Démarche Eglise verte

Le label « Église verte » : une démarche communautaire

  • Parce que nous croyons que Dieu se révèle par sa Création, et qu’il l’a confiée aux hommes qui doivent la cultiver et la garder,
  • Parce que nous avons conscience que c’est en nous convertissant ensemble que nous arriverons à bâtir ce monde plus juste et écologique    nécessaire à la survie de l’humanité, la Conférence des Évêques de France, la Fédération Protestante de France, l’Assemblée des évêques orthodoxes de France et le Conseil d’Églises chrétiennes en France, ont lancé l’initiative Église verte qui vise la « conversion écologique » des paroisses.

C’est l’occasion pour les Églises chrétiennes de porter ensemble pour la première fois un projet de grande ampleur, basé sur une communauté de convictions. La théologie de la Création est partagée par l’ensemble des chrétiens, c’est un sujet œcuménique par excellence.

Les initiateurs se sont inspirés de nombreuses Églises européennes qui ont déjà franchi le pas. Au Royaume-Uni, il y a les « Eco-churches », en Allemagne le label « Coq vert » connu déjà en Alsace dans quelques paroisses protestantes, au Canada les « Églises vertes », ou encore les « Congrégations vertes » en Norvège.

Le label Église verte est une démarche œcuménique qui s’adresse à toutes les communautés chrétiennes qui veulent s’engager pour le soin de la Création : paroisses mais aussi oeuvres, mouvements, monastères et établissements chrétiens,

Commencer est souvent difficile, tant les enjeux sont immenses et les solutions semblent complexes. Église verte est une méthode pas à pas qui a pour objectif d’aider une communauté à démarrer ou à renforcer sa démarche, de l’accompagner dans sa progression, d’afficher son engagement. Le label n’est pas une fin en soi mais un outil d’encouragement et de progression.

Le cheminement se fait en 4 étapes

Étape 1 : Constituer un groupe

Constituer un groupe, même petit (2 à 6 personnes) pour mener la démarche. Celui-ci demande l’accord des responsables de la communauté (CCCP) et prend contact avec le(s) conseil(s) de fabrique pour procéder à l’éco-diagnostic.

Étape 2 : L’éco-diagnostic

Remplir l’éco-diagnostic. Il permet à la communauté de prendre conscience de ce qu’elle fait déjà et de commencer à discerner des actions à mettre en place. Voir le contenu de l’écodiagnostic

Étape 3 : Choisir quelques actions

Envoyer le diagnostic rempli à Eglise verte (contact@egliseverte.org), en précisant les deux ou trois actions que vous avez décidé de mettre en oeuvre. Vous recevrez en retour le label à afficher précisant le niveau atteint par la communauté et l’année au cours de laquelle il a été délivré.

Étape 4 : Progresser pas à pas

Progresser en remplissant chaque année le questionnaire. Petit à petit vous définirez de nouvelles actions à mettre en oeuvre et franchirez les différents niveaux.

Le diagnostic comporte cinq domaines d’action avec, dans chacun, une série de questions :

  1. Célébrations et catéchèse
  2. Bâtiments
  3. Terrains
  4. Engagement local et global
  5. Mode de vie

En fonction du résultat, la paroisse situe son niveau dans « la conversion écologique ».

Cette démarche Église verte est à la portée de toute les communautés. Au sein de chacune, il peut être trouvé un petit groupe (2 ou 3 personnes au démarrage) qui lance la démarche et informe les paroissiens.

L’équipe « Formation » de l’antenne Laudato si est à votre disposition pour vous aider à démarrer ( https://www.alsace.catholique.fr/laudato-si/#formation-laudato-si).

« Vivre la vocation de protecteur de l’oeuvre de Dieu […] n’est pas quelque chose d’optionnel ni un aspect secondaire de l’expérience chrétienne » (§218, Laudato Si, pape François).

Pour aller plus loin : https://www.egliseverte.org

Contacts

→ Philippe GIRARDIN – ph.girardin@lapoutroie.net – 03 89 47 55 27 / 06 70 32 06 88
→ Jacques MULLER – cjmuller@cegetel.net – 03 89 75 54 06 / 06 85 62 65 98