L’église de l’Assomption de Wahlenheim

A Wahlenheim, l’église Notre Dame de l’Assomption veille sur le charmant village accessible en deux minutes depuis l’autoroute Strasbourg via Haguenau en empruntant la sortie Pfaffenhoffen D 419.

Bienvenue à vous qui êtes venus rejoindre ce site pour découvrir ou redécouvrir une belle église,  un lieu de rencontre d’hommes et de femmes, quelques traces de son histoire, ou simplement la beauté du patrimoine religieux d’un petit village fier d’être le gardien d’un héritage vivant.

Venez, entrez,  il y a des bribes de lumière pour chaque âge, pour chaque instant de la vie.

Vous avez en face de vous un maître-autel classé monument historique depuis le 2 avril 1969.

Son histoire est assez particulière.

Après la reconstruction de l’église en 1781, le Supérieur BARTHLE du pélérinage de Marienthal proposa à la paroisse de Wahlenheim, d’acquérir le superbe maître-autel que les jésuites, inspirés par les grands autels à baldaquins parisiens, avaient fait faire en 1741 pour l’église de Marienthal. Et à l’époque,  ce n’est autre que Marie Leczinska, Reine de France, fille de Stanislas ancien Roi de Pologne, épouse du roi Louis XV,  qui en fut la donatrice.

Un document important pour le maître-autel de Wahlenheim et son histoire est constitué par une gravure contemporaine exécutée par le graveur strasbourgeois Jean Martin WEISS. Cette gravure porte l’inscription « Dédié à la Reine »

La Vierge Douloureuse en forme de Pietà ou Vierge de Pitié et en allemand « Vesperbild », datée 1782 est une copie de la statue originale restée à Marienthal. Elle trône sur une embase massive, sous forme de retable, richement décorée intégrant le tabernacle. La Vierge surmonte le tabernacle et semble porter sur ses bras le corps du Christ. Les 6 chandeliers de l’autel et la croix sur le tabernacle datent de 1782 et furent sculptés par Jean Michel PFAFF de Haguenau.                                                                                                            

Le tombeau de forme galbé renferme sur un cartouche central le monogramme I.H.S. (Iesus Hominum Salvator) le H surmonté d’une croix et en dessous un cœur avec trois clous symbole des jésuites. Le maitre-autel est rythmé par quatre piliers à fût rectangulaire et à chapiteau composite, surmonté d’un entablement avec une frise à fleurs, puis d’une corniche. Sur les 4 corniches repose le baldaquin formé par 4 extraordinaires volutes décorées de palmes dorées et de nuages.                                                                                                                                                                 Dans la partie supérieure 2 angelots soutiennent des guirlandes de fleurs. Au faîtage est suspendu un dais en forme de cloche garnie d’un lambrequin qui surplombe la Pietà. La partie supérieure du faitage qui supportait une croix a été supprimée car le chœur de l’église de Wahlenheim n’était pas assez haut. Elle a été couronnée par 4 pots à feu.

Ce maître-autel recèle encore bien de merveilles, couronne, robe de la Vierge, attributs Pontificaux et Episcopaux que vous seul, chers amis visiteurs, pourrez apprécier en venant sur place.

Mais aussi les autels latéraux renovés qualifiés de style renaissance, la chaire, l’orgue STIEHR (1861), les vitraux dont 4 sont réalisés en 1863  par le maître verrier de la cathédrale, et mon coup de cœur, il est placé tout près du chœur !  Vous ne pouvez le manquer, le magnifique baptistère en forme de calice réalisé en 1616 en grès des Vosges où, si vous faites silence, vous entendrez chanter la source de l’abondante tendresse de Dieu.

A Wahlenheim, les portes de l’église sont ouvertes chaque jour. Même si elle nous parle du passé, notre église reste « un lieu de vie pour aujourd’hui ».

Merci à tous ceux qui permettent que ce lieu soit ouvert, accueillant, propice à la prière ou à la simple visite, un lieu de calme où chacun peut venir trouver un peu de sérénité, goûter le beau !

Maryvonne Lotz

Equipe pastorale du tourisme,  Communauté de paroisses  “des Trois – Croix”