Les matinales de Colmar

à Colmar

Croire et comprendre

8 samedi matin de 9 h à 11 h 30 au foyer Sainte-Marie (14, rue de Maimbourg, Colmar)

Dans un contexte de pluralisme philosophique et religieux, et d’évolution des modes de vie et des mentalités, ce cycle de théologie et de sciences religieuses organisé par la Faculté de théologie catholique de l’Université de Strasbourg, riche de sa tradition intellectuelle et ecclésiale, cherche à rendre compte de manière renouvelée du mystère de Dieu dans la société actuelle.

Ces conférences proposées par la faculté de théologie catholique de l’Université de Strasbourg, sont ouvertes à tous, que l’on soit porté par ses propres interrogations, un désir de revisiter les fondements de la foi ou un souci de formation en vue de diverses tâches ecclésiales.

Chaque séance est l’occasion d’échanges et de questions. Les thèmes abordés, dans leur diversité, reconduisent à des aspects importants de la foi et de la théologie chrétiennes, qui ont aussi à être situés dans la société et la culture contemporaines.

Les droits d’inscription couvrent les frais engagés pour l’organisation des Matinales de Colmar par l’Université de Strasbourg.

Droits d’inscription
Individuel Couple
1 séance 12 €
4 séances 40 €
8 séances 70 € 120 €

Renseignements et inscription :

Mme Josiane Gerhard 14, rue du pensionnat – 68770 Ammerschwihr Tél. 06 37 16 39 22 – jmj.gerhard@yahoo.fr – www.theocatho-strasbourg.fr

Isabel Iribarren : La Josephina de Jean Gerson (1414-1417): poésie, mystique et Grand schisme

La Josephina est un poème épique composé pour l’essentiel au concile de Constance par Jean Gerson.

Dans un contexte de grand trouble politique et ecclésiastique, cette épopée entend promouvoir le culte à saint Joseph et son mariage virginal avec Marie comme modèles de l’union mystique du Christ et de l’Église.

Eberhard Bons – La violence dans la bible

Certains passages de la Bible exposent la violence exercée par les hommes et d’autres la violence attribuée à Dieu.

Afin de mieux comprendre ces textes, nous les situons dans un contexte historique et théologique.

Cette démarche nous permettra, d’une part, de mesurer l’importance du sujet de la violence pour l’histoire des trois religions monothéistes et, d’autre part, d’élaborer des pistes pour surmonter la violence.