Pièce de théâtre : Pardon ?

C’est une pièce de théâtre bouleversante qui sera donnée à la salle du Munsterhof à Strasbourg le samedi 26 septembre.

Donnée une première fois au festival « off » d’Avignon en 2019 puis à Paris, Lyon et Nice notamment, elle a connu un succès d’estime à la fois auprès du public et de la presse.

Pardon ? évoque la question douloureuse de la pédophilie dans l’église à travers le témoignage de Laurent, victime d’abus sexuels de la part d’un prêtre quand il était enfant.

Un homme qui a subi de tels actes, peut-il trouver l’amour ? Peut-on guérir de telles blessures ?

En parallèle de cette histoire, l’église catholique s’interroge sur ses prises de position : où est la vérité ?  Pardon ?  ose parler de la pédophilie et de ses conséquences.

Les multiples rebondissements emmèneront le spectateur en dehors de sa zone de confort… jusqu’à remettre en question les préjugés ?

Laurent témoigne :

« Un enfant sur cinq est victime de violences sexuelles, le chiffre est intolérable et suffit à ce que l’on veuille renverser des montagnes pour que cela change. J’ai été choisi, j’avais 8 ans, un sur cinq et c’était moi. Lui il était prêtre et je n’ai rien dit. 40 ans de silence, et aujourd’hui je veux aider, « faire ma part » comme dirait Pierre Rabhi, et même plus.

Il faut dénoncer l’horreur pour que la prise de conscience collective soit la plus importante possible.

Mais il faut surtout apporter des solutions, des pistes de travail, vouloir que les choses changent en libérant la parole, et aussi en montrant l’impossible, l’intolérable, l’insupportable. On veut le condamner et même l’exécuter pour l’horreur de ses crimes, mais nous sommes au 21e siècle et le pédophile est aussi et d’abord un être humain.

Dans la pièce, je vais à travers mon personnage témoigner de l’impact de ce viol sur ma vie, de ses conséquences au quotidien, notamment sur mon histoire d’amour, et sur la possibilité qu’à l’amour de guérir une telle souffrance.

Une religieuse et un prêtre vont questionner le positionnement de l’église aujourd’hui, et sa responsabilité dans la gestion de ces drames. Et puis il y aura l’espoir, celui d’une société où l’on peut vivre ensemble, tous, grâce à l’entraide, la plus impensable soit-elle.

Le spectacle vivant a pour rôle de faire évoluer les mentalités, de faire bouger les idées d’une société lorsqu’elle se replie sur elle-même, de redonner de l’humanité à un endroit où la douleur l’a gommée.

Je souhaite permettre que l’on puisse parler de la pédophilie, dire le mot sans se cacher, aider à ce que l’on sorte des clichés haineux, libérer la parole pour combattre la surdité collective qui se cache derrière l’increvable cohésion de l’hypocrisie sociale. Je veux partager un objectif d’humanité qui à mes yeux est essentiel dans la construction du monde de demain dans lequel vivront mes enfants. »

Renseignements pratiques :

  • Samedi 26 septembre 2020
  • Représentation à 20h30
  • Durée de la pièce : 1h
  • Lieu : Salle du MUNSTERHOF • 9 rue des juifs • 67000 Strasbourg
  • Arrêt de tram : République
  • Prix des places : 15 euros
  • Prix spécial : 10 euros sur réservation au 07 57 44 19 57 ou sur www.billetreduc.fr