Vivre ma foi – ZP Mulhouse

Pour prier ensemble : 5ème dimanche de Carême A

Jour du Seigneur               29 mars 2020 – 5ème dimanche de Carême A

« Moi, je suis la résurrection et la vie.

Celui qui croit en moi, même s’il meurt, vivra »

 SALUTATION :

Aujourd’hui, dans ce temps de Parole et de prière, nous percevons la disponibilité de Jésus ; il est généreux de son temps; il le donne pleinement et gratuitement. Il le donne pour parler de Dieu, de Son Royaume, de la Bonne Nouvelle d’Amour déjà à l’œuvre dans les vies, en germe, prête à éclore…  Il le donne pour toucher l’homme…

Donnons, nous aussi, un peu de notre temps pour nous relier à la vie que nous offrent le Père, + le Fils et le Saint-Esprit. Amen !

Kyrie :

Jésus sait toucher les cœurs. Il n’impose rien, ne repousse personne… Il croit seulement en l’autre et sait le rencontrer. En chacun, il voit la lumière qui peut jaillir des cœurs, il sent la vie forte qui peut s’épanouir et fructifier…

Il sait que tout homme peut toujours se relever… Alors, tournons-nous, pleins de foi et d’espérance,  vers Celui qui est la Résurrection et la Vie…

  • Seigneur Jésus, envoyé par le Père pour nous libérer du péché et de la mort…  R/ Prends pitié de nous
  • Ô Christ, venu dans le monde donner la vie à ceux qui croient en toi…
    R/ Prends pitié de nous
  • Seigneur, élevé dans la gloire du Père, d’où tu nous appelles à vivre déjà de la vie des ressuscités… R/ Prends pitié de nous

Que Dieu tout-puissant nous aide à vivre sous la puissance de son Esprit; qu’il nous pardonne nos péchés et nous conduise à la vie éternelle.  Amen !

ORAISON

Si Jésus  impressionne de nombreuses personnes, c’est parce que, ce qu’il dit, il le croit, il le vit, il le veut… et que ce qu’il dit est beau et bon. Ecoutons ensemble sa Parole en nous mettant dans un cœur à cœur avec Lui.

Évangile de Jésus Christ selon saint Jean, 11, 1…

En ce temps-là, Marthe et Marie,  les deux sœurs de Lazare, envoyèrent dire à Jésus : « Seigneur, celui que tu aimes est malade. » (…) Jésus aimait Marthe et sa sœur, ainsi que Lazare…   Il dit aux disciples : « Revenons en Judée. »

À son arrivée, Jésus trouva Lazare au tombeau depuis quatre jours déjà. Lorsque Marthe apprit l’arrivée de Jésus, elle partit à sa rencontre, tandis que Marie restait assise à la maison. Marthe dit à Jésus : « Seigneur, si tu avais été ici, mon frère ne serait pas mort. Mais maintenant encore, je le sais, tout ce que tu demanderas à Dieu, Dieu te l’accordera. »

Jésus lui dit : « Ton frère ressuscitera. » Marthe reprit : « Je sais qu’il ressuscitera à la résurrection, au dernier jour. »

Jésus lui dit : « Moi, je suis la résurrection et la vie. Celui qui croit en moi, même s’il meurt, vivra ; quiconque vit et croit en moi ne mourra jamais. Crois-tu cela ? » Elle répondit : « Oui, Seigneur, je le crois : tu es le Christ, le Fils de Dieu, tu es celui qui vient dans le monde. »

Jésus, en son esprit, fut saisi d’émotion, il fut bouleversé…

PRIERE DU NOTRE PERE

Père, en ressuscitant son ami Lazare, Jésus a consacré l’amitié que tu suscites entre les hommes. En consolant Marthe et Marie, il a nourri leur foi en la résurrection. Déjà vivants d’une vie nouvelle, nous voulons te prier comme nous l’as appris Jésus, le Seigneur des vivants :  Notre Père…

 COMMUNION

Heureux les invités au Repas du Seigneur !

                                        Voici l’Agneau de Dieu qui enlève le péché du monde….

PRIERE DE CONCLUSION :

Seigneur, ton amour entraine vers la vie. Je sais que tu m’aimes.
Dans mes moments difficiles, dans les moments où je crois qu’il est trop tard, qu’il n’y a plus rien à faire, Aide-moi, à te dire:

« Seigneur, je crois en toi! »

 

ENVOI

Marthe nous invite à croire qu’une résurrection est possible maintenant!
Une résurrection où l’en prend la main de Dieu et le chemin des hommes.
Que Dieu tout-puissant nous bénisse,
le Père, le Fils et le Saint-Esprit. Amen

 Allons dans la paix du Christ !   R/ Nous rendons grâce à Dieu

Méditation :

Celui qui croit en moi…

Mais qu’est-ce que « Croire en Jésus »?

Est-ce adhérer à un personnage qui nous entraîne vers une grande espérance? Est-ce adhérer à des noms (Christ, Messie, Seigneur, Fils de Dieu,…) que d’autres nous ont présentés et qui n’ont pas forcément eu le temps d’éclore en notre cœur?

Croire en Jésus, c’est avoir confiance en cette vie de résurrection qu’il nous propose. C’est la vouloir pour nous, pour aujourd’hui; c’est la désirer fortement !

Croire en Jésus, c’est avoir confiance en cette vie de résurrection toute tournée vers le Père et vers les hommes ; c’est croire qu’elle est chemin de Lumière, de Paix, de Joie, d’Amour, d’Eternité…

Croire en Jésus, c’est croire que cette Vie est plus forte que toute mort!

Marthe qui dit: « Oui, je crois! », connaît Jésus.

Elle sait sa proximité avec Dieu ; elle sait sa proximité avec l’homme.

Elle sait l’Esprit de communion qui l’habite, cet Esprit qui peut remettre le monde debout, cet Esprit qui peut ressusciter tout homme…

Marthe nous invite à croire qu’une résurrection est possible maintenant! Une résurrection où l’on prend la main de Dieu et le chemin des hommes.

La foi de Marthe et Marie est très forte.  Elles ont fait confiance à Jésus dans la vie; elles lui font aussi confiance dans la mort.            Source : idées caté

"Vous vous êtes déjà demandé ..."

Voici un passage du livre « Les Gratitudes » de Delphine de Vigan, à méditer en ce temps de confinement.

« Vous vous êtes déjà demandé combien de fois par jour vous disiez merci ? Merci pour le sel, pour la porte, pour le renseignement.
Merci pour la monnaie, pour la baguette, pour le paquet de cigarettes.
Des merci de politesse, de convenance sociale, automatiques, mécaniques. Presque vides.
Parfois omis.
Parfois exagérement soulignés : Merci à toi. Merci pour tout. Merci infiniment.
Grand merci.
Des merci de profession : Merci pour votre réponse, votre attention, votre collaboration.

Vous êets-vous déjà demandé combien de fois dans votre vie vous aviez réellement dit merci ?
Un vrai merci. L’expression de votre gratitude, de votre reconnaissance, de votre dette

A qui ?
Au professeur qui vous a guidé vers les livres ? Au jeune homme qui est intervenu le jour où vous avez été agressé dans la rue ? Au médecin qui vous a sauvé la vie ?
A la vie elle-même ?

Aujourd’hui, une vieille dame que j’aimais est morte.
Je disais souvent : « Je lui dois énormément
 » ou : « Peut-être que sans elle, je ne serais plus là. »
Je disais : « Elle compte beaucoup pour moi. »

Compter, devoir, est-ce ainsi que se mesure la gratitude ?
Mais l’ai-je assez remerciée ? Ai-je suffisamment montré ma reconnaissance ? Ai-je été assez proche, assez présente, assez constante ?

Alors je pense aux derniers mois, aux dernières heures. Nos conversations, nos sourires, nos silences.
Me reviennent les instants partagés. D’autres ont disparu. Et s’inventent ceux que j’ai manqués.
J’essaie de retrouver ce jour où j’ai compris que quelque chose avait basculé et que le temps dorénavant nous serait compté. »

Mille gratitudes du fond du cœur aux personnes rencontrées tout au long du chemin. Merci, Seigneur !

Texte sur l’espérance en ces jours de crise sanitaire

Voici un beau texte d’une sœur italienne de Milan sur l’espérance en ces jours de crise sanitaire.

L’espérance que cette endémie éveille nos consciences et nous ouvre aux autres, à ceux que nous aimons, à la Vie tout simplement  » Raphaël Pitti

La Speranza                                    

La Speranza en Italie ces jours-ci, c’est le ciel d’un bleu dépollué et provocant, c’est le soleil qui brille obstinément sur les rues désertes, et qui s’introduit en riant dans ces maisonnées qui apprennent à redevenir familles.

La Speranza ce sont ces post-it anonymes par centaines qui ont commencé à couvrir les devantures fermées des magasins, pour encourager tous ces petits commerçants au futur sombre, à Bergame d’abord, puis, comme une onde d’espérance – virale elle aussi – en Lombardie, avant de gagner toute l’Italie : « Tutto andrà bene <3 » (et comment ne pas penser à ces paroles de Jésus à Julienne de Norwich « …ma tutto sarà bene e tutto finirà bene »* ?),

La Speranza c’est la vie qui est plus forte et le printemps qui oublie de porter le deuil et la peur, et avance inexorablement, faisant verdir les arbres et chanter les oiseaux.

La Speranza ce sont tous ces professeurs exemplaires qui doivent en quelques jours s’improviser créateurs et réinventer l’école, et se plient en huit pour affronter avec courage leurs cours à préparer, les leçons online et les corrections à distance, tout en préparant le déjeuner, avec deux ou trois enfants dans les pattes.

La Speranza, tous ces jeunes, qui après les premiers jours d’inconscience et d’insouciance, d’euphorie pour des « vacances » inespérées, retrouvent le sens de la responsabilité, et dont on découvre qu’ils savent être graves et civiques quand il le faut, sans jamais perdre créativité et sens de l’humour : et voilà que chaque soir à 18h, il y aura un flashmob pour tous… un flashmob particulier. Chacun chez soi, depuis sa fenêtre… et la ville entendra résonner l’hymne italien, depuis tous les foyers, puis les autres soirs une chanson populaire, chantée à l’unisson. Parce que les moments graves unissent.

La Speranza, tous ces parents qui redoublent d’ingéniosité et de créativité pour inventer de nouveaux jeux à faire en famille, et ces initiatives de réserver des moments « mobile-free » pour tous, pour que les écrans ne volent pas aux foyers tout ce Kairos qui leur est offert.

La Speranza – après un premier temps d’explosion des instincts les plus primaires de survie (courses frénétiques au supermarché, ruée sur les masques et désinfectants, exode dans la nuit vers le sud…) – ce sont aussi les étudiants qui, au milieu de tout ça, ont gardé calme, responsabilité et civisme… qui ont eu le courage de rester à Milan, loin de leurs familles, pour protéger leurs régions plus vulnérables, la Calabre, la Sicile… mais surtout qui résistent encore à cet autre instinct primaire de condamner et de montrer du doigt pleins de rage ou d’envie, ceux qui n’ont pas eu la force de se voir un mois isolés, loin de leur famille, et qui ont fui.

La Speranza c’est ce policier qui, lors des contrôles des « auto-certificats » et tombant sur celui d’une infirmière qui enchaîne les tours et retourne au front, s’incline devant elle, ému :  « Massimo rispetto ».

Et la Speranza bien sûr, elle est toute concentrée dans cette « camicia verde » des médecins et le dévouement de tout le personnel sanitaire, qui s’épuisent dans les hôpitaux débordés, et continuent le combat. Et tous de les considérer ces jours-ci comme les véritables « anges de la Patrie ».

Mais la Speranza c’est aussi une vie qui commence au milieu de la tourmente, ma petite sœur qui, en plein naufrage de la Bourse, met au monde un petit Noé à deux pays d’ici, tandis que tout le monde se replie dans son Arche, pour la « survie », non pas des espèces cette fois-ci, mais des plus vulnérables.

Et voilà la Speranza, par-dessus tout : ce sont ces pays riches et productifs, d’une Europe que l’on croyait si facilement disposée à se débarrasser de ses vieux, que l’on pensait cynique face à l’euthanasie des plus « précaires de la santé »… les voilà ces pays qui tout d’un coup défendent la vie, les plus fragiles, les moins productifs, les « encombrants » et lourds pour le système-roi, avec le fameux problème des retraites…
Et voilà notre économie à genoux. À genoux au chevet des plus vieux et des plus vulnérables.
Tout un pays qui s’arrête, pour eux…

Et en ce Carême particulier, un plan de route nouveau : traverser le désert, prier et redécouvrir la faim eucharistique. Vivre ce que vivent des milliers de chrétiens de par le monde. Retrouver l’émerveillement. Sortir de nos routines…

Et dans ce brouillard total, naviguer à vue, réapprendre la confiance, la vraie. S’abandonner à la Providence.

Et apprendre à s’arrêter aussi. Car il fallait un minuscule virus, invisible, dérisoire, et qui nous rit au nez, pour freiner notre course folle.

Et au bout, l’espérance de Pâques, la victoire de la vie à la fin de ce long carême, qui sera aussi explosion d’étreintes retrouvées, de gestes d’affection et d’une communion longtemps espérée, après un long jeûne.

Et l’on pourra dire avec saint François « Loué sois-Tu, ô Seigneur, pour fratello Coronavirus, qui nous a réappris l’humilité, la valeur de la vie et la communion ! ».

Courage, n’ayez pas peur : Moi, j’ai vaincu le monde ! (Jn 16, 33)

Je reste à la maison, Seigneur !

« JE RESTE À LA MAISON, SEIGNEUR ! »    

Je reste à la maison, Seigneur ! Et aujourd’hui, je m’en rends compte,

tu m’as appris cela, demeurant obéissant au Père, pendant trente ans dans la maison de Nazareth,

en attente de la grande mission.

Je reste à la maison, Seigneur, et dans l’atelier de Joseph, ton gardien et le mien,

j’apprends à travailler, à obéir, pour arrondir les angles de ma vie

et te préparer une œuvre d’art.

Je reste à la maison, Seigneur ! Et je sais que je ne suis pas seul parce que Marie, comme toute mère,

est dans la pièce à côté, en train de faire des corvées et de préparer le déjeuner

pour nous tous, la famille de Dieu.

Je reste à la maison, Seigneur ! Et je le fais de manière responsable pour mon propre bien,

pour la santé de ma ville, de mes proches, et pour le bien de mon frère, que tu as mis à côté de moi,

me demandant de m’en occuper dans le jardin de la vie.

Je reste à la maison, Seigneur ! Et dans le silence de Nazareth, je m’engage à prier, à lire, étudier, méditer,

être utile pour les petits travaux, afin de rendre notre maison plus belle et plus accueillante.

Je reste à la maison, Seigneur ! Et le matin, je te remercie pour le nouveau jour que tu me donnes,

en essayant de ne pas la gâcher et l’accueillir avec émerveillement, comme un cadeau et une surprise de Pâques.

Je reste à la maison, Seigneur ! Et à midi, je recevrai la salutation de l’ange, je me rendrai utile pour l’amour,

en communion avec toi qui t’es fait chair pour habiter parmi nous ;

et, fatigué par le voyage, assoiffé, je te rencontrerai au puits de Jacob, et assoiffé d’amour sur la Croix.

Je reste à la maison, Seigneur ! Et si le soir me prend la mélancolie, je t’invoquerai comme les disciples d’Emmaüs :

reste avec nous, le soir est arrivé et le soleil se couche.

Je reste à la maison, Seigneur ! Et dans la nuit, en communion de prière avec les nombreux malades,

les personnes seules et tous les soignants, j’attendrai l’aurore pour chanter à nouveau ta miséricorde

et dire à tout le monde que, dans les tempêtes, tu as été mon refuge.

Je reste à la maison, Seigneur ! Et je ne me sens pas seul et abandonné, parce que tu me l’as dit :

je suis avec vous tous les jours. oui, et surtout en ces jours de confusion, ô Seigneur, dans lesquels,

si ma présence n’est pas nécessaire, je vais atteindre chacun, uniquement avec les ailes de la prière.

Amen

(prière d’un prêtre italien en quarantaine dont le frère prêtre est mort du covid-19)

 

Contre La Pandémie Du Coronavirus, Une Pandémie De Prière

CONTRE LA PANDÉMIE DU CORONAVIRUS, UNE PANDÉMIE DE PRIÈRE

Dieu unique et miséricordieux,
Tu es la lumière du monde.

Ouvre nos cœurs
pour que nous acceptions
la lumière de la foi.

Fais de nous une lumière
Qui se donne au monde
comme lumière d’espérance.

Transforme nos cœurs
pour qu’ils se remplissent
de la lumière de l’Amour.

Que la lumière que nous sommes
donne des fruits
de bonté, de justice et de vérité
de fraternité et de beauté

Accueil au Paradis ceux qui ont rendu l’âme,
aie pitié des malades
et donne consolation à leurs familles.

Délivre-nous de ce fléau, et que cette pandémie ouvre nos yeux
pour voir notre faiblesse et pour te voir, Toi,
comme notre Créateur, notre Seigneur et notre seul Sauveur.

Mgr Cristobal, archevêque de Rabat au Maroc.

Amen.

Psaume pour les soignants

Psaume pour les soignants

Seigneur,

Merci d’avoir semé dans le cœur de certains Le don, le talent et la force de prendre soin. Ce désir étonnant de remettre debout Ceux que la maladie avait mis à genoux.

De celui qui nettoie à celle qui opère, De celle qui rassure à celui qui transfère. Tu as placé dans le cœur des soignants Un trésor plus précieux que l’or et l’argent.

Mon Dieu, bénis ceux qui jour après jour Affrontent la souffrance avec tant de bravoure. Maudis les puissants qui depuis des années Sur l’autel de l’argent les ont tous sacrifiés.

Donne à nos soignants la force de tenir Contre cette épidémie dont nous craignons le pire. Donne à chacun de nous d’agir avec raison Pour ne pas rendre impossible leur mission.

Que cette épreuve soit une prise de conscience, Que leurs cris d’hier étaient plein de bon sens. Aujourd’hui, chacun d’eux est pour nous un exemple. Demain, nous chasserons les marchands du temple.

Prière réalisée par la Mission Ouvrière du diocèse de Lille

Pour prier en famille dans le cadre du jubilé Ste Odile

Sainte Odile, toi que le baptême a guérie,

Ouvre mes yeux à l’amour de Dieu.
Sainte Odile, toi qui as su pardonner,

Aide-moi à faire de même.

Sainte Odile, toi qui vivais dans la prière

et la louange tout le jour,

Aide-moi à prier et retrouver Dieu

présent au fond de mon cœur.

Sainte Odile, toi qui étais si attentive

aux pauvres et aux malheureux,

Apprends-moi à aimer comme toi tu as aimé.

Sainte Odile, toi qui avais un grand amour pour Jésus

Donne-moi de vivre la messe avec tout mon cœur.

Sainte Odile, toi dont la vie de famille a été compliquée,

Je te confie ma famille.

Rendez- vous le SAMEDI 7 NOVEMBRE 2020 au Mont Ste Odile pour vivre le grand Jubilé !

Prier pour nos petits-enfants

 En ce temps qui mêle Carême et crise nous sommes invités à prier pour nos enfants, nos petits-enfants.

Seigneur Jésus, tu as voulu grandir dans un foyer, Et tu as connu la chaleur et la tendresse des liens familiaux.

Par sainte Anne, nous venons te prier Pour nos enfants et nos petits-enfants.

Ils sont aussi les vôtres, et Tu les aimes.

Nous les aimons. Apprends-nous à les entourer avec amour et joie

Sans aucun égoïsme de notre part.

Garde l’unité entre nous ; elle sera leur force.

Que notre amour les aide à découvrir que tu les aimes en toutes circonstances.

Parfois nous avons peur de leur faux pas.

S’ils se détournent de Toi, alors surtout

Rends-nous capables de les comprendre et de les aimer vraiment.

Seigneur, par sainte Anne, purifie notre affection.

Nous les voulons trop semblables à nous,

Partageant nos goûts et nos certitudes.

Donne-nous de les faire grandir en hommes libres.

Que tous s’épanouissent selon ce que Dieu attend d’eux.

Seigneur, par sainte Anne, garde-les, garde-nous.

Veille sur les foyers qui nous entourent

Et rends-les accueillants à l’action de l’Esprit-Saint.

Prier avec Laudato si

 Prière pour la terre

 

 

 

 

Dieu Tout-Puissant qui es présent dans tout l’univers
et dans la plus petite de tes créatures,
Toi qui entoures de ta tendresse tout ce qui existe,
répands sur nous la force de ton amour                                                                                                                                                                                                                                                         pour que nous protégions la vie et la beauté.

Inonde-nous de paix, pour que nous vivions                                                                                                                                                                                                                                            comme frères et sœurs
sans causer de dommages à personne.

Ô Dieu des pauvres,
aide-nous à secourir les abandonnés
et les oubliés de cette terre qui valent tant à tes yeux.

Guéris nos vies,
pour que nous soyons des protecteurs du monde
et non des prédateurs, pour que nous semions la beauté et non la pollution ni la destruction.

Touche les cœurs
de ceux qui cherchent seulement des profits aux dépens de la terre et des pauvres.

Apprends-nous à découvrir la valeur de chaque chose,
à contempler, émerveillés, à reconnaître que nous sommes profondément unis à toutes les créatures                                                                                                                                                     sur notre chemin vers ta lumière infinie.

Merci parce que tu es avec nous tous les jours.

Soutiens-nous, nous t’en prions, dans notre lutte pour la justice, l’amour et la paix.

Pape François

Prier avec la pastorale de la santé

 

«J’encourage, avant tout, à faire des demandes, des prières, des intercessions et des actions de grâce pour tous les hommes.» 

Première lettre de saint Paul à Timothée, ch. 2, v.1

La prière est un don, une chance et même une force en cas de crise. Pour nous encourager à lutter contre le virus qui frappe le monde, pour soutenir ceux qui sont touchés directement ou indirectement par le coronavirus, je vous invite à nous unir autour d’une neuvaine. C’est une prière simple et accessible à tous qui commence le mardi 17 mars jusqu’au jour de l’Annonciation le mercredi 25 mars.

Découvrez la vidéo de présentation  qui explique comment prier une neuvaine : https://youtu.be/CkMUE3nLZmA

Chaque jour de la neuvaine est consacré à une intention particulière : 

Jour 1 – mardi 17 mars : les malades
Jour 2 – mercredi 18 mars : les personnes isolées
Jour 3 – jeudi 19 mars : les familles
Jour 4 – vendredi 20 mars : ceux qui ont rejoint le Père
Jour 5 – samedi 21 mars : les soignants, mes chercheurs
Jour 6 – dimanche 22 mars : les prêtres et les accompagnants
Jour 7 – lundi 23 mars : ceux dont le travail est arrêté
Jour 8 – mardi 24 mars : les gouvernants
Jour 9 – mercredi 25 mars : les journalistes.
Autour de chaque intention, notre prière est portée par un passage biblique, une méditation, un temps d’intériorisation, le «Notre Père», le «Je vous salue Marie» et la prière d’intercession du pape François.

Pour prier la neuvaine, il y a plusieurs options :

  • connectez-vous sur le site Prière dans la ville 
  • inscrivez-vous à Carême dans la ville
  • téléchargez les méditations de chaque jour en pdf (en bas de chaque page de neuvaine)
  • téléchargez l’intégralité de la neuvaine en cliquant ici (pdf).

 

Proposition d'un chemin de croix

Voici le chemin de croix préparé à partir de la proposition du CCFD et proposé par le Père Eric Maier, curé de la Communauté de  Paroisses du Quatelbach : https://sites.google.com/view/cpquatelbach/confinement

Vous y trouvez l’ensemble des prières et méditations proposées par le CCFD Terre Solidaire, ainsi que les chants prévus.

Pour que cela fonctionne correctement, il faut télécharger le fichier sur votre ordinateur.

Au cas où, voici le lien direct

Dans nos communautés de Paroisses en lien avec les mouvements et services et les communautés issues de la Migration

Le dimanche est plus large que la messe. Il est tout entier ‘’le jour du Seigneur’’ !

Dans le cas d’un dimanche autrement, les gens ne se réunissent pas seulement pour la messe, mais pour vivre quelque chose ensemble, avant et après la messe, pour des échanges intergénérationnels et interculturels.

Après avoir vécu quelque chose ensemble, les participants sentent que leur vie a été prise en compte, que Dieu y est présent, et qu’ensemble ils forment une communauté de croyants.

Image-sous-croyants

OBJECTIFS D’UN DIMANCHE AUTREMENT !

  • Vivre un moment fort autour de la Parole de Dieu.
  • Vivre une expérience de rencontre avec le Christ.
  • Donner envie de venir parce que chacun aura sa place, sera acteur (d’une manière ou d’une autre) de l’événement.
  • Faire participer les enfants, les jeunes, les adultes en faisant un travail préparatoire en amont sur les textes de la Parole choisis pour la journée.
  • Une célébration enrichie par les apports d’activités vécues dans la journée.
  • Ouverture pour ceux qui rejoignent pour le temps de la célébration, qu’ils s’y sentent accueillis.
  • Pour le temps d’envoi: on peut prévoir des appels pour vivre des événements bien précis pour donner suite au vécu de la journée.

Publics visés !

  • Un public de toutes générations.
  • Des publics plus occasionnels, notamment les parents des enfants, des jeunes et les personnes qui ont vécues une étape chrétienne.
  • Sensibiliser les personnes qui sont habituellement aux offices.
  • Mobiliser les mouvements, les services.
  • Permettre à des personnes de milieu populaire de bien trouver leur place.

Points d’attention

  • Bien soigner l’annonce parmi les habituels de la paroisse.
  • En amont de l’événement, mettre un maximum de personnes dans le coup. Veiller à ce que la Parole soit partagée.
  • Aspect convivial très important.

Formules du dimanche matin

  • Possibilité de commencer la journée par un petit déjeuner
  • Temps d’accueil: introduire la matinée par la proclamation de la Parole de Dieu ( ex : des jeunes pourraient la mimer !).
  • Temps en ateliers autour de la Parole :
    • Soit par tranche d’âges: enfants, jeunes, adultes
    • soit en intergénérationnel avec un aspect créatif
  • Temps de célébration festive
  • Si l’on n’a pas commencé la journée par le petit déjeuner, la terminer par un verre de l’amitié, voir un repas.

Autres formules:

Le samedi ou un jour férié, une marche …

Page réalisée à partir des réflexions du groupe GREPO (Groupe de Recherche en Monde Populaire) de Mulhouse

« La formation est un élément essentiel dans le développement du Peuple de Dieu. » Pape François

Au 18ème siècle, Condorcet plaidait déjà pour une instruction tout au long de la vie, aujourd’hui plus que jamais il est essentiel et vital de poursuivre la formation pour une véritable coresponsabilité dans la mission d’annonce de l’Évangile.

Saveurs d’Évangile

L’aventure continue !

Vous avez déjà été nombreux à vous lancer dans l’aventure Saveurs d’Évangile !                 Mise en page 1

Pour l’année pastorale 2019/2020, le service des formations continue de proposer cet outil qui vous permet de vivre en équipe un temps de partage pour goûter la Parole.

Pour le Carême, nous reconduirons le livret pour vous permettre de suivre en équipe ce beau temps de marche vers Pâques

Alors ensemble, goûtons la Parole de Dieu… Nous contacter Site internet pour retrouver les ressources : www.alsace.catholique.fr/saveurs‐d’Évangile

Adresse mail de contact : saveursdevangile@diocese‐alsace.fr Pour toute information ou renseignement sur l’outil, sa démarche et son utilisation :    Elodie VERDUN‐SOMMERHALTER ‐ 06.71.50.83.30  et  Marie‐Claire PLUMERÉ ‐ 06.30.90.33.99 ‐ mclaire.plumere@laposte.net

 

La Zone pastorale de Mulhouse propose aux enfants et à leur famille de se préparer à la journée de pèlerinage pour la zone de Mulhouse prévue le 7 novembre 2020

Cette rencontre prend place dans le cadre du Grand Jubilé de Ste Odile.

Mais qui est Ste Odile ? Pourquoi est-elle une figure importante en Alsace ?

Qui est Sainte Odile ?
Sainte Odile nait vers 662 à Obernai et meurt vers 720. Fille du duc Etichon-Adalric d’Alsace, elle fonde le monastère de Hohenbourg, sur l’actuel mont Sainte-Odile et en devient l’abbesse. Elle est canonisée au XIe siècle et est considérée comme la sainte patronne de l’Alsace. Née aveugle, elle est baptisée à 12 ans. Elle recouvre la vue et on lui donne le nom de Odile « fille de lumière ». Son père veut la marier à un jeune prince. Par amour pour Dieu, Odile refuse ce mariage. Etichon comprend alors le destin d’Odile ; il lui fait don du château de Hohenbourg. De nombreuses filles rejoignent Odile, pour mener avec elle une vie de prière et de charité. Odile fait le bien autour d’elle jusqu’à sa mort.

Pour prier en famille avec Ste Odile :newsletter 1

 

 Le Grand Jubilé de Sainte Odile, c’est quoi ?
Du 13 avril 2020 au 13 décembre, le Diocèse de Strasbourg veut fêter Sainte Odile dans la joie et la reconnaissance de ce que fut sa vie. Pour cela, chacun est invité à vivre ce Jubilé à travers diverses propositions. La Zone Pastorale de Mulhouse a déjà réservé le samedi 7 novembre 2020 pour se rendre sur le Mont SainteOdile, découvrir ce lieu et se mettre dans les pas de la sainte patronne de l’Alsace. Vous êtes déjà tous invités à y participer !

Pour tout renseignement, vous pouvez contacter Dominique Fuchs, animatrice de la Zone Pastorale de Mulhouse au 03 89 60 63 09  ou par mail : animatricezonemulhouse@laposte.net

 

 

Retrouvez tous les horaires des célébrations sur www.messes.info