Message à tous les catholiques de la zone de Strasbourg

Message à tous les catholiques de la zone de Strasbourg

A tous les femmes et les hommes de haute volonté au service du bien de tous

 

Avec cette très belle visite pastorale, je visualise mieux l’étendue et la qualité de notre grande cité de l’Est avec toute son agglomération. Elle bouillonne, cette métropole composite, avec des enjeux colossaux, au cœur d’une aventure pleine d’opportunités et de risques. Plus que jamais, je rends grâce à Dieu pour la chance qu’Il nous donne d’y avoir des églises vivantes, remplies de projets, attentives à leur vie interne mais aussi fortement tournées vers le service de la collectivité humaine.

Cette demi-lune épinglée au Rhin forme un damier de quartiers où s’accolent des mailles et des cités populaires avec des faubourgs cossus aux larges avenues. Les strates de l’histoire croisent ou percutent les populations sédimentées par les migrations récentes. S’il est un lieu en Alsace, ou même en France, où l’intégration doit se mettre en œuvre, c’est l’Eurométropole strasbourgeoise. Nous le savons : les anciens occupants et les nouveaux arrivants cherchent encore à tâtons la formule chimique qui respectent les premiers avec leurs racines et les seconds avec leurs cultures.

Les 150 familles iraquiennes accueillies depuis 2014 éclairent cette nécessité de réfléchir et d’agir sur l’intégration, cette façon de vivre ensemble qui n’est ni le communautarisme ni l’assimilation. L’intégration présuppose une volonté ferme de former un seul corps social tout en accueillant des différences organiques fortes. L’image de l’Eglise qu’offre saint Paul s’élargit à la société laïque : un corps avec des membres différents ou des organes divers. Sur ce point précis, l’expérience de l’Eglise catholique peut être un guide intéressant : « quelque chose » unit les croyants avec leurs différences culturelle et personnelle. Et déjà nos communautés sont l’incarnation de cette diversité : les fidèles venus d’ailleurs irriguent et dynamisent nos assemblées.

L’Eurométropole rassemble aussi d’innombrables jeunes. Le diocèse de Strasbourg oriente sa pastorale vers ces jeunes, qu’ils soient étudiants, migrants, jeunes professionnels. Les accueillir dans des « maisons », foyers ou colocations, retentit comme un appel de Dieu. Nous ne nous en sortirons pas sans la collaboration de tous, églises, communes, associations etc.

Vive la jeunesse qui conflue chez nous ! Elle seule porte les valeurs qui répondront aux colossaux défis de l’écologie, de la démographie et de la technologie. Comment peut-on les aider à devenir ce qu’ils sont ? Comment leur proposer des lieux de croissance pleine ? Comment les protéger aujourd’hui pour qu’ils portent le monde demain ? Comment les intégrer eux aussi dans nos « plans » de développement qui souvent sont construits sans eux ?

Voilà le choix que se présente à nous : soit agglomérer, et multiplier les situations de malaise, soit intégrer, et développer les occasions de bonheur commun.  Pour le dire en synthèse : agglomération ou intégration strasbourgeoise ?

+ Luc Ravel, archevêque de Strasbourg.