2- Présentation du diaconat permanent

Diacres permanents
Appelés et envoyés pour servir

diaconat-page001

(Extrait de L’Église en Alsace Septembre 2009)


 

diaconat-005Alors que le diaconat dans sa forme permanente a été rétabli depuis moins d’un demi-siècle, le nombre de diacres va bientôt dépasser 70* dans notre diocèse.

Le concile Vatican II a fait le choix d’un diaconat conféré aussi à des hommes mariés, établissant ainsi un lien audacieux entre le sacrement de l’ordre et le sacrement du mariage, mais aussi entre la mission pastorale et l’exercice d’une profession séculière, entre l’Église et le Monde. Cette nouveauté était si radicale que nous n’en avons probablement pas encore pris la pleine mesure.

Ce serait se détourner de l’objectif du Concile que de spécialiser les diacres dans la célébration des sacrements ou la présidence d’assemblées sans prêtre, appelées à devenir de plus en plus nombreuses dans les temps qui viennent. Mais il serait tout aussi regrettable de contester la proclamation et le commentaire de l’Évangile à ces hommes profondément insérés dans le tissu familial, professionnel et social, alors qu’ils ont tant à dire de la manière particulière dont ils le reçoivent.

S’interroger sur une relance de l’appel au diaconat, c’est nécessairement se poser la question des personnes à appeler …

De même, il n’est pas judicieux d’opposer de manière caricaturale l’appel intérieur que certains disent ressentir de la part du Seigneur et l’appel objectivé par l’Église à exercer un ministère.

Comment ne pas nous réjouir de la belle diversité ministérielle qui est devenue celle de notre Église : des prêtres, des diacres, des laïcs ou des religieux coopérateurs de la pastorale oeuvrent dans une mission commune. N’est-ce pas un signe de la complémentarité des charismes et des fonctions si chère à saint Paul ? (…)

Je souhaite que les communautés paroissiales, les mouvements, les services, contribuent à donner “ un nouveau souffle “ au diaconat dans notre diocèse !

† Jean-Pierre GRALLET
Archevêque de Strasbourg

(*) 2011 : 76 diacres permanents

Le rétablissement du diaconat permanent est un beau fruit du concile Vatican II.

Il s’inscrit dans le souffle missionnaire qui animait les pères conciliaires soucieux de faire vivre l’Église en dialogue avec le monde. Mariés ou célibataires, par leur insertion professionnelle et associative, les diacres ont mission de manifester la sollicitude du Christ et de son Eglise auprès de ceux qu’ils côtoient au jour le jour.

Dans notre société en constante évolution, les diacres ont à cœur de repérer les nouveaux besoins, les nouveaux appels de nos contemporains en quête de sens, de justice et de fraternité. Par sa présence à l’autel, le diacre signifie à la communauté rassemblée qu’elle n’est communauté chrétienne que si l’eucharistie se prolonge dans le quotidien de la vie et nous conduit à construire une société plus solidaire, plus humaine.

Appelés et envoyés pour servir….,

le 21 juin 1981 Mgr Elchinger ordonnait les quatre premiers diacres permanents pour l’Eglise en Alsace ; depuis leur nombre a nettement augmenté.

Rendons grâce à Dieu !

Diacres pour qui ? Pour l’Église et le monde.

Diacres pour quoi ? Pour donner ou redonner le goût du service.

diaconat-011Le diacre est un collaborateur de l’évêque et des prêtres pour servir la diaconie de l’Église.

La présence du diacre vise d’abord et avant tout à rappeler sa mission diaconale à l’Église toute entière, dans l’établissement de liens solidaires dans un esprit de communion fraternelle.

Le diacre est ordonné pour la vie.

Célibataire ou marié, le sacrement de l’ordination vient visiter l’engagement de vie pris par l’homme diacre pour l’amplifier. L’engagement de vie pris par lui et son épouse le jour de leur mariage, leur OUI, don mutuel de leur vie, reçoit une grâce nouvelle dans le sacrement de l’ordination. L’épouse est une part vitale dans l’être de son époux diacre.

diaconat-012Bien présent dans le réel de son quotidien,

l’attention généreuse du diacre est visible en premier lieu dans sa vie de famille, ses relations de travail, et ses relations sociales. Il reçoit une mission de l’évêque, selon ses charismes, les besoins de la communauté chrétienne, et cela dans la mesure de ses possibilités.

diaconat-020L’Interpellation :

C’est la communauté des croyants – concrètement des groupes ou des personnes – qui sollicite des hommes pour le ministère diaconal, en fonction des besoins de la diaconie de l’Eglise diocésaine et des aptitudes aperçues chez tel candidat.

Pour l’homme marié, le diaconat permanent fait croiser le sacrement du mariage et le sacrement de l’ordre. Ce croisement, amène le couple à recomposer plusieurs domaines, et cela dans 4 dimensions : le domaine personnel, conjugal, familial et spirituel.

La Présentation :

Dans ce cas l’intéressé se propose de lui-même au discernement de l’Eglise. Cela suppose un discernement personnel préalable dans la prière, appuyé par un accompagnement  spirituel. Celui qui pense avoir ainsi entendu un appel du Seigneur se présente auprès de l’évêque ou de ses délégués au diaconat.

État de vie :

Hommes mariés : 35 ans accomplis et au moins 10 ans de mariage lors de l’ordination. Hommes célibataires : 25 ans accomplis lors de l’ordination.

Le discernement et l’accompagnement :

Le cheminement débute – y compris pour l’épouse, par deux années de discernement, dans un groupe de recherche. C’est un lieu d’échange fraternel, de vérification et  d’approfondissement de la vie spirituelle. Cette période de discernement doit permettre de vérifier si le ministère diaconal paraît ou non correspondre à un appel du Seigneur.

Pour les épouses, il s’agit de trouver la liberté spirituelle de dire “oui” ou “non” en connaissance de cause à la perspective de l’ordination.

Par ailleurs, un accompagnement personnel par un conseiller spirituel est indispensable.

Le candidat aura suivi le cycle diocésain d’initiation théologique.

diaconat-021

La Formation :

La formation se donne quatre catégories d’objectifs :

  • Progresser humainement : dans la capacité de relation avec les autres, la maturité affective, la liberté intérieure.
  • Progresser spirituellement : découvrir et partager l’amour du Christ Serviteur, connaître la Parole de Dieu et s’en nourrir.
  • Progresser dans l’intelligence de la foi : par des éléments théologiques conduisant à une meilleure compréhension de la Parole de Dieu et permettant de se situer dans le pluralisme culturel et religieux de notre époque.
  • Développer des compétences pastorales et liturgiques : concernant la proclamation et l’annonce de la Parole de Dieu, les fonctions du diacre dans la liturgie eucharistique et la célébration des baptêmes, des mariages et des funérailles, mais aussi bien l’engagement de l’Eglise pour la justice sociale et la charité, la vie des communautés.

La formation de base s’étend normalement sur 6 ans : 3 années de formation initiale avant l’ordination, puis 3 années de formation complémentaire.

Pour qu’elles soient parties prenantes de ce cheminement, les épouses sont invitées à y participer.

diaconat-022L’ordination :

Elle est signifiée par l’imposition des mains de l’évêque :

  • Elle est un acte de l’Église : toute la communauté est concernée.
  • Elle confère un don de l’Esprit, un charisme, une “ grâce sacramentelle “ en vue de la charge confiée.
  • Elle fait entrer dans un “ ordre “ : le ministère diaconal s’exerce en lien avec l’évêque, les prêtres et les diacres.
  • Elle engage dans le service apostolique : le diacre entre dans le ministère hérité des Apôtres.

diaconat-023Comment est donnée la mission ?

La lettre de mission, qui est confiée pour un temps déterminé, permet de définir le ministère, d’en préciser l’orientation, les modalités d’exercice et les instances ou les lieux de  concertation nécessaires. La lettre de mission manifeste publiquement qu’il s’agit d’une mission reçue de l’évêque et reconnue par lui.

“Ma responsabilité à la Pastorale de la Santé et mon engagement au service des démunis sont deux missions différentes mais dont la finalité est la même : être au service de l’homme. Je peux témoigner que vivre une telle mission est pour moi au-delà des difficultés inhérentes aux responsabilités, une source de grâce et de bonheur”.

Hubert

diaconat-007“L’ordination diaconale est une grâce qui s’exprime, je crois, à travers ma mission, le service de ce pourquoi je suis ordonné, elle me donne force et courage afin que malgré mes fragilités et mes limites, à travers mes actes se réalise la Parole de Dieu, parole source de vie, d’amour, et d’espérance.”

Luc, un an après son ordination.

“On m’a plaint : comment vas-tu y arriver avec deux jeunes enfants et une profession active ? Je n’ai rien fait “en plus“ mais “ autrement “.

Alain

“J’ai été touchée par l’appel de Jésus à “perdre sa vie pour la trouver”, appel à nous décentrer pour recevoir d’un Autre, à mourir aux enfermements, pour naître à l’abandon au Père et à la fraternité”.

Christine, épouse.

“Dieu nous appelle aujourd’hui tels que nous sommes. Au-delà de nos possibles, failles et faiblesses, Dieu transforme le quotidien si nous acceptons de nous jeter vers Lui dans ses bras aimants, grand ouverts”.

Marie-Odile, épouse.

Renouant avec la tradition de l’Église primitive, le concile Vatican II a pris l’initiative de “restaurer” ou de “rétablir” le diaconat permanent dans l’Église latine. Les deux textes du Concile sont bien connus :

Lumen Gentium 29 : “ Au degré inférieur de la hiérarchie, se trouvent les diacres auxquels on a imposé les mains non pas en vue du sacerdoce, mais en vue du service “

Ad Gentes 16 : “ Là où les Conférences épiscopales le jugeront opportun, l’ordre du diaconat devra être rétabli comme état de vie permanent, selon les dispositions de la Constitution sur l’Église” (LG 29)

diaconat-008Ainsi l’Église a voulu rétablir le diaconat comme signe et sacrement du Christ qui n’est pas venu pour être servi mais pour servir.

En France

En novembre 1968, l’Assemblée plénière invite les évêques, dans le choix des candidats au diaconat permanent, à tenir : “ le plus grand compte des orientations données par l’assemblée plénière de 1967, de façon à ce que la restauration du diaconat permanent soit pleinement insérée dans l’effort missionnaire de l’Église de France “.

Les diacres sont désormais une réalité qui compte dans la vie de l’église. En 1998, il y avait 7 500 diacres en Europe, aujourd’hui ils sont 12 600, et plus de 38 000 dans le monde.

En France ils sont actuellement 2 600, le diocèse de Strasbourg en compte 80 en 2015 dont un tiers sont en activité professionnelle.

Proches des gens par leur genre de vie, la famille, le monde du travail, les diacres portent prioritairement le souci des personnes qui se situent au seuil de l’Église.

En Alsace à ce jour, la plupart des diacres sont en service dans des domaines multiples, professionnel, syndical, des cadres et des ouvriers, des mouvements de jeunes et de  retraités, des familles en deuil, des personnes seules, veuves ou divorcées, et de ceux qui souffrent de précarités socio-économiques, de la maladie, du handicap, en prison.

diaconat-page007

Ministre de la Charité :

diaconat-013dans la diversité de ses tâches et ses engagements, le diacre s’engage et engage les chrétiens à être témoins actifs de l’amour de Dieu pour les hommes.

Ministre de la Parole :

diaconat-014la Parole évangélique est une personne : Jésus-Christ. Dans la célébration de l’Eucharistie, le diacre proclame l’Évangile. Il propose aussi des temps et des lieux où chacun peut découvrir le recueillement et la méditation de la Parole de Dieu en Église.

Ministre de la Liturgie :

diaconat-015l’Eucharistie est le cœur de toute existence chrétienne. Aux côtés du prêtre, il rend présentes les personnes éloignées et rassemble tout ce qui est vécu, offert ‘fruit du travail des hommes’. De même, le diacre baptise, reçoit le consentement des époux lors de leur mariage, anime la prière, et célèbre les funérailles

Parce que l’Église a besoin de serviteurs qui soient aussi signes

En dehors et dans l’Église, les diacres sont témoins et signes du Christ Serviteur. Ils rappellent à tous que l’Église est fidèle au Christ lorsqu’elle se fait servante, accueillante et proche de tous.

Leur appel et leur ordination diaconale par l’évêque fait suite à l’appel premier que leur a adressé le Christ, à servir l’Église. Les diacres sont consacrés pour exprimer au nom du Christ et de l’Eglise, la priorité évangélique pour les pauvres et les petits, les exclus de la vie sociale et ecclésiale.

diaconat-page008

Pour participer à la mission et à la construction de l’Église

A la fois insérés dans le monde et ministres ordonnés de l’Église, les diacres par leurs charismes spécifiques, participent à la mission et à la construction de l’Église.

Connaissant les cultures, les aspirations et les problèmes de leur temps, ils font retentir les appels des pauvres à l’intérieur de la communauté chrétienne et les appels de l’Évangile aux frontières de l’Église. Ils le font à travers leur vie familiale, sociale et professionnelle, et les ministères qui leurs sont confiés par l’évêque.

Une réflexion d’évêque illustre ce propos : “ J’ai besoin de prêtres pour rassembler, j’ai besoin de diacres pour aller partout. “

diaconat-019