Bourse multi-collections de la Saint-Nicolas

Exposition « La Tradition du Saint-Nicolas »

st nicolasLe Club Multi-collections « Les Chasseurs d’Images » organise à Mulhouse dans la Salle paroissiale Saints Pierre et Paul (53 rue de Guebwiller), le dimanche 3 décembre 2017 de 9 h à 16 h sa Bourse Multi-collections de la Saint-Nicolas et de la rencontre des collectionneurs, membres et sympathisants enrichie d’une exposition sur « La Tradition du Saint-Nicolas ».

Les collectionneurs visiteurs pourront être accueillis par environ 15 membres-exposants. Ils pourront y admirer, échanger ou découvrir des échantillons et flacons à parfum, des cartes postales, des monnaies, des télécartes, des timbres, des vieux papiers, des bagues de cigares, des fèves des rois, des B.D. et livres, des capsules de champagne, des insignes et décoration militaires et autres objets de collection.

A l’exposition on pourra découvrir des cartes postales, timbres et documents sur « La Tradition du Saint-Nicolas ».

Entrée et parking gratuits.

« Saint-Nicolas, saint patron et protecteur des petits enfants »

Le personnage de Saint-Nicolas est inspiré de Nicolas de Myre appelé également Nicolas de Bari. Il est né à Patara, une cité de Lycie, au sud-ouest de l’Asie Mineure (région appelée maintenant Turquie d’Asie) entre 250 et 270 après J-C. Il est mort le 6 décembre, en 343, dans la ville portuaire de Myre en Asie Mineure.

C’est l’un des saints les plus populaires en Grèce et dans l’Église Latine. On sait qu’il fut Évêque de Myre au IVème siècle. Sa vie et ses actes sont entourés de légendes. On dit que le jour de sa naissance il se tint debout dans le bain. Devenu grand, il évitait les divertissements et préférait fréquenter les églises.

Saint-Nicolas fit un pèlerinage en Égypte et en Palestine. A son retour, son oncle, l’évêque de Myre, mourut. Une petite voix recommande aux évêques assemblés pour désigner son successeur, d’élire celui qui entrerait le premier à l’église et se nommerait Nicolas.

Au départ, il avait beaucoup souffert à cause de sa conviction chrétienne, car l’empereur régnant, Dioclétien, poursuivant cruellement les chrétiens.Il fut arrêté et emprisonné, pui fut contraint à vivre un certain temps en exil.

En 313, l’empereur Constantin allait établir la liberté religieuse. Il aurait été présent lors du concile de Nicée. Mais il y a des raisons de douter de sa présence lors du concile de Nicée, puisque son nom n’est pas mentionné dans l’ancienne liste des évêques ayant participé.

Avant sa mort, Saint-Nicolas s’était rendu auprès du Saint-Père à Rome et, sur le chemin de retour, il s’était arrêté dans la ville de Bari en Italie méridionale. Saint-Nicolas serait décédé un 6 décembre. Il fut enterré à Myre. En 1087, des marchands italiens volèrent ses ossements à Myre et les emportèrent à Bari.

Les légendes traditionnelles de Saint-Nicolas furent pour la première fois recueillies et écrites en Grèce par Metaphrastes au Xème siècle. Après sa mort, Saint-Nicolas a alimenté une multitude de légendes qui reflètent sa personnalité généreuse. Chaque épisode de sa vie a donné lieu à un patronage ou une confrérie d’un métier ou d’une région. C’est l’un des saints le plus souvent représenté dans l’iconographie religieuse : sur les vitraux des églises, dans les tableaux, en statue, sur les taques de cheminée, les images d’Épinal, etc… Ses légendes offraient aux imagiers une riche matière.

Saint-Nicolas est fêté tous les 6 décembre dans l’est (Lorraine et Alsace) et le nord de la France, la Belgique, l’Allemagne, la Hollande, l’Autriche, les Pays-Bas. Il fait le tour des villes pour récompenser les enfants sages. Il visite les écoles maternelles, distribue des friandises aux enfants (du pain d’épices e des oranges) et se voit remettre les clés de la ville par le maire. Chars, défilés prestigieux, feux d’artifices… Saint-Nicolas est une fête importante dans la vie culturelle de ces régions.

Saint-Nicolas, dans son costume d’évêque fait équipe avec un personnage sinistre, le père Fouettard. Celui-ci, tout vêtu de noir, n’a pas le beau rôle puisqu’il est chargé de distribuer les coups de trique aux garnements.

La « Saint-Nicolas » est aussi l’occasion pour tous les petits Lorrains de recevoir des cadeaux trois semaines avant que le Père Noël ne passe dans les cheminées.

Il existe une multitude de personnages qui entretiennent une relation plus ou moins évidente au christianisme, chargés de la distribution des cadeaux de Noël. En Italie les enfants reçoivent parfois les cadeaux de la « Befgana » dont le nom provient vraisemblablement du mot « Épiphanie ».

Tous les amis de la légende de Saint-Nicolas ainsi que les collectionneurs sont cordialement invités.

Contact

M. Gérard KELLER – 03 89 64 43 96 / 06 08 53 04 68  – clubmulticollections.leschasseursdimages@orange.fr