Retour sur la visite de Mgr Ravel à Colmar-Plaine

Mgr Ravel en visite pastorale dans la Zone Colmar-Plaine.

Temps de rencontre, de grâce, d’écoute, de réflexion sur les différents défis pour nos communautés chrétiennes dans la société actuelle.

Huit communautés de paroisses composent cette zone pastorale.

Mgr Ravel a présidé différents offices ouverts à tous.

Le 30 novembre, une assemblée générale de la zone pastorale a rassemblé plus de deux cents personnes à Houssen.

Samedi soir, Mgr Ravel a participé à la traditionnelle marche d’entrée en Avent œcuménique, reliant la collégiale Saint-Martin à l’église Saint-Mathieu à Colmar et passant par le marché de Noël.

Pour embrasser la vie des habitants de la ville et de la campagne, des rencontres thématiques ont été réalisées, avec les communautés éducatives catholiques, avec le monde de la santé, le monde des solidarités, avec les acteurs de la sécurité publique générale, une rencontre immergée dans une grande entreprise…

Un temps spécial était consacré aux jeunes adultes et un autre aux enfants.

Ces visites sont un véritable marathon. « Mais je suis encore jeune !», tient à rassurer Mgr Ravel.

Lundi, avant son retour à Strasbourg, il a confié quelques réflexions sur ce qu’il a pu observer :

« Je suis très heureux de la capacité des chrétiens à travailler ensemble »

Il ajoute : « J’ai aimé tous les moments de rencontre durant ces quatre jours, y compris l’assemblée de zone à Houssen avec l’intervention d’une personne très en colère. Ma rencontre préférée, c’est celle avec les enfants, dimanche, dans l’église St Léon à Colmar ».

Lors des réunions, ce sont surtout les doléances qui sont remontées.

Ce n’est pas nouveau pour l’archevêque vers qui se concentrent les dossiers « lourds » du diocèse.

Il sait relativiser : « La vie ne se résume pas à une série de cas difficiles à traiter ».

Le dossier des prêtres pédophiles ressort à chaque occasion.

L’archevêque assume et clame sa fermeté à condamner ces crimes. Il garde toutefois espoir : « L’épreuve que nous vivons, nous la traverserons ».

Bien sûr, il y a de nombreuses fragilités sur la zone pastorale, reconnaît-il, mais « c’est la meilleure preuve qu’elle est vivante ».

Il complète : « L’enjeu de cette zone pastorale, ce ne sera pas d’uniformiser mais de tenir compte de réalités très différentes. Je suis sensible aux réalités géographiques humaines »

Toujours tourné vers la prière et la réflexion, il a été fasciné par le respect des temps de silence.

Il a pu obtenir le silence, même lors d’une assemblée de 350 enfants ! Pour y arriver, il a déployé son humour et sa patience.

Jean-Claude Oberlé

Photos de la visite

Visite Pastorale Colmar-Plaine

Approfondir votre lecture