Les révolutions biomédicales : quels défis, quels enjeux ?

Bioéthique et nouvelles technologies : Quelle humanité préparons-nous ?

Le Centre Porte Haute propose une soirée-débat : Les révolutions biomédicales : quels défis, quels enjeux ?

Lundi 5 novembre 2018 à 20h à la Cour des Chaînes (15 rue des Franciscains • Mulhouse)

  • Tram Mairie ou Porte Haute
  • Parkings : Porte Haute, Flammarion, Central/Ste Marie ou Marechaux

Avec Dr Alain DE BROCA, neuropédiatre au CHU d’Amiens, docteur en philosophie, docteur en sciences biomédicales, directeur de l’Espace de Réflexion Ethique des Hauts-de-France

  • Tarif : 7 €
  • Tarif réduit pour les chômeurs et les étudiants : 3.50 €
  • Gratuit pour les lycéens

Interview du Dr Alain de Broca par Jean-Marie Wilhelm du Centre Porte Haute

 CPH : Vous avez comparé la situation actuelle à « une vague de Tsunami, à peine visible sur l’océan, mais qui vient à grande vitesse bouleverser toutes nos certitudes et nos paradigmes anciens » : pouvez-vous nous préciser ce qui vous a amené à une telle conviction ?

Dr Alain de Broca : Il n’y a rien d’une conviction mais bien de faits réels. Grâce à son ingéniosité, l’esprit humain a permis des inventions pour le vivre ensemble, pour le quotidien et pour vaincre nombre de maladies et c’est formidable.

Ce qui fait Tsunami est le nouveau rôle que prend, comme le disent de nombreux philosophes, la technique qui en quelque sorte s’autonomise, c’est-à-dire que plus personne ne sait trop bien comment vivre avec les nouveautés.

L’intelligence artificielle, les robots, les thérapies géniques, les modifications des gènes, les neurosciences envahissent notre monde et semblent devenir des systèmes qu’aucun humain ne peut réellement comprendre.

 CPH : Quels sont, selon vous, les biotechnologies dont les développements posent aujourd’hui des questions urgentes ?

Dr Alain de Broca : L’utilisation de l’intelligence artificielle et les robots renvoient à l’efficacité et l’efficience de l’humain dans son travail.

Que dire alors des plus faibles ?

La modification du génome est prodigieux pour soigner les maladies génétiques mais qu’en est-il si on veut augmenter son patrimoine en s’injectant des cellules souches ?

Les thérapies nouvelles sont très chères. Comment continuer à avoir encore une prise en charge de tous les patients par un système d’assurance maladie construit après la guerre ?

CPH : Des techniques de plus en plus nombreuses, de plus en plus efficaces, cherchent à toujours plus réduire nos infirmités, régler nos handicaps, augmenter nos performances, remodeler nos traits…Selon vous, que va devenir notre corps ? A qui ces possibilités vont- elles profiter avant tout ?

Dr Alain de Broca : Est-ce la même chose que de demander de se soigner ou de régler un handicap ou d’augmenter ses performances ?

Le débat est majeur et il faut oser le poser. Qu’est-ce que le dopage, qu’est-ce que le développement de l’humain.

On verra comment réfléchir sur le développement de l’homme permettra je l’espère de réponde à cette difficile question.

CPH : Quelles sont, pour vous, les conditions à observer pour que ces innovations puissent être vécues comme des progrès, pour que ces avancées nous rendent un peu plus heureux ?

Dr Alain de Broca : Il est difficile de répondre à ce qu’est le bonheur. Cela dépend non seulement de son bienêtre physique mais aussi psychique.

Et l’on sait que la psyché peut ne jamais se sentir bien même chez une personne sans maladie alors que la personne peut se dire heureuse malgré un handicap.

Nous réfléchirons ensemble au pourquoi de cette drôle de situation.

18-9-2018, Propos recueillis par Jean-Marie Wilhelm (CPH)

Conférence organisée avec le soutien de la ville de Mulhouse et de la Librairie 47° Nord

Contact : Centre Porte Haute 44 rue des Franciscains • Mulhouse • 03 89 45 43 50 / 06 18 66 68 66 • www.centreportehaute.orgaccueil@centreportehaute.org