Crèche vivante « Je veux voir Dieu » à Romanswiller et à Wasselonne – décembre 2018

Ils étaient 25 jeunes (des paroisses catholiques de Romanswiller et Wasselonne et de la paroisse protestante de Romanswiller) à se relayer pour jouer à sept reprises la nouvelle saynète « Je veux voir Dieu ».

-D’abord à Romanswiller, samedi 24 novembre pour entrer dans le temps de Noël, à l’occasion des festivités organisées par la municipalité : dans une église pleine, leur saynète a été très applaudie. La chorale « Don’t stop believing Gospel » a enchainé avec quelques chants avant que tous se retrouvent pour un vin (ou chocolat) chaud devant la mairie.

-Puis le week-end suivant, ce fut sur le marché de Noël à Wasselonne, dans une ambiance moyenâgeuse, où les spectateurs étaient très nombreux et attentifs. Pour assurer une présence chrétienne et rappeler le sens premier de Noël, des paroissiens ont aussi tenu un stand de librairie chrétienne et de crèches « d’Artisans du Monde ».

Pour écrire cette saynète, nous nous sommes inspirés d’un héros de bande dessinée, Loupio, créé par Jean-François Kieffer, diacre alsacien, dont nous avons reçu les encouragements. Loupio est un enfant orphelin, qui gagne son pain en faisant des spectacles de rue avec ses amis baladins. Et il est l’ami de St François d’Assise.

Les jeunes ont entrainé les spectateurs en plein Moyen-Âge pour raconter l’histoire de la 1ère crèche vivante. Ils leur ont fait découvrir la vie de François d’Assise, qui a été transformée par sa rencontre avec Dieu. Fils d’un riche marchand, il aimait la vie et la fête. Mais la guerre, la maladie et les inégalités sociales lui ont fait réaliser qu’il y avait une autre joie que celle du plaisir immédiat. Ayant rencontré Dieu dans la prière et dans les plus pauvres, ayant choisi une vie simple et fraternelle, St François a désiré s’approcher du mystère de la nativité : Dieu qui vient partager notre condition d’homme et se fait nouveau-né.

On évoque souvent son nom quand on parle d’écologie ou de respect de la nature et de l’humanité. Son message serait-il encore d’actualité ?

St François a goûté à une joie nouvelle et profonde.

C’est cette joie que les jeunes ont voulu partagé entre eux et avec les spectateurs :

– Joie d’être aimé de manière inconditionnelle par notre créateur.

– Joie d’aimer ce monde, en s’y plaçant comme humble créature et en remerciant Dieu pour ses merveilles.

– Joie d’être libéré de l’égoïsme, de la colère, du désespoir.

Nous vous invitons à aller voir sur le lien la vidéo (17min) cliquez ICI et les photos A voir ICI prises à Romanswiller ou le clip (2 min) tourné au marché de Wasselonne cliquez ICI

Allez, venez voir ! On vous emmène en Italie, en 1223, à l’approche de la nuit de Noël…

Un grand merci à tous ceux qui nous ont aidés.

PAIX et JOIE ! Et JOYEUX NOËL !

Sophie et Emmanuel Héliot