dans une optique d’un service fluide et adéquate que le mont professionnalise la restauration et l’hôtellerie.

Et pour l’avenir, des idées ?

Le mont change, nous informe le père Schwalbach. Dans l’avenir, des nouveaux projets verront le jour. Et ça, Éric Wolff l’a déjà imaginé.

A moyen terme, Le projet serait de mettre en place une synergie avec la ville de Strasbourg et plus particulièrement le restaurant l’Ancienne Douane que le groupe a comme client.

Le principe est de proposer une offre attractive aux touristes qui peut, par exemple, l’emmener de Strasbourg où ils déjeunent à l’ancienne douane jusqu’au mont St-Odile où ils dinent et passent la nuit.

Pris en charge par un tour opérateur, le visiteur découvrirait à la fois le cœur de Strasbourg et le dépaysement, expose Manuel Clauss.

La collaboration semble déjà bien fonctionner entre l’Alsacienne de restauration et le Mont St-Odile.

La volonté de garder l’authenticité du lieu tout en créant un nouveau type de service de qualité et accessible à chacun : c’est l’ambition de ce nouveau partenariat.