La Paroisse de Murbach



La paroisse de Murbach comprend l’ abbaye  Saint-Léger de Murbach et la Chapelle Notre Dame de Lorette

Le conseil de fabrique est constitué des membres suivants :

  • M LEGIN Philippe : Président
  • M GSELL Fernand : Trésorier
  • Mme BEYER Brigitte : Secrétaire
  • Mme SLAZYC Christine : Membre
  • M STUDER Francis : Membre

L’abbatiale Saint-Léger de Murbach

l’Abbaye de Murbach

Statue de Saint-pirmin

 

Gisant du comte Eberhard – 13ème Siecle

c’est Saint-Pirmin, moine wisigoth, qui aurait introduit la règle de Saint-Benoît aux moines d’origine irlandaise qui ont les premiers occupé ce site en 728. Avec douze  moines, il a créé son premier monastère en Alsace.

Saint-Pirmin a été mandé par le Comte Eberhard, petit-fils du duc Adalvic et neveu de Sainte-Odile. Il a donné des biens à l’Abbaye dans 43 localités.

 

Tombeau des 7 moines morts durant l’invasion des Hongrois au 10ème Siècle

 

L’abbaye prospère et s’accroit jusqu’au Xème siècle, période à laquelle elle est ravagée par les Hongrois.

La prospérité revient à partir du XIIème siècle. Murbach devient alors une principauté qui

englobe les vallées de Guebwiller, Saint-Amarin (sauf Thann), mais ses possessions dépassent de loin ce cadre.

 

 

L’abbaye, l’une des quatre plus puissantes du Saint-Empire romain germanique, a souffert tour à tour de la guerre des Paysans, de Trente Ans, de la Révolution française, mais ce sont les religieux qui ont détruit la nef, car ils avaient le goût du luxe. En effet, les abbés décident de rénover leur abbatiale dans le nouveau style du 18ème siècle, le style baroque, mais peu après ils annoncent qu’ils n’ont plus d’argent, prétexte pour demander au pape et au roi de France leur transfert à Guebwiller, où les hivers sont moins rigoureux. Les bâtiments vides sont détruits et les matériaux réutilisés.

Monument de grès rose, l’Abbaye de Murbach est un joyau de l’art roman en Alsace. Pourtant, il représente moins de la moitié de l’ancienne église abbatiale. Seuls demeurent le chœur à chevet plat flanqué de chapelles latérales et d’un transept saillant encadré de deux tours carrées, mais la nef et le massif occidental qui se trouvaient à l’arrière, manquent. On peut s’imaginer les proportions de la nef en suivant le mur du cimetière.

 

La chapelle Notre-Dame de Lorette de Murbach

 

 

On accède à la chapelle par le chemin de croix qui débute aux pieds de la statue de Saint Pirmin ou par le chemin près de l’ancienne mairie-école. De la chapelle, la vue sur l’abbatiale est merveilleuse.

Selon la légende du 13ème siècle, la Maison de la Vierge (la Santa Casa) aurait été transportée par les anges à Loreto en Italie. Comme il était difficile, à cette époque, de se rendre en cette région, des copies de la Santa Casa furent réalisées un peu partout en Europe. Ces sanctuaires permettaient aux fidèles de faire leur dévotion sans partir vers l’Italie. Il existe encore quelques chapelles en France.

Comme tant d’autres, la Chapelle de Murbach a connu les vicissitudes de l’histoire, vendue comme bien national lors de la Révolution. Quelques paroissiens la rachetèrent. En 1998, des bénévoles (maçons, plâtriers, tailleurs de pierre, menuisiers, peintres) ont entrepris sa restauration dans le style exact commun à toutes les chapelles Notre-Dame de Lorette.

Les deux pièces qui composent la chapelle permettent de contempler, entre autres, dans les couleurs fraîchement restaurées par J-P Koenig, les fresques de la Présentation au temple, la Sainte Parenté, les statues de la Vierge à l’Enfant, Sainte Anne et Marie enfant, une grille en fer forgé, les plafonds voûtés décorés de ciels étoilés, une Croix byzantine… Lors de la restauration de 1998, il était important de retrouver l’aspect originel d’inspiration baroque.