Décès de Mgr Jean-Paul Marx

Mgr Jean-Paul MARX, évêque émérite de Kerema, est décédé ce 19 juin 2018 en Alsace.

Le Père Philippe SEVEAU, ancien missionnaire de Papouasie, représentera le P. Provincial à ses funérailles qui seront célébrées à Mutzig, lundi 25 juin à 14h 30.

« De toutes les nations faites des disciples ».

Il est né le 12 mars 1935 à Mutzig de Jean-Paul MARX et de Marie MULLER. Baptisé le 23 mars de la même année, il sera confirmé à Molsheim le 11 juillet 1945.

Il commence ses études à la Petite Œuvre (petit séminaire des Missionnaires du Sacré-Cœur) de Thoissey puis Trévoux (Ain) de 1947 à 1952.

De 1952 à 1955 il poursuit ses études à l’école Notre-Dame à Issoudun. Il fait le noviciat à Miribel (Ain) de septembre 1955 à octobre 1956. Il prononcera ses premiers vœux comme MSC le11 octobre.

Il retrouve son Alsace natale, Strasbourg, pour les études universitaires d’octobre 1956 à juin 1963. Durant cette période : le 31 mai 1961, il prononcera ses vœux perpétuels. Il sera ordonné diacre le 6 octobre 1962 et prêtre le 29 juin 1963 à la cathédrale de Strasbourg par Mgr Jean-Julien WEBER.

De septembre 1963 à avril 1964 il vit l’année de pastorale à Roubaix (Nord). Le 27 avril 1964, son rêve de missionnaire se réalise puisqu’il embarque pour la Papouasie-Nouvelle-Guinée : sa seconde patrie.

De 1964 à 1969, il est vicaire à Bema.

De 1969 à 1985, il devient directeur de l’Ecole des Catéchistes à Putei : centre qu’il a construit de toute pièce, à mi-montagne, dans l’espoir que les gens de la côte et ceux de la montagne puissent ce rejoindre dans centre de formation. Chacun faisant la moitié du chemin !

Il sera le premier curé de Putei-Wanto. A cette époque, il construira les deux aérodromes de Yeva et Tekadu : c’est la nouvelle manière de se déplacer en Papouasie-Nouvelle-Guinée et ainsi de participer plus activement au développement du pays.

De 1970 à 1975 et de 1980 à 1985 il vivra des temps de vacances en France pour se refaire une santé et se ressourcer par un de temps de formation permanente.

Le 3 mai 1985, il est nommé évêque coadjuteur de Kerama et sera consacré le 13 décembre suivant. Il en devient l’évêque titulaire le 6 décembre 1988, en succession de Mgr Virgil COPAS MSC d’Australie.

En octobre 1999, il doit faire face à des problèmes de santé : crise cardiaque. Il sera soigné à Cairns en Australie et retournera à Kerema. Il y construit une cathédrale avec l’aide de Bernardin Produit, ami des MSC.

En 2008, Pâques, il reçoit l’aide d’un auxiliaire en la personne de Mgr Rochus Tatamaï, lequel est actuellement évêque de Bereina.

Le 6 décembre 2007, Mgr Marx reçoit un évêque coadjuteur en la personne de Patrick Taval qui lui succède le 13 mars 2010 au lendemain de son 75ème anniversaire. (Mgr Taval est décédé en avril 2013. Aujourd’hui c’est Mgr Pedro Baquero, salésien, originaire des Philippines, qui est évêque de Kerema. Mgr Jean-Paul a eu la joie de l’accueillir en Alsace).

Une nouvelle étape commence pour Mgr Marx : il rentre en Europe mais reviendra quelques temps en Papouasie-Nouvelle-Guinée où son cœur est attaché, malgré les recommandations de son médecin. Il devra finalement revenir en Europe fatigué et usé par la mission.

Toujours prêt à rendre service, il assurera, depuis la communauté de la rue de l’Aubépine à Strasbourg, un certain nombre de services dominicaux. Dernièrement, une longue hospitalisation (de décembre 2017 à avril 2018) suite à une chute a l’a beaucoup affaibli.

Depuis le 4 avril 2018, il était résident à l’EHPAD de Mutzig puisque son désir le plus cher est de reposer en terre d’Alsace au cimetière de Mutzig.

Missionnaire intrépide, il a donné toute sa vie pour l’annonce de l’Évangile. Exigent pour lui-même, il ne ménageait pas sa peine.

Il souhaitait que les autres puissent avoir la même fougue, la même audace. Lorsque je l’ai visité en 2006 à Kerema, avec Mgr Hubert Barbier, aujourd’hui, archevêque émérite de Bourges, nous avions noté son souci des plus petits et des plus pauvres de la mission.

Le 21 octobre 2010, il a reçu la plus haute distinction du pays : l’équivalent notre « Légion d’honneur ». Ce signe de reconnaissance montre combien il a su s’inculturer au peuple papou vers lequel il a été envoyé. Qu’il soit désormais, dans l’Eternité de Dieu, aux côtés du Bienheureux Peter To Rot, un intercesseur pour la Papouasie-Nouvelle-Guinée et particulièrement le diocèse de Kerema.

Qu’il repose en paix et demeure présent à notre prière.

Père Daniel AUGUIE MSC, Supérieur Provincial.