Je donne à l'église
nos paroisses
Horaires de messes
GoMesse

Homélie du 22 mai 2022

« C’est la paix que je vous laisse, c’est ma paix que je vous donne, ce n’est pas à la manière du monde que je vous la donne » (Jn 14,27).
Qu’est-ce donc que cette paix qui est propre à Jésus et qu’il nous donne ?

Cette paix que le monde ne connaît pas, c’est sa condition de Fils du Père. La paix de Jésus, c’est ce lien de communion, cet échange de vie et d’amour entre le Père et le Fils. Jésus est dans la paix car il se sait Fils éternel. Il invite ses disciples à se réjouir de son retour vers le Père car ce qui fait vivre le Fils, c’est d’être auprès de son Père.

En donnant sa paix, Jésus nous permet d’entrer avec lui dans l’intimité du Père. Il nous partage sa condition de Fils. Il nous agrège à son être filial. La paix que Jésus donne est plus qu’une sensation de bonheur, de joie : c’est une recréation de notre être. En nous donnant sa paix, Jésus nous filialise, il filialise notre chair, il filialise nos désirs, il filialise nos pensées, il filialise notre agir.

En déployant en nous sa filialité, il nous sauve du péché fondamental qui est le refus de la paternité de Dieu.
Cette paix de Jésus nous libère de la recherche d’être vu, admiré, reconnu car désormais toute gloire est rendue au Père. Celui qui est filial n’a rien en lui qui pourra donner prise au Prince de ce monde. L’extérieur peut tomber en ruine, l’être intérieur reste inattaquable.

Être dans la paix du Christ, c’est être totalement tourné vers le Père, c’est faire mourir ce qui n’est pas filial en nous, c’est laisser jaillir le cri des enfants de Dieu : « Abba, Père » ! Il n’y aura donc pas d’expérience de la paix de Jésus dans notre vie, s’il n’y a pas ce désir préalable de la conversion, du retournement de notre être vers le Père. Notre désir doit être celui de Jésus : revenir vers le Père. Notre joie doit être celle de Jésus : aimer le Père et faire tout ce qu’il nous commande.

Être fils dans le Fils, voilà l’effet sur nous du don de la paix de Jésus. On comprend la joie de Jésus en nous donnant sa paix. Qu’elle descende sur nous en ce dimanche
afin que le monde sache que nous aimons le Père et qu’il a fait de nous son Temple Saint. Lui en nous et nous en lui.


Abbé Philippe Link