Triduum pascal dans notre communauté de paroisses avril 2021

Encore marqués par les interdictions de cultes lors du confinement de l’année dernière, nous avons eu des craintes de dernière minute à l’annonce des nouvelles mesures de restrictions sanitaires par le gouvernement. Fort heureusement, nous avons pu célébrer la Semaine sainte tout en adaptant l’organisation horaire des messes et offices. Il n’a pas non plus été possible de célébrer en réunissant les paroissiens de Romanswiller-Cosswiller, Wangenbourg-Engenthal et Wasselonne comme les autres années.

Les messes du Jeudi saint ont été célébrées à Wangenbourg et à Wasselonne en renonçant au rituel du lavement des pieds. Il a également fallu se passer de la présentation pédagogique de cette importance célébration. Même si les autels n’ont pas été dépouillés et le Saint sacrement translaté, une table dressée symboliquement devant l’autel et des projections de circonstance rappelaient la portée de la Sainte cène.

Vendredi saint n’a pas vu la réalisation à Wasselonne du projet né en 2019 de célébrer la Passion et la mort du Christ avec les chants et les saynètes de circonstance. Un office s’est tenu à Wangenbourg tandis qu’à la même heure à Wasselonne, la Passion selon Saint Jean a été lue, entrecoupée de chants de circonstance par les chorales réunies de Wangenbourg-Engenthal et de Wasselonne aidées par quelques membres de la chorale protestante de Wasselonne. Un orchestre composé de 14 instrumentistes a soutenu cette cérémonie très émouvante et dont le déroulement a été compliqué par le respect des gestes barrière. Chanter ou jouer un instrument avec un masque n’est pas chose aisée !

La Vigile pascale a connu un déroulement particulier avec un début de célébration à 17 heures 30, à Wangenbourg-Engenthal comme à Wasselonne. Non seulement la célébration a dû être simplifiée en raison de la contrainte horaire, mais les lectures et prières de circonstance qui évoquent largement “la grand nuit” faisaient contraste avec la clarté de cette belle fin de journée ! Néanmoins, la joie de célébrer la résurrection du Christ était grande, notamment lors du chant de l’Exultet entonné par Père Mickaël assisté de deux concélébrants.

Dimanche de Pâques, près de 40 fidèles se sont rendus dès 6 heures 30 du matin pour célébrer la première messe de la résurrection à Romanswiller, à la grande joie de Père Stefan qui a présidé l’office. A 10 heures 30 ont été célébrées les grand-messes à Obersteigen et Wasselonne. A Wasselonne, le caractère festif était d’autant plus intense que les choristes avaient préparé depuis des semaines, quoique hantés par un éventuel confinement, une célébration festive qui fasse passer la joie de la résurrection de notre Seigneur devant toutes les entraves liées à la crise sanitaire. Rébecca WEYER a changé de rôle pour la circonstance en revêtant le costume de soliste à la voix divine dans la Messe brève de Joseph HAYDN, accompagnée à l’orgue par Jean-Philippe GRILLE, titulaire de l’orgue Silbermann de l’église protestante. Bel exemple de coopération œcuménique.

Christ est vivant, vivons avec lui !