Vendredi 26 mars – 33ème jour de carême

Liturgie du jour

Les textes du jour

 

PREMIÈRE LECTURE   « Le Seigneur est avec moi, tel un guerrier redoutable » (Jr 20, 10-13)

PSAUME   17 (18), 2-3, 4, 5-6, 7

ÉVANGILE   « Ils cherchaient à l’arrêter, mais il échappa à leurs mains » (Jn 10, 31-42)

___________________________________________________________________________

40 jours de gratitude

“Les paroles agréables sont un rayon de miel, douces pour l’âme et salutaires pour le corps”. Proverbes 16, 24

Un chemin de gratitude proposé par le sanctuaire du Sacré-Cœur de Paray-le-Monial :

Abandon

Aujourd’hui, je progresse dans l’abandon en remettant une situation compliquée à Dieu. Je peux lire la prière de Charles de Foucauld.

 “Mon Père, je m’abandonne à toi, fais de moi ce qu’il te plaira. Quoi que tu fasses de moi, je te remercie. Je suis prêt à tout, j’accepte tout pourvu que ta volonté se fasse en moi et en toutes tes créatures, je ne désire rien d’autre, ô mon Dieu. Je remets mon âme entre tes mains, je te la donne ô mon Dieu avec tout l’amour de mon cœur, parce que je t’aime et que ce m’est un besoin d’amour de me donner, de me remettre entre tes mains, sans mesure, avec une infinie confiance, car tu es mon Père. “

___________________________________________________________________________

40 jours pour préparer nos cœurs à accueillir une vie nouvelle

Jésus met les juifs devant leurs incohérences, toujours avec une patience infinie. Dans un grand calme contrastant avec la violence des propos à son encontre, il éclaire leurs yeux aveugles à ses œuvres, leurs regards aveuglés par l’incrédulité. Il leur propose d’écouter la Parole mais ils y restent sourds. Il les ouvre à un chemin nouveau. Mais veulent-ils vraiment voir, veulent-ils vraiment prendre ce chemin de conversion ?
Dieu ne peut nous forcer à le rejoindre, il ne peut que nous montrer ses œuvres au travers de sa Parole, au travers de signes visibles par tous. A nous d’ouvrir nos yeux, notre cœur et notre esprit à sa présence bienfaisante et aimante.

Le jeûne – Que tes œuvres sont belles, Seigneur ! Mais combien de fois ai-je préféré fermer les yeux pour me détourner de signes évidents ? Combien de fois ai-je préféré faire la sourde oreille à des paroles pourtant réconfortantes ? Combien de fois ai-je choisi le chemin du repli sur moi-même pour ne pas avouer mon erreur ? Seigneur, sois patient avec moi !

L’aumône – Que tes Paroles sont belles, Seigneur ! Mets en moi des paroles calmes et apaisantes pour contrer les tempêtes et les colères, des paroles bienveillantes et aimantes pour illuminer mon environnement, des paroles patientes et confiantes pour chasser le désespoir et les doutes.

La prière – Que ton silence est éloquent, Seigneur ! Dans le silence de ma prière, révèle-moi tes œuvres, Seigneur !

Catherine

___________________________________________________________________________

PSAUME  17 (18), 2-3, 4, 5-6, 7

R/ Dans mon angoisse, j’appelai le Seigneur ;
il entend ma voix.
 (cf. 17, 7)

Je t’aime, Seigneur, ma force :
Seigneur, mon roc, ma forteresse,
Dieu mon libérateur, le rocher qui m’abrite,
mon bouclier, mon fort, mon arme de victoire !

Louange à Dieu !
Quand je fais appel au Seigneur,
je suis sauvé de tous mes ennemis.

Les liens de la mort m’entouraient,
le torrent fatal m’emportait ;
des liens infernaux m’étreignaient :
j’étais pris aux pièges de la mort.

Dans mon angoisse, j’appelai le Seigneur ;
vers mon Dieu, je lançai un cri ;
de son temple il entend ma voix :
mon cri parvient à ses oreilles.