Suivez toujours les messes célébrées par M.le Curé

M. le Curé célébrera les messes des prochains dimanches en direct à 10 h.

Il vous invite à suivre ces célébrations en direct sur la page Facebook de la paroisse.

ou sur le lien youtube : vous accederez alors à toutes les vidéos célébrées par M.le curé, ainsi que celle en direct.

 

Homélie des Rameaux
Bien cher frère, bien chère sœur,
Avec la fête des Rameaux et de la Passion, nous voici toi et moi entrés dans les célébrations de la Semaine-Sainte, point d’orgue de ce temps de Carême et du mystère de la Passion et de la Résurrection de notre Seigneur.
Quelle époque étrange vivons-nous, comme si on nous avait fait entrer dans l’un de ces films américains post-apocalyptiques.
Aurais-tu pu imaginer un instant que l’on t’enferme chez toi, ainsi que la plupart des habitants de toute la planète plusieurs semaines ? 5-6 jours voire deux semaines pourquoi pas ? Ça fait des vacances surprises ! Mais plusieurs semaines ! En fait, au bout d’un certain temps on commence à comprendre que ce n’est pas si marrant que çà. On entend ici et là les difficultés voire les drames liés à la promiscuité forcée : solitude, violence, crainte, déprime…
Ce Carême, tu ne l’oublieras pas de sitôt. Et sans doute du coup, abordes-tu les fêtes de Pâques avec une intensité renouvelée plus forte que d’habitude. La foi est probablement devenue plus intime, plus vitale, sûrement plus nécessaire et en même temps peut-être plus trouble, marquée par beaucoup de questionnements !
Ainsi, d’une certaine manière on peut entrer plus aisément dans les sentiments et l’état d’esprit des juifs de l’époque de Jésus qui étaient aussi pleins de questions et d’attente de délivrance. Pour eux, l’espoir c’était être délivrés de l’oppression romaine par un Roi-Politique, le Messie annoncé par les prophètes. Pour toi, aujourd’hui être délivré de ton confinement, mais pas seulement. Tu attends sans doute d’être délivré de plein de chose qui encombrent ton cœur et ton esprit, la santé, la vie de famille, de couple, les amis, le travail, les choses matériels, un prêt bancaire…
En approchant de Jérusalem avec ses apôtres, Jésus est accueilli avec une immense ferveur par tout le Peuple rassemblé au bord du chemin : « Hosannah, fils de David » qui veut dire, « Sauve-nous, fils de David » ! Oui sauve-nous Jésus ! Mais sauve-nous de quoi ? Ce matin en assistant à la messe derrière ton écran, que demandes-tu au Maître qui vient à toi mystérieusement ? As-tu préparé ton cœur avec des manteaux de prière et des palmes de charité pour l’accueillir ?
Ce qui est terrible dans ce qui se joue dans les lectures de ce jour c’est finalement le divorce, l’incompréhension totale qui nous sépare de Jésus. Il y a ce que nous attendons de Lui et ce qu’Il est réellement venu faire sur Terre. Ainsi, il y a nos priorités d’un côté et les priorités de Dieu de l’autre. Car comme Il nous le dit : « Mes pensées ne sont pas vos pensées ». Car sinon, comment comprendre ce contraste extrêmement violent entre l’accueil triomphal des Rameaux et le lynchage du récit de la Passion ! A l’espoir immense mis en Jésus qu’on veut faire Roi au Rameaux succède sans transition une déception meurtrière qui le mènera tristement à sa Passion et à la Croix des rebus !
Mais ne t’y trompe pas, toi et moi, nous sommes pareillement ces foules qui acclament en chantant à plein poumon notre Roi, et celles, hurlantes de rage et de haine contre Jésus sur son chemin de Croix. Pourquoi ? Mais parce que nous sommes déçus !
Déçus de quoi tu oses me dire ? Mais, je n’ai pas besoin de t’énumérer toutes nos déceptions vis-à-vis de Dieu ! Si ce n’était pas le cas, si nous n’étions pas déçus de Lui, nos églises seraient pleines à craquer tous les jours, et pas seulement le dimanche ! Nous ne pécherions pas car nous serions pleinement unis à sa volonté et à sa vie divine. Toutes ces fois où toi et moi nous avons eu l’impression qu’il ne nous entendait pas, qu’il ne faisait pas attention à nos souffrances et nos malheurs ! Le péché, d’une certaine manière et une façon de nous venger, de Lui faire payer son apparent silence et indifférence à notre endroit.
Mais voilà, Jésus n’est pas venu pour délivrer les juifs de l’oppression romaine, ni pour te délivrer de tes soucis en priorité. Non pas qu’il soit d’accord avec l’occupant romain ou qu’il se désintéresse de tes problèmes. Il y a une priorité dont dépend tout le reste (l’occupation romaine et tes soucis et les miens). La priorité de Dieu :
TE SAUVER, ME SAUVER, NOUS SAUVER, TOUTE L’HUMANITE blessée par le Mal, la Souffrance et la Mort éternelle. Car le projet initial de Dieu, en nous créant était de nous rendre semblable à Lui : éternel et bienheureux sans Mal et sans Mort ! Mais la faute originelle a perturbé ce projet, elle ne l’a pas seulement abîmé, il l’a retardé en causant à toi et moi et tous nos frères des souffrances en tout genre qui afflige l’humanité et la Création toute entière. Mais pour que ces perturbations mortelles cessent (c’est-à-dire ces choses qui nous embêtent et que nous demandons à Dieu de faire cesser comme l’occupation romaine) Dieu doit rétablir le projet initial. On pourrait dire il doit réinitialiser le programme avec un logiciel adapté. Ce logiciel nouveau c’est Dieu lui-même qui vient dans son programme comme Néo dans la matrice de MATRIX (film des Wachowski en 1999).
Et pour cela, Jésus va pénétrer dans tes souffrances, ton mal et ta propre mort pour les détruire de l’intérieur, et ainsi transfigurer par sa propre vie divine ta vie humaine enfin délivrée de tout mal et de toute souffrance.
Tu demandais d’être délivré de tes symptômes du Mal, comme la morphine qui calme seulement les souffrances du cancéreux mais ne le guérit pas. Dieu lui, en son Fils Jésus sur la Croix, détruit directement les causes de tes souffrances et de ta mort, comme le chirurgien opère la tumeur cancéreuse en l’enlevant complètement.
Par conséquence, tu réalises maintenant que le bon Dieu ne t’a jamais abandonné, qu’Il t’a toujours écouté, qu’Il s’est toujours penché sur toi pour te prendre dans ses bras comme une maman berce son enfant malade pour le consoler avec cette promesse qu’elle le guérira. Tu voulais une petite guérison éphémère, le Seigneur veut ta guérison totale et définitive pour que tu puisses avec moi entrer dans sa vie, dans son éternité :
« Aujourd’hui avec moi, tu seras au Paradis », promet-il au larron repenti sur la croix.
Vois-tu, Jésus n’a pas délivré le bon larron de la croix comme le réclamait l’autre malfaiteur. S’il l’avait fait, cela n’aurait donné qu’un délai, mais le malfaiteur serait mort et damné à cause de son péché non pardonné. Jésus, va aller plus loin que la demande, il va le délivrer de tout péché et de la mort et le faire entrer comme le fils prodigue dans la joie éternelle de son Père, enfin libéré à jamais de tout ennui et de toute souffrance !
Suivons alors Jésus dans le récit de sa Passion tout au long de cette semaine sainte avec un cœur plein de reconnaissance et d’amour pour ce qu’Il fait pour toi, moi et tous nos frères avec un amour que l’on ne peut à peine imaginer : Il nous délivre comme on le lui demande si souvent mais au-delà de ce que nous avions espéré. Un Dieu donne sa propre vie pour toi et moi.