Concert : de la guerre à la Paix

A l’occasion du centenaire de l’armistice de la guerre 14-18, Sainte Marie – Eglise Centre Ville est heureuse de vous inviter dans le cadre de sa saison de musique ancienne au prochain concert le dimanche 18 novembre 2018 à 17h00

DE LA GUERRE A LA PAIX

Oeuvres de

  • Marie-Auguste Joseph SCHIRLE (1895-1971, Alsace)
  • Anton BRUCKNER (1824-1896, Autriche)
  • Gabriel FAURE (1845-1924, France)

par

Le Choeur des trois frontières sous la direction de Jean-Marie CURTI et Thomas KIENTZ à l’orgue

avec le soutien de la Ville de Mulhouse et de la fondation Adèle de Glaubitz

Lieu : église Sainte Marie • rue des Franciscains • Mulhouse (Parking central / parking Maréchaux conseillés)

Entrée libre – plateau

Renseignements : ste.marie.ecv@gmail.com • 03 89 46 42 84

Présentation du programme

Le dimanche 18 novembre à 17h, Sainte-Marie Eglise Centre Ville propose un concert à l’occasion des commémorations du Centenaire de la Première Guerre mondiale.

Le Chœur des Trois Frontières, composé d’une cinquantaine de choristes et sous la direction de Jean-Marie Curti, sera accompagné de Thomas Kientz à l’orgue. Ils interprèteront ensemble des œuvres d’Anton Bruckner, Gabriel Fauré et Auguste Schirlé.

Ce concert est donné en hommage à ceux qui ont œuvré pour que cesse la Grande Guerre et au compositeur alsacien, Auguste Schirlé, dont le souhait le plus cher à l’époque de la composition de son Miserere fut la paix retrouvée entre les peuples.

Les trois compositeurs réunis dans ce programme représentent par leurs origines (autrichienne, française et alsacienne) et l’esprit de leurs œuvres la trame d’une Europe naissante où la terre d’Alsace se situe au centre des échanges.

Programme

  • Marie-Auguste Joseph SCHIRLE (1895-1971, Alsace)
  • Orgue seul : Sarabande, op. 46 No 4Nous ouvrons ce concert en hommage au compositeur né à Epfig, avec une œuvre d’esthétique française de l’Alsacien fortement soutenu par Widor, incorporée dans les Onze pièces pour orgue, harmonium ou piano, que Schirlé organisa à l’instar de C. Franck.

    Anton BRUCKNER (1824-1896, Autriche)

  • Locus iste
  • Ave Maria
  • Os justi
  • Christus factus estVoici 4 motets d’un compositeur très attaché à la liturgie, fervent parmi les fervents, qui nous invitent à une superbe méditation sur la relation avec Dieu.
  • Marie-Auguste Joseph SCHIRLE (1895-1971, Alsace)
  • Orgue seul : Méditation sur un thème de Rameau, op 8Nous poursuivons avec une œuvre de jeunesse publiée pour le Jubilé du Pape Pie XI en 1929.
  • Gabriel FAURE (1845-1924, France)
  • Requiem, version pour chœur et orgue, op 48Peu d’oratorios rejoignent la perfection atteinte par Fauré dans ce Requiem, qu’il n’est plus besoin de présenter. Les différentes versions et ajouts dans cette œuvre maintiennent un équilibre d’inspiration constante, que ne dément pas la version présentée ce soir.
  • Marie-Auguste Joseph SCHIRLE (1895-1971, Alsace)
  • Miserere, version pour chœur et orgue, op 3Ce concert – hommage se termine par l’œuvre que le compositeur signa à Erstein le 15 septembre 1917, pour implorer la paix tant attendue, très ressentie par un musicien qui étudia d’une part à Strasbourg et d’autre part à Stuttgart puis fut organiste titulaire à Paris. Œuvre prévue également avec orchestre, primée à Florence en 1926, donnée à la Sorbonne en 1928 et plusieurs fois à la radio.  Elle fut éditée à Paris en 1935.

    Présentation du choeur des trois frontières

Le Chœur des Trois Frontières est né en 2001 pour présenter aux Dominicains de Haute Alsace  le « Requiem de Verdi » avec l’Orchestre des Musiciens d’Europe, sous la direction de leur chef Jean-Marie Curti.

Depuis le 5 novembre 2006, il s’est constitué en Association pour assurer sa vie propre, tout en collaborant régulièrement avec l’orchestre des Musiciens d’Europe, des Organistes et chanteurs lyriques internationaux.

Ce Chœur symphonique, constitué de 40 à 60 choristes, voyage sur les routes de France, de Suisse, de Belgique, d’Italie, voire même de Chine. Toutefois, l’Alsace reste son lieu de prédilection. Son répertoire traverse les siècles et les époques ; de temps en temps il fait une pause dans le XXIème siècle, puis repart à la rencontre des Romantiques…

Jean-Marie CURTI

Chef d’orchestre suisse établi à Genève, il dirige principalement l’Opéra-Studio de Genève  (120 productions en 33 ans). Il est à la tête également de l’orchestre symphonique « Les Musiciens d’Europe »fondé il y a plus de 20 ans et le « Chœur des 3 Frontières » en Alsace fondé quelques années plus tard.

Il a aussi mis sur pied une Académie d’opéra d’été à Samoëns, Europa Musa, qui connaît un développement international réjouissant.

Ce musicien, également compositeur, notamment d’une dizaine d’opéras est attaché à redécouvrir des partitions de tous les âges. Il met également en scène de nombreux ouvrages et participe à des actions pédagogiques d’envergure liées à ses productions lyriques.

Son engagement auprès des jeunes et des personnes marginalisées ainsi que sa volonté de réunir en musique des mentalités différentes lui ont valu un soutien appuyé de GDF SUEZ durant 10 ans, d’être engagé dans différents pays, dans de nombreux théâtres et salles de concerts.

Thomas KIENTZ, orgue

Né en 1991, il se distingue successivement par le Grand Prix Florentz de l’Académie des Beaux-arts (2016), par un premier prix au 8èmeconcours international d’orgue de Saint Maurice (Suisse, 2015), par les prix Manchicourt et Aristide Cavaillé-Coll au 5èmeconcours international d’orgue de Béthune è Saint-Omer (2014).

Artiste reconnu pour son engagement musical sur la scène internationale, il développe aujourd’hui une carrière de soliste à l’orgue et d’accompagnateur au piano.

Il obtient le Master d’orgue, les Prix d’harmonie et le Prix de contrepoint au Conservatoire National Supérieur de Musique et de Danse de Paris et étudie auprès d’Olivier Latry Michel Bouvard, Thierry Escaich, Philippe Lefebvre, Yves Henry, Pierre Pincemaille, Laszlo Fassang, Isabelle Duha, Louis-Marie Vigner.

Il est organiste titulaire à Strasbourg des orgues des églises Saint-Guillaume et Saint-Pierre-le-Jeune protestant, ainsi que de l’orgue de chœur de la Cathédrale