Homélie du 16 octobre 2020

Notre-Seigneur s’en prend vigoureusement à l’hypocrisie des pharisiens. L’hypocrite est toujours culpabilisant pour son entourage qu’il cherche à manipuler ; d’où le sentiment d’étouffement. Il n’y a rien à opposer à ses raisonnements qui disent vrai ; et cependant ils sonnent faux en raison de leur inadéquation avec l’agir de celui qui les propose. D’où le malaise dont l’hypocrite profite pour assurer son pouvoir. Jésus vient déchirer ce voile de mensonge, autant pour libérer la victime que le coupable – chacun d’entre nous étant tout à tour l’un et l’autre. L’hypocrisie est toujours l’œuvre du dia-bolos, celui qui nous divise intérieurement et pervertit nos relations, car il sait que là où il y a duplicité et mensonge, l’amour ne peut plus fleurir et la vie s’éteint.

Le poison est aussi spirituel, car celui qui est hypocrite avec son prochain l’est aussi avec son Dieu. Hélas en croyant pouvoir tromper le Seigneur en cachant son péché sous des allures de sainteté, l’hypocrite se prive de la miséricorde dont il s’exclut lui-même. A cette suffisance mensongère du pharisien hypocrite, Jésus oppose l’humilité vraie du publicain repentant (Lc 18).

Le Père ne refuse sa grâce à aucun de ses enfants : son Fils les a tous purifiés dans le Feu de son sacrifice d’amour. Mais le salut ne nous sera pas imposé : la miséricorde divine se répand en nos cœurs dans la mesure du besoin que nous en éprouvons. L’hypocrite, qui est « convaincu d’être juste » (Lc 18, 9) et médit de son frère « dans l’ombre » de son cœur perverti, se prive lui-même de la grâce ; tandis que celui qui reconnaît ouvertement sa misère et confesse son péché, entendra Jésus lui dire « mon ami » et se verra offrir, dans l’Esprit, « une première avance sur l’héritage dont nous prendrons possession au jour de la délivrance finale » (1ère lecture).

Déclarons donc une guerre sans merci à toute forme d’hypocrisie : en pensée, en parole ou en action. Que la parole de vérité fasse en nous son œuvre de salut en nous purifiant de toute duplicité et de tout mensonge ; qu’elle bannisse toute peur de nos cœurs, et nous établisse fermement dans la confiance, car nous valons plus, aux yeux de notre Père, que tous les univers qu’il a créé pour nous.

Seigneur, “du haut des cieux tu regardes : tu vois la race des hommes” (Ps 32) ; tout est à nu devant tes yeux. Inutile d’essayer de biaiser : tu connais le fond de nos cœurs mieux que nous-mêmes. Donne-nous assez d’humilité pour reconnaître notre misère, et assez d’espérance pour nous jeter dans tes bras, sûrs que “tu nous as d’avance destinés à devenir ton peuple”. Libérés du souci de paraître saint, nous pourrons nous livrer à l’Esprit de sainteté, qui saura nous purifier du levain de l’hypocrisie, et nous conduire sur le chemin de la charité.

rencontrer Jésus

Liturgie Catholique

Messes Info

Catéchèse & Catéchuménat

Prières pour notre temps