J’ai une vocation particulière ?


sens_vie_2

Dans toute vocation il y a une rencontre : la rencontre entre mon désir et l’appel de Dieu.

 « Aujourd’hui aussi, le Seigneur continue à avoir besoin de vous, les jeunes, pour son Église. Chers jeunes, le Seigneur a besoin de vous ! Aujourd’hui aussi, il appelle chacun de vous à le suivre dans son Église et à être missionnaire. Chers jeunes, le Seigneur vous appelle aujourd’hui ! Non pas en désordre ! À toi, à toi, à toi, à chacun. Écoutez dans votre cœur ce qu’il vous dit. »
(Pape François aux jeunes –  Rio de Janeiro 2013)

Pour commencer, je peux prier et demander au Seigneur : « Que veux-tu que je fasse Seigneur ? ».

Ensuite, je peux me poser un certain nombre de questions :

  • Quel sens je veux donner à ma vie ?
  • Qui est Jésus pour moi ?
  • Est-ce que je suis prêt(e) à me mettre au service de l’Église ?

Ma prière, ma lecture de la Parole de Dieu, ma participation à la vie de l’Église, est-ce que cela m’interpelle, me pousse à devenir toujours plus un disciple de Jésus.

Je peux prendre contact avec le prêtre chargé du Service diocésain des vocations qui peut m’aider dans mon chemin de discernement : m’aider à formuler mes questions, mon désir, mon projet, m’aider à trouver un accompagnateur spirituel.

Il ne faut pas que je me pose ces questions tout seul : je ne peux pas discerner, c’est-à-dire choisir, tout seul ce que je veux « être ». Il est précieux et essentiel de trouver un accompagnateur spirituel avec qui je peux partager ma vie de foi. Un frère ou une sœur qui est un peu plus expérimenté(e) que moi dans la vie de foi, qui m’aidera à repérer dans ma vie les appels de Dieu, les « traces de Dieu ».

Pour chaque vocation particulière, il y a, en plus de mon désir profond et de ma relation avec le Seigneur, un certain nombre de conditions objectives, par exemple :

  • Pour devenir prêtre, il faut être un homme, célibataire, savoir lire et écrire …
  • Pour devenir carmélite, il faut être une femme, célibataire, acceptant de vivre en communauté et sous une règle …
  • Pour devenir diacre permanent, il faut être un homme et avoir un certain nombre d’années de stabilité dans mon état de vie …

Une fois que j’ai pris le temps de discerner l’appel particulier de Dieu pour moi, avec un accompagnateur spirituel, je demande à l’Église de confirmer cette vocation que je sens en moi. Je demande à l’Église de reconnaître si mon projet vient de Dieu et s’il peut trouver un accomplissement aujourd’hui ou s’il faut encore prendre le temps du mûrissement. On ne peut pas imposer sa vocation, comme on ne peut pas imposer son amour.[/vc_column_text][/vc_column][/vc_row]

Service diocésain des vocations
15 Rue des Écrivains, 67000 Strasbourg

  • Abbé Jonathan NOCK
    jonathannock@hotmail.fr
    tél : 06 84 13 73 60
  • Discerner concrètement sa vocation, Nathanaël Pujos, Anthony Ariniello, Emmanuelle Borchardt, éd. des Béatitudes
  • Vous avez dit vocation ?, Christoph Theobald, éd. Bayard
  • Lettre aux jeunes sur les vocations, Thierry-Dominique Humbrecht, éd. Parole et Silence
  • L’appel de Dieu, discernement d’une vocation, Philippe Madre, éd. des Béatitudes