Je donne à l'église
nos paroisses
Horaires de messes
GoMesse

Communauté de paroisses

Terre de promesses

Zone pastorale des Trois-Frontières

Bienvenue sur le site de la Communauté de paroisses Terre de promesses

 

L’accueil physique au presbytère est de nouveau assuré du Lundi au Vendredi, de 9h30 à 11h30.

Certaines informations peuvent être momentanément absentes, merci pour votre compréhension.

 

Notre Communauté de paroisses est composée des 10 paroisses suivantes :

Geispitzen, Koetzingue, Magstatt le Bas, Magstatt le Haut, Rantzwiller, Sierentz, Uffheim, Wahlbach, Waltenheim, Zaessingue

Merci de votre visite

Le mot de notre curé

Le LIEN Interparoissial

Vous pouvez feuilleter en ligne Le LIEN Interparoissial du mois de novembre. Bonne lecture !

 

LA TOUSSAINT : TOUS SAINTS !

 « Bienheureux ceux qui meurent dans le Seigneur »

Quelle est donc l’origine de cette fête ?

Louis le Débonnaire, fils de Charlemagne, en fixa la date au 1er novembre, de façon définitive, en 875. Elle existait déjà dans l’Eglise d’Orient depuis 363 où l’idée fut d’une seule fête pour célébrer les martyrs (témoins de la foi) pour avoir chacun un jour de fête. C’était aussi pour unifier la fête qui se célébrait déjà à Rome et en d’autres endroits. Rappelons aussi que la fête de la Toussaint a été empruntée aux Irlandais par Alcuin (savant religieux anglo-saxon) et répandue par les moines de Cluny au 11ème siècle. Se pose tout de suite la question :

« Qu’est-ce qu’un(e) SAINT (E) ? »

On pourrait dire dans un premier temps que c’est un être humain qui, sans être parfait, a aimé Dieu le plus parfaitement possible. Le grand philosophe Bergson avait coutume de dire : « Les saints n’ont pas besoin de prêcher, leur existence est un appel. ». Je ne puis m’empêcher de citer notre poète national Charles Péguy qui met dans la bouche de Dieu ces paroles tellement vraies : « Nos Français sont comme tout le monde ; peu de saints, beaucoup de pécheurs. Un saint, trois pécheurs – Et 30 pécheurs – Et 300 pécheurs – Et plus. Mais j’aime mieux un saint qui a des défauts, qu’un pécheur qui n’en a pas. Non, je veux dire : j’aime mieux un saint qui a des défauts qu’un neutre qui n’en a pas ! »

Cela dit, permettez-moi d’ajouter : « Un saint est celui qui croit que Dieu l’aime ».  N’est-ce pas formidable de savoir et de croire cela envers et contre tout ? Le saint Curé d’Ars avait coutume de dire : « Les saints n’ont pas tous bien commencé, mais ils ont tous bien fini ». Cela peut et doit nous rassurer, pas vrai ? Nous avons tous des membres de nos familles, qui ont « sprinté », qui sont déjà arrivés auprès du Seigneur où ils intercèdent pour nous.

Le saint moine Silouane du Mont Athos disait :

« Par le simple fait qu’ils existent, même si le monde ne les connaît pas, les SAINTS font descendre sur la terre, sur l’humanité tout entière, une GRANDE BÉNÉDICTION :

Tous les saints ont un passé. Tous les pécheurs ont un avenir ! »

Enfants, nous chantions tous les jours de la semaine la messe de requiem : « Donne-leur, Seigneur, le repos éternel. »

Au risque d’en choquer certains, j’ose dire ici haut et fort, que je n’ai aucune envie de me « reposer éternellement » après ma mort ; une petite sieste, ça, oui ! Mais j’aimerais pouvoir dire à la suite du Père Maximilien Kolbe (Franciscain mort de faim à Auschwitz) : « Enfin je vais entrer dans la super activité de Dieu ! ». Nos chers défunts ne se reposent pas, ils intercèdent pour nous, ils prient pour nous, ils nous aiment plus que jamais. N’ayons pas peur de les solliciter sans nous lasser. Empêchons-les de trop « se reposer ! ».  Je nous souhaite à tous une bonne dose d’optimisme comme l’a vécue Martin Luther qui aimait dire : « Si l’on m’apprenait que la fin du monde est pour demain, je planterais quand même un pommier. »

Bonne et joyeuse fête de la Toussaint, à vous, chers amis, et à tous les vôtres !

Fraternellement vôtre,

Père Raymond Schloegel

Publications du diocèse

Web TV

Radio DAB+

Presse écrite