Homélie du 21 novembre 2020

« Ils sont fils de Dieu en étant héritiers de la résurrection » ; en d’autres termes : héritant de la vie divine, ceux qui sont morts dans le Christ vivront de la vie filiale du Fils unique et connaîtront Dieu dans le partage de l’unique Esprit. Dans le monde à venir, tous les êtres vivront de la vie même de Dieu, puisque « Dieu sera tout en tous » (1Co 15,28) ; et « tous vivrons pour lui », trouvant dans cette finalité l’expression suprême de leur liberté.

Nous participerons tous à l’unique vie divine chacun selon notre essence, réfléchissant la gloire de Dieu dans notre être de créature. L’homme et la femme seront enfin pleinement à l’image de Dieu dans leur complémentarité voulue par le Créateur comme un appel à l’amour, qui trouvera là son plein épanouissement.

Certes nous sommes déjà héritiers puisque le testateur est passé par la mort : c’est en effet parce que Jésus a accepté de mourir, que nous héritons de sa vie de Ressuscité. Mais Notre-Seigneur n’a pas aboli la mort en tant que telle : c’est en passant sur le même chemin où il nous précède que nous aurons accès à la plénitude de notre héritage. C’est pourquoi nous sommes invités à garder les yeux fixés sur le Christ, afin de ne pas laisser fléchir notre espérance : « Il est fidèle, celui qui vous appelle : c’est encore lui qui accomplira tout cela » (1Th 5,24).

Seigneur au cœur de ce monde qui méprise la Révélation parce qu’il l’ignore, éveille en nous le sens de la responsabilité, et donne-nous la force de chercher dans ta Parole les réponses aux questions essentielles que tout homme se pose. Ne permet pas que nous nous contentions d’une lecture superficielle des Écritures, mais accorde-nous ton Esprit, afin qu’il nous “introduise dans la vérité toute entière” (Jn 16,13).

rencontrer Jésus

Liturgie Catholique

Messes Info

Catéchèse & Catéchuménat

Prières pour notre temps