Vendredi 20 novembre – 33ème semaine du Temps Ordinaire

Liturgie du jour

PREMIÈRE LECTURE  « Je pris le petit livre de la main de l’ange, et je le dévorai » (Ap 10, 8-11)

PSAUME 118 (119), 14.24, 72.103, 111.131

ÉVANGILE  « De la maison de Dieu, vous avez fait une caverne de bandits » (Lc 19, 45-48)

Les textes du jour

___________________________________________________________________________

Alléluia. Alléluia.
Mes brebis écoutent ma voix, dit le Seigneur ;
moi, je les connais, et elles me suivent.
Alléluia. (Jn 10, 27)

 « Il est écrit : Ma maison sera une maison de prière.
Or vous, vous en avez fait une caverne de bandits. » (Lc 19, 46)

Seigneur, ta Parole est plus douce que le miel,
Ta Parole est plus apaisante qu’une caresse,
Ta Parole est plus sûre qu’une vaine promesse,
Ta Parole est plus lumineuse que le soleil.

Pourtant, nous lui préférons souvent des friandises éphémères.
Nous nous laissons guider par la convoitise ou la colère.
Nous sommes attirés par des bonheurs immédiats et faciles.
Nous nous laissons éblouir par des richesses bien futiles.

Aide-nous à transformer nos cœurs
En un havre de paix pur et sincère.
Aide-nous à réserver dans nos demeures
Une grande place pour ta Parole et la prière.

Aide-nous, Seigneur, à changer notre regard
Pour découvrir les trésors de ta Parole.
Aide-nous à dissiper le brouillard qui nous égare
En nous dévoilant le vrai sens de ta Parole.
Aide-nous, Seigneur, à orienter nos choix
Guidés par la seule lumière de la foi.

Catherine

_______________________________________________________________________________

PSAUME  118 (119), 14.24, 72.103, 111.131

R/ Qu’elle est douce à mon palais, ta promesse ! (Ps 118, 103a)

Je trouve dans la voie de tes exigences
plus de joie que dans toutes les richesses.
Je trouve mon plaisir en tes exigences :
ce sont elles qui me conseillent.

Mon bonheur, c’est la loi de ta bouche,
plus qu’un monceau d’or ou d’argent.
Qu’elle est douce à mon palais ta promesse :
le miel a moins de saveur dans ma bouche !

Tes exigences resteront mon héritage,
la joie de mon cœur.
La bouche grande ouverte, j’aspire,
assoiffé de tes volontés.