Retour sur la session Welcome janvier 2020

(Article repris du site national de la Mission Universelle)

Mission Universelle  session Welcome janvier 2020

Session Welcome de janvier 2020, à Chevilly Larue.

58 participants étaient au rendez-vous. Leur continent d’origine : Amérique du Nord : 1 canadien et 1 Haïtien ; Europe : 2 français (eh oui mais avec un parcours extérieur constant) ; Asie : 1 libanais et une grande majorité d’africains : 5 Béninois ; 7 Burkinabè ; 2 Burundais ; 5 Camerounais ; 10 Congolais (Brazza) ; 8 Congolais (RDC) ; 4 Ivoiriens ; 1 Ghanéen ; 4 Malgaches ; 2 Centrafricains ; 1 Rwandais ; 2 Sénégalais ; 2 Togolais.

Lundi après-Midi : Nous prenons le temps de nous présenter et de commencer à faire connaissance. Nous avons également fait connaissance avec le lieu qui nous accueille. Pas seulement le lieu, mais surtout la congrégation des Pères Spiritains avec leurs fondateurs, leur histoire et leur expansion dans les 5 continents. Lieu rempli d’une âme missionnaire s’il en est !
Après la célébration de la messe et le repas du soir, la veillée fut courte !

Mardi 7 Janvier : Le Père Jean-François Petit, nous rejoint avec un léger retard pour nous rappeler que la grève continue… Il déploie le thème de la journée : « S’accueillir mutuellement dans la différence, avec ces images qui nous façonnent et qui comptent fort dans le regard de l’autre et sur l’autre. » On commence par recueillir les étonnements, voire les chocs en entrant dans la population d’un autre pays et d’un autre continent. Débats riches entre interrogation et humour. Reprise par l’intervenant sous forme d’abord spontanée et en fin de journée plus systématique.
Un autre groupe nous rejoint dans la maison d’accueil : une formation pour les formateurs de religieux et religieuses et cela alimente les conversations à table et le reste du séjour, d’autant que certains retrouvent des compatriotes africains ou asiatiques et cela enrichit les célébrations communes. Texte de son intervention à venir.

Mercredi 8 janvier : La réflexion du jour « Chrétiens dans le monde » nous plonge dans la société française telle qu’elle est aujourd’hui. Nous commençons par l’intervention de Madame Alice Bernard, fonctionnaire au Bureau des Cultes du Ministère de l’Intérieur pour nous parler de la Laïcité à la Française selon l’approche de la loi, notamment de la loi de 1905 dite de séparation des Églises et de l’État. Elle nous fait voyager rapidement dans le temps pour nous faire découvrir le paysage des relations de l’Église et de l’État sous tous les régimes, avec les moments de fracture. Difficile compréhension de la neutralité des agents des services publics dans l’exercice de leurs fonctions. Et plus généralement, grand dépaysement par rapport aux pratiques diverses des pays d’origine.

La laïcité en France

Petite reprise en début d’après-midi avec quelques précisions entre « Laïcité, Laïcisme et sécularisation » dont la confusion est plus que fréquente.
Ensuite, c’est le Père Grégoire Catta, Directeur du service « Famille et Société » de la conférence des évêques de France. Il met en lumière ce qui n’apparaît pas dans les médias : la laïcité n’interdit pas aux représentants des religions de dialoguer avec les instances de l’État. Il illustre ses propos par les diverses consultations et les initiatives des évêques pour exprimer leur point de vue sur les questions sociétales. Mais de par la séparation des pouvoirs, c’est l’État qui décide et légifère. Plusieurs questions autour de lois concernant la famille, et autres divergences avec la pratique chrétienne.Texte de son intervention à venir.

Jeudi 9 janvier : nous en arrivons aux questions de pastorale avec l’acquis des deux jours précédents. Nous commençons par la liturgie avec le Père Laurent de Villeroché. Les prêtres ayant plusieurs années de ministère savent de quoi ils parlent. Aussi, l’intervenant part de leurs questions pour expliquer comment les pratiques liturgiques doivent se mettre au service de la mission d’évangélisation et de la croissance spirituelle des personnes. Partageant sa mission entre l’enseignement à l’Institut Catholique de Paris et responsable paroissial, son apport est coloré de l’expérience et prend parfois couleur de témoignage. Texte de son intervention à venir.

En fin d’après-midi, nous accueillons Mgr. Michel Santier, évêque du Diocèse de Créteil où nous sommes. Dans un diocèse aux 92 nationalités représentées, une pratique non négociable : tisser des liens avec les diverses sensibilités politiques, religieuses et entre les courants religieux chez les catholiques eux-mêmes. Image de l’évêque pasteur qui rime avec rassembleur. Quoi de mieux pour clore une journée consacrée à la pastorale dite « ordinaire » ?

Vendredi 10 : Une matinée de conclusion, non, plutôt de couronnement ! Le Père Carlos Caetano, directeur de la pastorale des migrants et de la mission universelle à la Conférence des Évêques, nous fait une lecture spirituelle de la migration. Il met en lumière la continuelle itinérance des grands croyants de la première alliance jusqu’à Dieu qui se fait homme et parcours nos routes humaines.
Question itinérance, les transports en grève nous ont obligés à imaginer des covoiturages et autres moyens pour regagner nos camps de base !

Lire la synthèse des évaluations de la session

Pour l’équipe de la Cellule accueil,
Abbé Michel Fournier