Je donne à l'église
nos paroisses
Horaires de messes
GoMesse

Homélie abbé Martz – Le Baptême du Seigneur

Deuxième lecture (Tt 2, 11-14 ; 3, 4-7)

Par le bain du baptême, il nous a fait renaître et nous a renouvelés dans l’Esprit Saint. Cet Esprit, Dieu l’a répandu sur nous en abondance, par Jésus Christ notre Sauveur, afin que, rendus justes par sa grâce, nous devenions en espérance héritiers de la vie éternelle. – Parole du Seigneur. 

Jésus avait 30 ans au moment de son baptême. Le Baptême de Jésus est également son ordination : Dieu l’envoie comme Messie et lui donne le titre de Fils de Dieu. Il ne s’est pas donné lui-même son rôle, il le reçoit.

En 2021, c’est surtout des enfants, une cinquantaine d’enfants pour la paroisse territoriale, une dizaine pour la paroisse personnelle, qui ont été baptisés. Mais avec à peu près 700 bébés colmariens en 2021, on peut conclure que tous les enfants ne sont pas baptisés. Les uns parce qu’ils naissent dans une famille non chrétienne, les autres parce que leurs parents n’ont pas voulu ou oublié.

Que deviennent-ils, ces enfants non-baptisés ?  Pour eux, je rappelle l’Evangile de Noël. Plus précisément cette parole : « Le Verbe était la vraie Lumière, qui éclaire tout homme en venant dans le monde ». La vraie lumière éclaire tout homme. Les non-baptisés ne sont pas perdus et peut-être trouveront-ils en eux la Lumière d’une façon qui leur appartient ?  Être baptisé, est un cadeau de nos parents ou de notre parrain ou marraine.

Ces derniers pourraient lire ce bel extrait de la Lettre de St Paul à Tite : « Par le bain du baptême, Dieu nous a fait renaître et nous a renouvelés dans l’Esprit Saint. Cet Esprit, Dieu l’a répandu sur nous en abondance, par Jésus Christ notre Sauveur, afin que, rendus justes par sa grâce, nous devenions en espérance héritiers de la vie éternelle. »

Tout est dit dans ces deux phrases. Par le baptême, nous renaissons pour devenir héritier de la vie éternelle. C’est la chance d’avoir pour divin Jésus, Lumière du monde. Quel héritage extraordinaire. Sans taxe, ni frais de notaire. Quel beau cadeau pour un enfant ? Même pour les grands gagnants du loto, la vie terrestre se termine un jour. La Vie éternelle c’est entrer au-delà du temps dans l’éternelle présence de Dieu.  La Vie éternelle est ce que qu’un être humain peut désirer de plus. C’est ce pour quoi nous sommes faits. Quel beau cadeau pour un enfant.

Si vous faites cadeau d’un ordinateur à vos enfants, il faut les inscrire aussi à un cours d’informatique ou leur donner vous-même des leçons. Sinon ça ne leur sert à rien. De même, le baptême doit être suivi du catéchisme, sinon il ne mène à rien.

Si vous achetez des skis à vos enfants et que vous n’allez jamais sur la neige avec eux, ça ne sert à rien. De même, il faut aller à l’église avec les enfants baptisés, sinon le baptême ne mène à rien. On parle beaucoup surtout actuellement de la vocation du baptisé. Quelle est-elle ?  C’est déjà, au sein de la famille, donner aux jeunes des racines et les inscrire dans une culture millénaire, dans la riche culture chrétienne. La transmission de ce patrimoine se fait déjà par le choix du prénom d’un saint.

On trouve de plus en plus de prénoms très originaux. Pour le moment personne n’a songer à prénommer son garçon Titeuf. Tant mieux pour l’enfant mais pourquoi pas l’appeler Tite ou Titus. En effet, la belle définition du baptême que je viens de commenter est extraite de la lettre que saint Paul adresse à son disciple Tite ou Titus. Qui est-il ? A la base, c’est un baptisé mais Saint Paul lui a imposé les mains, faisant de lui le premier épiscope, traduisez évêque, de l’ile de Crète. Et St Paul lui donne pour mission d’ordonner des presbytres, aujourd’hui on dit prêtres, on peut traduire aussi des Anciens, pour chaque ville. Ainsi St Paul ordonne des évêques qui à leur tour sont chargés d’ordonner des prêtres. La lettre à Tite témoigne de l’ancienneté de cette organisation de l’Eglise. C’est très intéressant, à une époque où on s’interroge sur la manière de réorganiser l’Eglise. Les partisans d’une ordination d’hommes mariés pourraient d’ailleurs se référer à la Lettre de St Paul qui demande à Tite de n’ordonner évêques que ceux qui sont mari d’une seule femme.

En tous les cas, cela montre que dans l’Eglise, dès les origines, personne ne s’improvise lui-même pasteur. Aucun baptisé ne peut se vanter de dire : « Ça y est, j’ai fait les études qu’il faut et je suis l’homme de la situation ». Un ministre de l’Eglise est toujours appelé et reçoit d’un autre sa mission par l’ordination ou institution. Depuis peu, il y a même un rituel d’institution pour les catéchistes. Ce système d’ordination et d’institution est le meilleur garant pour que des personnes aient l’autorité sans pourtant se croire les sauveurs de l’Eglise par leurs qualités personnelles.

Même le Christ ne s’est pas autoproclamé Fils de Dieu, Il reçoit ce titre et cette mission par une voix venant du ciel : « Toi, tu es mon Fils bien-aimé ; en toi, je trouve ma joie. » Par cette Voix, Jésus est envoyé. Cette fête du Baptême du Christ nous pourrions aussi l’appeler Fête de l’ordination du Christ. Il a passé trente ans dans le silence et maintenant, il est autorisé à prêcher le Royaume.