Service
de la pastorale
des
migrants

Responsable diocésaine

Arletta THOMAS • Maison diocésaine St Pierre • 27 rue des juifs • 67000 Strasbourg
Tél : 03 88 21 29 66 • pastorale.migrants@diocese-alsace.fr

Accompagné par

Hubert SCHMITT, Vicaire général
Tél : 03 88 21 24 24 • hubert.schmitt@archeveche-strasbourg.fr

Coopérateur pour le Haut-Rhin

Denis SCHWERTZ • Maison diocésaine Teilhard de Chardin • 17 rue des Cigales • 68200 Mulhouse
Tél. 06 09 02 52 55 – denisschwertz@gmail.com

Animateurs :

Haut-Rhin

Béatrice WIESER
06 85 56 91 98 – wieserbeatrice@yahoo.fr

Bas-Rhin

Gaston YOKA • 27 rue des Juifs • 67000 Strasbourg
06 67 76 25 59 – gastumba@gmail.com

Secrétariat National de la Pastorale des Migrants

58 avenue de Breteuil – 75007 PARIS
01 72 36 69 47
Courriel : migrants@cef.fr
Site : migrations.catholique.fr

Conseil Pontifical pour la Pastorale des Migrants

Liste des communautés issues de la migration en Alsace :

Dans le Bas-Rhin Dans le Haut-Rhin
Communauté Africaine
en lien avec la paroisse du Christ Ressuscité (Strasbourg-Esplanade)

  • Père Karl ELSENER • 06 65 79 28 55 • karl.elsener@orange.fr
  • Rose SIAMEY-
  • Massamba KISOKA • 06 62 62 12 69 • masskis@yahoo.fr
en lien avec la communauté de paroisses des Coteaux de l’Illberg (Mulhouse)

  • Jacqueline LAHILLE • 03 89 46 05 95
Communauté Hispanophone
en lien avec la paroisse du Christ Ressuscité (Strasbourg-Esplanade)

  • En attente de nomination
  • Dulce Maria COUSIDO • 09 51 67 57 14 • dulcecousido@yahoo.es
  • Inma ALCARAZ GONZALES • 06 02 08 83 90 • inalgon@hotmail.com
 Pas de Communauté
Communauté des îles
en lien avec la paroisse Saint-Vincent-de-Paul (Strasbourg-Meinau)

  • Père Jean-Claude BRAND • 03 88 61 36 03 / 06 67 04 06 65 • brandjeanclaude@yahoo.fr
  • Huguette JOSEPH • 03 88 84 69 68, 06 35 13 20 39 • huguette.joseph@laposte.net
en lien avec la paroisse

  • Père Robert HARTER • 03 89 46 63 39 • robert.harter@orange.fr
  • Louisane RAMY • 03 89 65 17 96 • louisane.ramy@wanadoo.fr
Communauté Italienne
191 route du Polygone – 67100 Strasbourg-Neudorf

  • Père Pietro MARCHETTI • 03 88 34 47 77
en lien avec la mission italienne de Mulhouse (1 rue de la Wanne  68100 Mulhouse)

  • Père Vittorio EGIONE • 06 45 49 60 64 • egivitt@libero.it
Communauté Malgache
en lien avec la paroisse Sainte-Madeleine (Strasbourg)

  • Père Ludovic RAKOTO • 03 88 56 42 51 / 07 70 60 19 26 • ludovicrakoto@hotmail.fr
  • Rahazivololona BODO • 06 10 64 18 05 • bodo974@hotmail.com
Communauté Polonaise
en lien avec la paroisse Notre-Dame-de-Lourdes (Strasbourg)

  • Père Ryszard GORSKI • 03 88 32 31 60 • ryszard.gorski@neuf.com
  • Iwona KOLAKOWSKA – 03 88 61 10 89, 06 62 38 10 89 – kolakowska@free.fr
  • Marzenna SZESZKO – 06 23 32 02 11 – marzenna.anna63@gmail.com
en lien avec la communauté de paroisses des Collines (Rixheim • île Napoléon)

  • Père Marian KURNYTA • 03 89 61 97 00
Communauté Portugaise
en lien avec les paroisses Saint-Urbain (Strasbourg-Neudorf) et Sainte-Famille (Schiltigheim) et St Antoine (Sélestat)

  • Père Bienvenu FAMBIO NYI FAMBIO • 07 58 85 97 03 • fambiobienvenu@hotmail.com
  • Marta CARVALHO • 06 63 96 33 15 • martaferreira3@yahoo.fr
  • Cindy CABRAL • 06 63 69 29 67 • cindouche_17@hotmail.fr
  • José VIEIRA FERREIRA – 03 88 92 36 94 – rocha.fifi@sfr.fr
en lien avec la communauté de paroisses du Sel de la Terre (Wittenheim, Kingersheim, Ruelisheim)

  • Père ?
  • Adriano CARDOSO • 03 89 56 43 92
Communauté Tamoule
en lien avec la paroisse Saint-Antoine (Strasbourg-Cronenbourg)

  • Père Francis KALAN MADHAN • 03 88 15 09 76 / 07 53 03 21 45 • madhanf.kalan@gmail.com
  • Jacqueline et Alphonse SAVARY • 06 32 67 54 07 • savalpjac@yahoo.fr
en lien avec la paroisse Sainte-Marie Eglise Centre Ville (Mulhouse)

  • Père Francis KALAN MADHAN • 03 88 15 09 76 / 07 53 03 21 45 • madhanf.kalan@gmail.com
  • Dominique QUILLAUTEAU • 03 89 59 85 46 • dominique_pushpa@hotmail.com
  • Nelson PEIRIS • 03 89 46 26 15 • peiris.nelson@orange.fr
Communauté Vietnamienne (Sud-Est Asiatique)
en lien avec la paroisse Sainte-Bernadette (Cité de l’Ill, Strasbourg-Robertsau)

  • Père Son LAM THAI • 03 88 62 68 99 / 07 50 37 17 48 • paulmaurice844@gmail.com
  • Jean-Jacques TRAN • 03.88.98.51.39 • tranjj@hotmail.com
en lien avec la communauté de paroisses des Coteaux de l’Illberg (Mulhouse)

  • Père Son LAM THAI • 03 88 62 68 99 / 07 50 37 17 48 • paulmaurice844@gmail.com
  • Jacques QUANG • 03 89 56 46 49 • jquangj@yahoo.fr
Communauté Coréenne
en lien avec la paroisse du Christ-Roi (Strasbourg-esplanade)

  • Père Clément Htag SIM • 06 15 63 54 65
  • Père Pierre • 07 82 09 48 71 • kl-love4@hanmail.net
  • Jeanne LI • 06 19 29 61 03 • younpak29@yahoo.fr
  • Misuk Marie Madelène HA • 07 83 33 49 97 • mhassug@naver.com
 Pas de communauté

mise à jour : 10 mars 2020

rasssembler

Les communautés issues de la migration diversement insérées dans notre diocèse :
etoile-rgepour favoriser les échanges entre elles,

etoile-rge pour renforcer les liens avec les paroisses d’accueil,

etoile-rgepour vivre une Église aux multiples visages.

dialoguer

avec d’autres croyants :
etoile-jnepour mieux se connaître et se comprendre,

etoile-jnepour chercher comment nos convictions respectives nous aident à mieux vivre ensemble.

vigilants

au respect des droits de la personne étrangère :
etoile-bleupour faire reconnaître la dignité des demandeurs d’asile sans papiers,

etoile-bleupour être solidaires des associations qui les accompagnent?

elargir

avec les paroisses, les services, les mouvements, les groupes d’Église :

etoile-vertpour apprendre à s’enrichir des différences,

etoile-vertpour trouver des moyens et des initiatives au service de la rencontre.

Qui sommes-nous ?

image9Les migrations aujourd’hui, sont liées à la mondialisation et signalent un monde dans lequel on se déplace avec une facilité jamais connue jusque là. Les migrants viennent dans un pays avec un bagage culturel précis. Ils éprouvent le besoin de se retrouver périodiquement entre eux, pour parler leur langue, échanger des nouvelles et entendre parler du pays.

On ne peut pas aller contre cette tendance naturelle qui est un droit imprescriptible. L’Église doit tenir compte de la diversité induite par l’arrivée des migrants en mettant à leur disposition des structures qui leur permettent de se retrouver entre eux, pour prier périodiquement dans leur langue maternelle dans la mesure où cette langue est celle dans laquelle la foi leur a été transmise et permet a priori davantage l’expression des sentiments les plus profonds.

 

La question des migrants n’est pas réservée à des spécialistes de la Pastorale des Migrants, mais elle est celle de toute l’Église. La question des Migrants n’est pas la question des autres, elle est bien notre question.

L’échange de nos visions du monde était inévitable dans la rencontre des autres. C’est même, une aventure spirituelle à vivre par tous les chrétiens. Il en va de l’authenticité de notre foi chrétienne dans le contexte d’une société devenue plurielle.

L’Église et les migrants : un avenir commun ?

Nous pouvons enlever le point d’interrogation car l’Église offre une surface d’expression et de rencontre à des personnes et des groupes d’origines diverses pour tisser une histoire promise à un avenir. Ce qui garantit l’avenir, c’est la Promesse de Dieu accomplie en Jésus, à savoir le rassemblement de l’humanité entière dans une expérience commune de Salut. Et cela possède une pertinence sociale.

Ce à quoi la Pastorale des Migrants est appelée et qui est réclamé c’est de faire vivre dans toute une Église le souci de l’ouverture et de l’accueil, de garantir les conditions de l’expérience spirituelle de l’altérité.

Garantir l’approche positive des phénomènes migratoires

image3Dans une situation nouvelle de notre société et des relations internationales, nous risquons souvent de nous focaliser sur la dimension tragique de la mobilité humaine. Loin de nier les situations réelles de détresse matérielle et morale de beaucoup de migrants, mais pourquoi n’aborder le phénomène migratoire que sur le seul aspect problématique et négatif.

La mobilité humaine est un donné de la mondialisation qui demande à être géré de façon humaine et généreuse pour la transformer en chance. Il n’est pas fatal que les mouvements migratoires deviennent des tragédies humaines. Pour cela, l’Église veut prendre sa part de responsabilité, et notamment le service de la Pastorale des Migrants.

Il faut oser dire que nous voulons transformer l’épreuve de la migration en une chance à saisir pour servir l’unité de l’humanité, développer la solidarité en vue d’une fraternité élargie. Cette responsabilité s’enracine dans le témoignage que nous devons au Salut offert en Christ dans l’expérience pascale.

L’épreuve de la migration peut être un lieu où « l’Esprit offre la possibilité d’être associé au mystère pascal ». Il appartient à l’Église d’en témoigner et de travailler efficacement pour qu’il en soit ainsi.

Rappeler et servir des droits fondamentaux pour les migrants

image5Il est utile de remettre la question des migrations dans la perspective des droits fondamentaux que l’Instruction romaine rappelle : le droit d’émigrer lié au droit naturel de tout homme d’user des biens matériels pour atteindre sa perfection d’une façon plus totale et aisée.

Lorsqu’un État ne peut mettre à la disposition de ses citoyens les moyens de vivre dans la dignité, « l’homme a le droit d’émigrer, de se choisir à l’étranger une nouvelle résidence et d’y rechercher des conditions de vie plus dignes »

Ce droit concerne les individus et les familles. Il appartient à l’Église de faire reconnaître ce droit voire de le redire : « les autorités publiques nieraient injustement un droit de la personne humaine si elles s’opposaient à l’émigration ou à l‘immigration ou si elles y faisaient obstacle. »

Ce droit d’émigrer doit pouvoir s’articuler avec des devoirs :

  1. le devoir pour les individus de contribuer au progrès véritable de la communauté à laquelle on appartient. C’est le cas de ceux qui, jouissant d’aptitudes intellectuelles ou de biens matériels, se laisseraient prendre par le désir et la tentation d’émigrer. Sur ce dernier point, pour notre approche des mouvements migratoires, il est essentiel d’accueillir ce que disent les Églises locales dans les pays d’origine.
  2. le devoir pour les autorités publiques de créer des possibilités de travail pour garantir le développement.
  3. le devoir pour les nations riches de soutenir activement le développement solidaire avec les pays d’origine d’émigration.
  4. le devoir pour les pays d’accueil de faire correspondre aussi harmonieusement que possible le droit d’émigrer au droit d’immigrer.

image7En tous ces domaines qui ouvrent sur des vastes chantiers, la Pastorale des Migrants chercherait à apporter sa contribution en termes de réflexion et d’analyse, mais aussi d’action, de sensibilisation de l’opinion publique et de l’ensemble de l’Église. Pour cela, le partenariat est essentiel avec les organismes et les associations de la société autant que de l’Église.

Pour qu’il soit fécond, le partenariat doit toujours pouvoir honorer et faire reconnaître la spécificité de l’approche de la Pastorale des Migrants.

Face aux mouvements migratoires et aux problèmes humains qu’ils posaient, l’Église a pris de nombreuses initiatives. Elle a aussi précisé son enseignement dans des documents officiels. Il existe plusieurs textes du magistère qui ont un intérêt important pour les migrants, certains sont disponibles en lignes.

image6