Je donne à l'église
nos paroisses
Horaires de messes
GoMesse

Le décor des piliers

« Venez, entrez ! »

Souvent, visiter une église fait partie d’une démarche touristique et est motivée par la curiosité pour le patrimoine plus que par la prière ! François Muller, diacre et guide-conférencier, a visité les églises de Strasbourg et nous démontre combien il peut être intéressant et riche de sens d’entrer dans l’une d’entre elles.

« Venez, entrez ! » Cette invitation n’est pas neutre, puisqu’elle nous incite à pénétrer dans un espace sacré ! Certes, la sacralité de l’église est souvent oubliée ou ignorée, l’église étant prise pour un incontournable lieu de promenade touristique (il faut y « faire un tour »), un lieu où l’on découvre des détails insolites voire amusants (comme le petit chien du prédicateur sur la chaire de la cathédrale), ou un lieu de concert à moindre frais (les concerts de Laurent Voulzy, par exemple).

L’église est un lieu consacré, et cela se voit inscrit dans la pierre ou sur les murs de l’édifice. Observez les piliers ou les murs de la nef : vous y trouverez certainement de petites croix, ou une série de supports de cierges. Ainsi, à la cathédrale, chaque pilier est orné d’un support de cierge en fer forgé. Un décor somme toute sommaire, qui aux jours de grandes fêtes, permet d’accrocher de grandes compositions florales, ce qui donne à la nef un air moins austère que la rangée de colonnes de grès rose nues.

Mais ces bougies et leurs supports ne sont pas simplement des crochets pour les fleurs ! Elles sont le signe de la consécration de l’église, de sa dédicace : l’évêque marque les piliers ou les murs de la nef du saint chrême. Ces douze marques sont ensuite concrétisées et visibles sous forme de signes de croix, auxquelles habituellement est ajouté en applique un chandelier de consécration. A la fête anniversaire de l’église, la dédicace, ou encore à la nuit pascale, on allume ces cierges de consécration.

A l’église saint Florent de Cronenbourg, les cierges et croix sont d’une belle sobriété.

Les cierges de consécration sont habituellement au nombre de douze, en référence aux apôtres selon le texte de l’Apocalypse 21,14 décrivant la Jérusalem céleste : « La muraille de la ville reposait sur douze pierres de fondation, sur lesquelles étaient inscrits les noms des douze apôtres de l’Agneau ». Voilà qui légitime la présence en icônes des apôtres sur les piliers de l’église Saint-Joseph de Koenigshoffen.

La prière du rituel de consécration résume et définit la nature sacrée de nos églises dans lesquelles nous sommes les pierres vivantes : « Heureuse Église, elle est la demeure de Dieu parmi les hommes, le temple saint fait de pierres vivantes, fondé sur les Apôtres et qui a pour pierre angulaire le Christ Jésus. »

Et dans votre église, comment se dessinent les traces (ou : marques) de la dédicace ? N’hésitez pas à nous montrer en photos et commentaires vos croix de consécration, symboles d’une église heureuse. Nous le relayons ensuite sur la page internet du diocèse.

François Muller • 06 17 500 512 • francois.muller.100@gmail.com