Lundi 22 mars – 29ème jour de carême

Liturgie du jour

Les textes du jour

 

PREMIÈRE LECTURE   « Voici que je vais mourir, sans avoir rien fait de tout cela » (Dn 13, 41c-62 (lecture brève))

PSAUME   22 (23), 1-2ab, 2c-3, 4, 5, 6

ÉVANGILE  « Celui d’entre vous qui est sans péché, qu’il soit le premier à lui jeter une pierre » (Jn 8, 1-11) /  « Je suis la lumière du monde » (Jn 8, 12-20)

___________________________________________________________________________

40 jours de gratitude

“Les paroles agréables sont un rayon de miel, douces pour l’âme et salutaires pour le corps”. Proverbes 16, 24

Un chemin de gratitude proposé par le sanctuaire du Sacré-Cœur de Paray-le-Monial :

Volonté et grâce


Suis-je plutôt volontariste, en misant d’abord sur mes efforts ? Ou au contraire, suis-je davantage dans l’abandon, la confiance, dans l’attente, au risque, souvent, de ne pas passer à l’action ? Volonté et grâce ne sont pas à séparer.

Si j’ai plutôt confiance en mes propres efforts, je peux méditer ce passage de la Bible :
« Qu’as-tu que tu n’aies reçu ? » (St Paul 1 Co 4,7)

Si j’ai plutôt tendance à attendre tout sans rien faire je médite cette parole :

« Car c’est Dieu qui agit pour produire en vous la volonté et l’action » (Ph 2, 13).

___________________________________________________________________________

40 jours pour préparer nos cœurs à accueillir une vie nouvelle

Nous sommes parfois comme cette femme, enfermée dans sa faiblesse, encerclée par des forces qui jugent et condamnent, condamnée sans appel, acculée sans défense dans une voie sans issue. Mais nous faisons aussi parfois partie de ce groupe qui juge et condamne, puissant par sa colère ou par sa haine, insensible à la souffrance, imperméable à la compassion, puisant sa force et sa supériorité dans le nombre qu’il représente.
Et toi Jésus, tu nous montres simplement le chemin qui libère : l’humilité en t’abaissant; le silence en refusant d’entrer dans un débat accusateur et inégal; et l’Ecriture, cette Parole qui défait les chaînes et rend libre, cette Parole qui renvoie chacun à ce qu’il est au plus profond de lui, loin de l’image qu’il souhaite visible, loin de tout artifice, cette Parole qui ouvre une voie nouvelle, cette Parole qui défie la mort et redonne la vie.
Avec toi, Seigneur, le jugement devient conversion, la condamnation se transforme en rémission, le puissant s’abaisse devant le plus faible et celui-ci se relève.

Le jeûne – Jeûne de paroles acerbes, acides et arides. Jeûne de paroles qui jugent et condamnent.

L’aumône – Aumône de paroles douces et bienveillantes. Aumône de silence compatissant et éloquent.

La prière – Silence à l’écoute de ta parole de vérité, Seigneur. Silence à l’écoute de la parole qui libère.

Catherine

___________________________________________________________________________

PSAUME   22 (23), 1-2ab, 2c-3, 4, 5, 6

R/ Si je traverse les ravins de la mort,
je ne crains aucun mal,
car tu es avec moi, Seigneur.
 (cf. 22, 4)

Le Seigneur est mon berger :
je ne manque de rien.
Sur des prés d’herbe fraîche,
il me fait reposer.

Il me mène vers les eaux tranquilles
et me fait revivre ;
il me conduit par le juste chemin
pour l’honneur de son nom.

Si je traverse les ravins de la mort,
je ne crains aucun mal,
car tu es avec moi :
ton bâton me guide et me rassure.

Tu prépares la table pour moi
devant mes ennemis ;
tu répands le parfum sur ma tête,
ma coupe est débordante.

Grâce et bonheur m’accompagnent
tous les jours de ma vie ;
j’habiterai la maison du Seigneur
pour la durée de mes jours.