Au coeur des réalités humaines – ZP Mulhouse

Un projet original de présence d’Église au cœur de la ville et de l’agglomération mulhousienne. Église ouverte tous les jours de 8 à 19 h, elle offre la possibilité à tout un chacun de trouver là une communauté prête à l’accueillir et à l’accompagner.

L’équipe animatrice du lieu a le souci de faire vivre et grandir à Sainte Marie une communauté fraternelle et accueillante qui devienne un terreau où chacun puisse enraciner sa foi.

Sainte Marie Église Centre Ville veut être :

  • Un lieu de prière et de célébration où les célébrations sont simples et recueillies.
  • Un lieu d’accueil et d’écoute (groupe de parole pour les personnes divorcées ou divorcées-remariées ; des personnes qui assurent une présence régulière dans la journée à l’église.)
  • Un lieu d’accompagnement pour les adultes désirant être baptisés et/ou confirmés, pour les personnes ressentant le besoin d’un accompagnement spirituel, pour les personnes « recommençant à croire ».
  • Un lieu d’approfondissement et de formation en lien avec le Centre Porte Haute.
  • Un lieu présent à l’ouverture culturelle.

« Quand la communauté se nourrit de la Parole de Dieu, quand elle se laisse conduire par les itinéraires de foi que la liturgie lui fait vivre, quand elle puise sa dynamique dans la vie sacramentelle,
quand elle développe en son sein des occasions de partager les questions de foi, quand elle vit la réciprocité et l’attention mutuelle par un accueil et une charité inventive, quand elle se soucie de laisser toute leur place aux petits,
quand elle participe activement à la vie de la cité et y atteste concrètement l’amour de Dieu, quand elle vit le pardon mutuel et connaît la joie de la réconciliation, quand elle découvre l’Esprit à l’œuvre dans le monde,
alors ces différentes facettes de la vie ecclésiale forment comme un milieu nourricier où s’enracine l’expérience chrétienne de foi».[1]

________________________________________
[1] Texte National pour l’orientation de la catéchèse en France

un lieu libre et ouvert au coeur de Mulhouse

Le Centre Porte Haute, créé par les jésuites, est un lieu chrétien qui ne se définit pas immédiatement comme un « lieu d’Eglise ». La variété des activités qu’il propose s’adresse à un large public. Il est reconnu et soutenu par le Diocèse et par la Compagnie de Jésus.

Le lien du Centre Porte Haute avec les paroisses de la ville est constant depuis sa création.

Une couleur propre

L’inspiration ignatienne se concrétise dans une manière de procéder, une attention à la personne dans sa singularité, et à toutes les dimensions de la vie humaine. Elle ne vise pas à donner des réponses, mais des outils pour permettre une croissance humaine et spirituelle libre et autonome.

Cette spiritualité a pour caractéristique de prendre en compte la personne dans sa singularité et sa globalité. Elle prend appui sur tout ce qui fait sa vie et son histoire afin de cheminer avec elle et de l’aider à trouver son propre chemin.

Un lieu de ressourcement et de formation

  • Prier autrement : Journées Marche Prière Partage, Prier avec l’argile, Parole et Geste…
  • Ouvrir les Ecritures : parcours bibliques
  • Se former
  • Davantage de vie : Corps, spiritualité et intériorité, Repères pour décider, Donner sens à son célibat
  • Les conférences-débats
  • Les stammtisch : un lieu de débat constructif sur les sujets d’Eglise

Un lieu d’accompagnement spirituel

Le Centre Porte Haute offre la possibilité à ceux qui le souhaitent d’être accompagnés personnellement par des personnes formées à ce service.

Centre Porte Haute
44 rue des franciscains
68100 Mulhouse
Tel : 03 89 45 43 50 – centreportehaute68@free.fr

Le site : www.centreportehaute68.info

Les migrations aujourd’hui, sont liées à la mondialisation et signalent un monde dans lequel on se déplace avec une facilité jamais connue jusque là. Les migrants viennent dans un pays avec un bagage culturel précis. Ils éprouvent le besoin de se retrouver périodiquement entre eux, pour parler leur langue, échanger des nouvelles et entendre parler du pays. On ne peut pas aller contre cette tendance naturelle qui est un droit imprescriptible. L’Église doit tenir compte de la diversité induite par l’arrivée des migrants en mettant à leur disposition des structures qui leur permettent de se retrouver entre eux, pour prier périodiquement dans leur langue maternelle dans la mesure où cette langue est celle dans laquelle la foi leur a été transmise et permet a priori davantage l’expression des sentiments les plus profonds.

La question des migrants n’est pas réservée à des spécialistes de la Pastorale des Migrants, mais elle est celle de toute l’Eglise. La question des Migrants n’est pas la question des autres, elle est bien notre question. L’échange de nos visions du monde était inévitable dans la rencontre des autres. C’est même, une aventure spirituelle à vivre par tous les chrétiens. Il en va de l’authenticité de notre foi chrétienne dans le contexte d’une société devenue plurielle.

L’Église et les migrants : un avenir commun ? Nous pouvons enlever le point d’interrogation car l’Eglise offre une surface d’expression et de rencontre à des personnes et des groupes d’origines diverses pour tisser une histoire promise à un avenir. Ce qui garantit l’avenir, c’est la Promesse de Dieu accomplie en Jésus, à savoir le rassemblement de l’humanité entière dans une expérience commune de Salut. Et cela possède une pertinence sociale.
Ce à quoi la Pastorale des Migrants est appelée et qui est réclamé c’est de faire vivre dans toute une Église le souci de l’ouverture et de l’accueil, de garantir les conditions de l’expérience spirituelle de l’altérité.

Garantir l’approche positive des phénomènes migratoires

Dans une situation nouvelle de notre société et des relations internationales, nous risquons souvent de nous focaliser sur la dimension tragique de la mobilité humaine. Loin de nier les situations réelles de détresse matérielle et morale de beaucoup de migrants, mais pourquoi n’aborder le phénomène migratoire que sur le seul aspect problématique et négatif. La mobilité humaine est un donné de la mondialisation qui demande à être géré de façon humaine et généreuse pour la transformer en chance. Il n’est pas fatal que les mouvements migratoires deviennent des tragédies humaines. Pour cela, l’Église veut prendre sa part de responsabilité, et notamment le service de la Pastorale des Migrants. Il faut oser dire que nous voulons transformer l’épreuve de la migration en une chance à saisir pour servir l’unité de l’humanité, développer la solidarité en vue d’une fraternité élargie. Cette responsabilité s’enracine dans le témoignage que nous devons au Salut offert en Christ dans l’expérience pascale. L’épreuve de la migration peut être un lieu où « l’Esprit offre la possibilité d’être associé au mystère pascal ». Il appartient à l’Église d’en témoigner et de travailler efficacement pour qu’il en soit ainsi.

Rappeler et servir des droits fondamentaux pour les migrants

Il est utile de remettre la question des migrations dans la perspective des droits fondamentaux que l’Instruction romaine rappelle : le droit d’émigrer lié au droit naturel de tout homme d’user des biens matériels pour atteindre sa perfection d’une façon plus totale et aisée.
Lorsqu’un état ne peut mettre à la disposition de ses citoyens les moyens de vivre dans la dignité, « l’homme a le droit d’émigrer, de se choisir à l’étranger une nouvelle résidence et d’y rechercher des conditions de vie plus dignes »

Ce droit concerne les individus et les familles. Il appartient à l’Église de faire reconnaître ce droit voire de le redire : « les autorités publiques nieraient injustement un droit de la personne humaine si elles s’opposaient à l’émigration ou à l‘immigration ou si elles y faisaient obstacle. »

Ce droit d’émigrer doit pouvoir s’articuler avec des devoirs

  1. le devoir pour les individus de contribuer au progrès véritable de la communauté à laquelle on appartient. C’est le cas de ceux qui, jouissant d’aptitudes intellectuelles ou de biens matériels, se laisseraient prendre par le désir et la tentation d’émigrer. Sur ce dernier point, pour notre approche des mouvements migratoires, il est essentiel d’accueillir ce que disent les Églises locales dans les pays d’origine.
  2. le devoir pour les autorités publiques de créer des possibilités de travail pour garantir le développement.
  3. le devoir pour les nations riches de soutenir activement le développement solidaire avec les pays d’origine d’émigration.
  4. le devoir pour les pays d’accueil de faire correspondre aussi harmonieusement que possible le droit d’émigrer au droit d’immigrer.

En tous ces domaines qui ouvrent sur des vastes chantiers, la Pastorale des Migrants chercherait à apporter sa contribution en termes de réflexion et d’analyse, mais aussi d’action, de sensibilisation de l’opinion publique et de l’ensemble de l’Église. Pour cela, le partenariat est essentiel avec les organismes et les associations de la société autant que de l’Église. Pour qu’il soit fécond, le partenariat doit toujours pouvoir honorer et faire reconnaître la spécificité de l’approche de la Pastorale des Migrants.

Face aux mouvements migratoires et aux problèmes humains qu’ils posaient, l’Église a pris de nombreuses initiatives. Elle a aussi précisé son enseignement dans des documents officiels. Il existe plusieurs textes du magistère qui ont un intérêt important pour les migrants, certains sont disponibles en lignes.

Contacts

Service diocésain de la Pastorale des Migrants :

Délégué diocésain : Jean-Marie ROMANN

Maison diocésaine Teilhard de Chardin – 17 rue des Cigales – 68200 Mulhouse
Tél. 03 89 48 24 61 – pastomigrants.alsace@orange.fr

Prêtre Référent : Vincent-Marie MEYER, Vicaire épiscopal

10 rue Magenta – 68100 MULHOUSE
Tél. 03 89 45 46 51 – vicaireepiscopalmulhouse@laposte.net

Animateurs

Dans le Haut-Rhin et pour les questions concernant le dialogue chrétiens-musulmans :

Béatrice WIESER, 10 rue de Munster 68200 Mulhouse – Tél : 03 89 50 20 23 – wieserbeatrice@yahoo.fr

Publication trimestrielle

  • « En Toute Fraternité – la Passerelle »

Les communautés catholiques du Haut Rhin

Communauté Africaine en lien avec la communauté de paroisses des Coteaux de l’Illberg (Mulhouse)

  • Jacqueline LAHILLE 40 Allée Nathan Katz -03 89 46 05 95

Communauté des Îles en lien avec la communauté de paroisses Des Ponts (St.Antoine de Bourtzwiller)

  • Père Robert HARTER – 03 89 46 63 39 – robert.harter@orange.fr
  • Louisane RAMY – 03 89 65 17 96 – louisane.ramy@wanadoo.fr

Communauté Italienne – Mission Italienne de Mulhouse – 1 rue de la Wanne 68100 Mulhouse – 03 67 11 27 53

  • Père Vittorio EGIONE – 0762.14.81.65 – egivitt@libero.it
  • Maria Rosaria NAPPI – 03 89 75 74 16

Communauté Polonaise en lien avec la communauté de paroisses des Collines (Rixheim Ile Napoléon)

  • Père Marian KURNYTA – 03 89 61 97 00

Communauté Portugaise en lien avec la communauté de paroisses du Sel de la Terre (Wittenheim Kingersheim Ruelisheim)

  • Père Jéronimo LUBONGO – 06 69 90 45 79
  • Adriano CARDOSO – 03 89 56 43 92

Communauté Tamoule en lien avec la paroisse Sainte-Marie Eglise Centre Ville (Mulhouse)

  • Père Francis KALAN MADHAN – 06 48 64 85 29 – franciskalan@yahou.com
  • Dominique QUILLATEAU – 03 89 59 85 46 – dominique_pushpa@hotmail.com
  • Nelson PEIRIS – 03 89 46 26 15 – peiris.nelson@orange.fr

Communauté Vietnamienne (Sud-Est Asiatique) en lien avec la communauté de paroisses des Coteaux de l’Illberg (Mulhouse)

  • Père Paul Maurice SON – 06 84 51 94 57
  • Jacques QUANG – 03 89 56 46 49 – jquangj@yahoo.fr

Communauté Ukrainienne

  • Père Michel Dluback 03.89.51.08.73

Secrétariat National de la Pastorale des Migrants

269 bis, rue du Faubourg St Antoine – 75011 PARIS
Tél : 01 43 72 47 21 – Fax : 01 46 59 04 89
Courriel : snpm@eglisemigrations.org
Site : migrations.catholique.fr

Conseil Pontifical pour la Pastorale des Migrants :

http://www.vatican.va/roman_curia/pontifical_councils/migrants/index_fr.htm

La mission de la Pastorale de la Santé au sein de l’Église catholique en Alsace c’est principalement de :

  • être à l’écoute des personnes malades, handicapées, de leurs proches, à domicile, dans les établissements de santé, les hôpitaux… ;
  • y témoigner de la tendresse de Dieu ;
  • s’impliquer dans les questions éthiques ;
  • rester attentifs aux soignants ;
  • participer aux actions de la société civile dans les enjeux de santé.

Sur la zone de Mulhouse, l’Aumônerie Catholique est présente dans tous les établissements de santé de Mulhouse.

Elle accompagne les malades mais aussi leur famille dans ces moments douloureux de l’hospitalisation.

N’hésitez pas à entrer en contact avec le secrétariat :

  • secr-aumonerie@ch-mulhouse.fr – 03.89.64.60.40

Dans chaque paroisse des bénévoles se mettent au service des malades à domicile, des personnes âgées et handicapées qui ne peuvent plus sortir de chez elles pour des visites qui redonnent courage et sens à la vie….

Pour tout contact : Fabienne Nemett – coordinatrice du SEM (service évangélique des malades) – 03.89.60.63.09

Le deuxième dimanche du mois de Février est consacré à la Santé…

Le dimanche de la santé s’adresse aux malades, aux soignants et à tous ceux qui participent à restaurer la santé des malades. C’est une occasion d’inviter tous les chrétiens à réfléchir sur leur santé, ce bien qui nous est donné et que nous devons sauvegarder pour être utiles à nos frères. C’est aussi l’occasion de les sensibiliser à la place de nos frères souffrants et à leur dignité ».

En 2018, il aura lieu le  11 février et aura pour thème : « Montre-moi ton visage ».

Pour vous aider à préparer cette journée, un livret, des affiches et des images peuvent, comme chaque année, être commandés à la Pastorale de la Santé. Vous trouverez ici la lettre explicative : Lettre Livret santé 2018  ainsi que le bon de commande : Bon de commande Livret Dimanche santé-

Nous comptons sur vous pour faire vivre cette journée dans vos lieux de mission.