Jeudi 8 avril – Jeudi dans l’Octave de Pâques

Liturgie du jour

Les textes du jour

 

PREMIÈRE LECTURE   « Vous avez tué le Prince de la vie, lui que Dieu a ressuscité d’entre les morts » (Ac 3, 11-26)

PSAUME   8, 4-5, 6-7, 8-9

ÉVANGILE   « Ainsi est-il écrit que le Christ souffrirait, qu’il ressusciterait d’entre les morts le troisième jour » (Lc 24, 35-48)

___________________________________________________________________________

“La paix soit avec vous !”
Donne-nous, Seigneur, cette paix dont nous avons tant besoin en ces temps où nous ne savons pas de quoi seront faits nos lendemains.
Donne-nous, Seigneur, cette paix dont nous avons tant besoin en ces jours où nos horizons se ferment un à un.
Donne-nous, Seigneur, cette paix dont nous avons tant besoin pour calmer nos craintes et nos colères.
Donne-nous, Seigneur, cette paix dont nous avons tant besoin pour renaître dans un printemps qui tarde à vaincre la rudesse de l’hiver.

“Alors il ouvrit leur intelligence à la compréhension des Écritures.”
Seigneur, ouvre-nous à ton intelligence pour pouvoir lire et comprendre les Écritures, quand le doute s’immisce en nous, quand nous sommes emportés par des certitudes illusoires.
Mets en nous ton esprit pour que tes paroles puissent résonner en nous et rayonner autour de nous, quand nous sombrons au cœur de nos nuits sans espoir.
Apprends-nous à nous appuyer sur les textes pour changer nos attitudes, quand nous errons dans des déserts arides, quand nous nous perdons dans des océans sans horizons.
Mets en nous ta confiance pour que notre foi se consolide et que nous puissions témoigner de ta résurrection avec force, quand nous nous replions sur nous-mêmes par crainte d’affirmer nos convictions.

Catherine

___________________________________________________________________________

PSAUME 8, 4-5, 6-7, 8-9

R/ Ô Seigneur notre Dieu, qu’il est grand, ton nom, par toute la terre ! 

À voir ton ciel, ouvrage de tes doigts,
la lune et les étoiles que tu fixas,
qu’est-ce que l’homme pour que tu penses à lui,
le fils d’un homme, que tu en prennes souci ?

Tu l’as voulu un peu moindre qu’un dieu,
le couronnant de gloire et d’honneur ;
tu l’établis sur les œuvres de tes mains,
tu mets toute chose à ses pieds.

Les troupeaux de bœufs et de brebis,
et même les bêtes sauvages,
les oiseaux du ciel et les poissons de la mer,
tout ce qui va son chemin dans les eaux.