De Marbach à Colmar, les trésors oubliés

Qui s’en souvient à Colmar ? L’hôtel de Pairis, actuelle mairie de Colmar, et l’hôtel de Marbach, actuelle école Saint-Nicolas, ont accueilli la communauté venue de Marbach à la Révolution. Les chanoines sont arrivés à Colmar avec meubles, objets et livres, sous les applaudissements de la population.

Le conseil de fabrique de la paroisse Saint-Martin et le groupe Foi et culture du doyenné de Colmar présentent quelques-uns de ces trésors datés du Moyen Âge au XVIIIème siècle.

du samedi 24 mars au dimanche 24 juin 2018
Lundi-jeudi : 10 h-13 h ; 15 h-18 h
Vendredi-samedi 10 h-18 h
Dimanche : 10h – 13 h ; 15h – 18h

Inauguration samedi 24 mars à 15 h par Mgr Vincent Dollmann, évêque auxiliaire de Strasbourg, supérieur du Grand Séminaire de Strasbourg en présence de :

  • Madame la Présidente du Conseil départemental Brigitte Klinkert
  • Monsieur le Maire de Colmar Gilbert Meyer
  • Les commissaires de l’exposition seront disponibles pour une présentation à la presse sur rendez-vous en avant-première.

L’exposition

La prévôté augustinien de Marbach, fondé à la fin du XIème siècle, devient le centre d’un réseau de chapitres de chanoines et de chanoinesses dans toute l’Europe.

Intimement lié à l’histoire de l’Alsace, cet établissement subit les tribulations de notre région. Destructions, incendies et pillages se succèdent lors de guerres, cependant elle renaît de ses cendres par la ténacité, le courage et la foi des prieurs et des abbés.

Parmi ses filiales, on trouve les prieurés de Schwarzenthann (près de Wintzfelden) et de Schoenensteinbach (Wittenheim). Les liens entre Colmar et l’abbaye de Marbach sont fréquents depuis sa fondation.

La réunion du chapitre de Marbach avec celui de Saint-Martin de Colmar a lieu dès 1786 et peu après, la Révolution supprime les établissements religieux. Les chanoines arrivent à Colmar avec leurs biens sous la protection municipale du batelier Stockmeyer et sous les applaudissements des Colmariens. Ils s’installent dans l’hôtel de Pairis en attendant que leur hôtel urbain, la cour de Marbach, soit aménagé pour les accueillir. Le dernier abbé, Joseph Herrgott, décède à Colmar en 1795.

À ce jour, le conseil de fabrique de la paroisse Saint-Martin de Colmar dispose encore d’une partie des trésors emportés ainsi que de stalles et d’autels à l’église des Dominicains. Les ouvrages confisqués par la nation et conservés à Colmar contribuent à la réputation du fonds ancien de la bibliothèque de la ville comme la plus importante bibliothèque d’incunables de province.

Le conseil de fabrique de la paroisse Saint-Martin, en collaboration étroite avec le groupe Foi et culture du doyenné de Colmar, présente l’exposition : « De Marbach à Colmar, trésors oubliés » à l’église des dominicains du 24 mars au 24 juin 2018.

Elle présente des vêtements et des objets d’orfèvrerie, des ouvrages anciens, des estampes, des monnaies, la maquette de l’abbaye en ruine, des tableaux et des documents qui proviennent de la Bibliothèque des Dominicains de Colmar, du musée Unterlinden, des Archives départementales du Haut-Rhin, de la bibliothèque du grand séminaire à Strasbourg et de différentes localités de la région.

l’église des dominicains

Arrivés à Colmar en 1278, les dominicains construisent un édifice caractéristique des ordres mendiants. En 1389, leur couvent est désigné comme point de départ de la réforme dominicaine. L’artisan colmarien en sera le dominicain Conrad de Prusse, décédé dans le couvent de Schönensteinbach, près de Wittenheim, où il a introduit l’ordre dominicain.

Suite à la Révolution, le couvent sert de caserne de gendarmerie, de magasin d’artillerie, de poste puis d‘école normale, alors que l’église devient d’abord celle des catholiques constitutionnels, avant d’être transformée en halle aux blés. Elle ne sera rendue au culte qu’en 1898.

Aujourd’hui, elle abrite les célèbres vitraux du XIVème siècle qui proviennent de la collégiale Saint-Martin, le panneau de la Vierge au buisson de roses, peint en 1480 par Martin Schongauer, les stalles des abbayes de Marbach et de Pairis assemblées par l’atelier Klem, ainsi que des autels issus de l’abbaye de Marbach. Les anciens bâtiments conventuels abritent le fonds ancien de la bibliothèque.

Autour de l’exposition

Un livret présente les richesses de cette exposition. Images et textes guident le visiteur. Le site multilingue permet à chacun de prendre connaissance de l’événement et de son contenu.

Pour cette exposition sont proposés : des visites guidées à l’église des dominicains, des conférences au Pôle Média Culture Edmond Gerrer et aux Dominicains, mais également des concerts par des jeunes colmariens, une proposition aux écoles, des visites à Marbach et à Schwartzenthann.

Ce projet permet non seulement d’honorer le patrimoine de Colmar et de notre région, mais aussi à toutes les générations de se rencontrer dans une démarche adaptée et respectueuse de tous les courants de pensée.

Renseignements et Contacts

  • Un site : www.marbach2018.fr
  • Une adresse mail : contact@marbach2018.fr
  • Un numéro de téléphone : 07 67 70 40 27

Tarifs d’entrée de l’exposition :

  • • Adultes : 2 €
  • • Étudiants : 1,50 €
  • • 12 à 16 ans : 1 €
  • • Enfants de moins de 12 ans : gratuit

Reportage photo de l’inauguration de l’exposition « de Marbach à Colmar, Trésors oubliés » qui s’est déroulée samedi 24 mars en l’église des Dominicains de Colmar en présence de

  • Mgr Vincent Dollmann, évêque auxiliaire de Strasbourg,
  • Brigitte Klinkert, présidente du Conseil départemental du Haut-Rhin,
  • Eric Straumann, député,
  • Chanoine Rudi Vigneron, responsable de l’Observatoire Foi et Culture.
Expo Colmar Marbach à Colmar