Oser Péguy pour se débroussailler l’esprit !

Michel Béatrix et Hervé Tharel lors d’une représentation au Carmel de Mazille

L’association Arts et cloître propose une pièce de théâtre, en partenariat avec la compagnie Bab’art, samedi 24 mars au caveau de la chartreuse de 16h30 à 18h.

Intitulés « mémoires d’un certain jeudi saint », deux textes, l’un de Péguy, l’autre de Béatrix s’entremêlent et   se répondent. C’est l’occasion de revisiter ses classiques juste avant la semaine sainte !

L’œuvre immense de Charles Péguy (1873-1914) autant par la qualité que par la quantité s’enracine dans sa culture et son éducation populaire et républicaine. Elle grandit et s’épanouit dans son élévation spirituelle indissolublement liée à sa dimension humaniste.

Au lendemain de la conversion religieuse de Péguy – ou d’un « retour » aux mœurs et aux croyances chrétiennes dans lesquelles il avait grandi –, un nouveau thème crucial fait son apparition dans ses écrits, celui de la douleur et de la souffrance, du Christ en particulier. C’est le cas dans Gethsémani, récit de la Passion du Christ.

Il va alors se détacher de ses amitiés politiques radicales pour se mesurer et mesurer l’homme à l’aulne du sacré de la création divine.

Alors, pourquoi avoir choisi Péguy ?

Michel Béatrix, metteur en scène, auteur et acteur répond : « Oser PEGUY pour se débroussailler l’esprit et fouler de plain-pied le Mystère humanisé de la Croix. Pour entendre ceux qui sont allés jusqu’au bout de leurs convictions. »

 Les textes

Le fracassement de Charles Péguy alterne avec le lyrisme de Michel Béatrix dans une succession haletante de récitatifs et d’arie. L’occasion est belle de jouer de l’écho, des échos : celui qui, parvenu du mont des Oliviers, fouille Péguy d’exclamatives interrogations, celui de ces exclamations qui se répercutent et se tissent en toile de fond de la méditation de Béatrix.

Possible et vraisemblable voix du Fils de l’Homme. Chez Péguy, au jardin des Oliviers : « Mon père s’il est possible que cette coupe passe loin de moi… ».

Chez Béatrix : « L’homme dont je suis fait, l’homme dont je succombe, Qui me tire à la Croix, qui me pousse à la tombe, L’homme me fait horreur. Je devrais l’aimer moins. Je pars pour l’aimer mieux : je vais l’aimer de loin ».

Dialogue à l’air libre des voix intérieures de l’inspiration, parallèles enchevêtrées des voies de la création portée par un duo d’acteurs Michel Béatrix et Hervé Tharel.

Prenez le large. Qu’il n’y ait rien entre vous et le large. Pas même vous. Quittez le port, virez de bord. Hissez les voiles, larguez les amarres. Prenez ainsi les textes : « dans leur plein, dans leur large, dans toute leur crudité » (Péguy) Venez nombreux et invitez vos amis pour cette unique représentation dans la région ! A découvrir d’urgence !

Renseignements réservations au 03 88 49 36 64 (P.A.F.10€) – www.cie-michel-beatrix.com