Le curé Roland Diss branché autrement

A la veille du premier dimanche de l’avent, le temps est à la grisaille, le clocher de la paroisse de Weyersheim se voyait à peine dans le ciel rempli de brouillard, et sur la place du village, des bénévoles, s’affairaient à mettre en place des décorations de Noël.

Roland Diss, curé des Prairies de la Zorn

Dans cette ambiance rurale, sur cette même place j’arrive au presbytère de Weyersheim. Le  père Roland Diss m’y accueille chaleureusement. Il est le curé de la communauté de paroisses des Prairies de la Zorn, placée sous le patronage de Ste Bernadette et reconnu par Mgr Vincent Jordy le 27 juin 2010. Il me précise : « Weyersheim (3800 habitants avec environs 90% de catholiques) et son annexe Bietlenheim (300 habitants, majoritairement protestant avec sa seule église protestante)  Geudertheim (3100 habitants avec environs 50% de catholiques), Hoerdt (4800 habitants et 60% de catholiques) sont les différents clochers qui ont été regroupés. »

Le Père Roland Diss est né le 17 juin 1951. Il est originaire de Strasbourg.

« Après avoir travaillé pendant 23 ans dans l’industrie électrique, j’ai décidé de me brancher autrement. »

m’affirme-t-il avec un sourire. Le 30 juin 1996, il fait partie, de cette grande promotion, de 13 prêtres ordonnés dont il est l’ainé. Le plus jeune avait vingt ans de moins que lui.

Avant cela, il fera un premier cycle de séminaire à Paray Le Monial, puis revient à Strasbourg en 1992 pour quatre années de Grand Séminaire. Durant sa formation et avant d’être curé, il connaît différentes réalités paroissiales. Avant son diaconat, il est stagiaire dans la paroisse St. Michel de Reichstett. Durant quatre ans, il est vicaire chez le Père Alain Donius à Koenigshoffen. Pour six ans, il est nommé à Schnersheim dans le Kochersberg, avant d’arriver en 2006 à Weyersheim. Cette diversité paroissiale rencontré au fil des nominations l’ont aidé à découvrir l’unicité des lieux.

Aujourd’hui, à la tête de la communauté de paroisses des prairies de la Zorn, il précise : « Chacune des communautés a sa coloration. Il faut essayer de la respecter. J’essaye toujours, quand c’est possible de m’adapter aux tendances. Chaque clocher avec ses fidèles a ses particularités. » Le curé sait aussi s’entourer. Il est accompagné d’une fidèle EAP (Equipe d’Animation Pastorale) de 7 personnes. Il aime le contact avec les gens et travaille en bonne collaboration avec les conseils de fabriques qui sont de belles équipes, avec les chorales et toutes les autres structures de sa paroisse.

« Les personnes engagées dans un service sont généreuses. Elles ont leur manière de voir les choses.  Ce qui est important c’est de travailler ensemble. Nous sommes engagés ensemble pour suivre le Christ.  En tant que curé je remercie beaucoup les gens. Il faut valoriser toutes les initiatives et réalisation. »

Ainsi, à Geudertheim par exemple, les paroissiens ont pris l’initiative de mettre une adoration en place dans la crypte de l’église. Le Saint Sacrement est grâce à un système d’éclairage spécifique toujours exposé. Les catholiques s’inscrivent dans une chaîne de prière, et ainsi l’adoration et presque perpétuelle.

Dans cette vie paroissiale, le Père Diss est heureux des relations avec les différentes mairies.

Aujourd’hui, c’est un prêtre paisible et accueillant qui vit dans le presbytère de Weyersheim en face de la mairie avec sa maman qui fêtera ses 99 ans le 16 février prochain. Très humblement et de manière très conviviale, il est le serviteur de cette communauté des Prairies de la Zorn.

J. Thomas