Je donne à l'église
nos paroisses
Horaires de messes
GoMesse

Une communauté dans la maison natale d’Elisabeth Eppinger

Nouvelle ou ancienne ?

Il n’a pas échappé aux gens du pays que Niederbronn-les-Bains est le berceau de la congrégation des sœurs du Très Saint Sauveur, fondée en 1849 par Elisabeth Eppinger, en religion Mère Alphonse-Marie. Certains savent peut-être même que les lieux du premier couvent correspondent aujourd’hui à l’EHPAD Saint Joseph. Mais il est un autre lieu qui a sa petite célébrité et son histoire. Je veux parler de la maison natale de la Bienheureuse Mère Alphonse-Marie. Elle est toujours là, debout au fond d’une impasse de la rue du Général de Gaulle. Et habitée ! Ou plutôt devrais-je dire, habitée de nouveau. La communauté avait en effet fermé ses portes le 1er février 2022. Les sœurs, âgées, ne pouvaient plus tenir dans cette maison ancienne avec des escaliers. Quelle peine pour les sœurs de toute la congrégation, attachées à ce lieu historique. Mais voilà que la fermeture d’une autre communauté et le retour d’une sœur missionnaire permettent de retrouver des ressources humaines pour venir vivre en ce lieu. C’est ainsi que la maison natale a rouvert ses portes à trois nouvelles sœurs fin août 2022 : Sr Françoise Bosteels, Sr Raymonde Siegwalt et Sr Sabine Voirin. Je vous propose de découvrir qui nous sommes.

Soeur Françoise, Soeur Sabine et Soeur Raymonde

Sœur Françoise Bosteels

est belge mais elle revient de l’Inde où elle a passé 49 ans au service de ce peuple. Infirmière de formation, elle a d’abord exercé dans les villages auprès de la population et des castes les plus basses. Mais aussi artiste, possédant le sens du détail, elle a créé des personnages d’une vingtaine de centimètres qui représentent des scènes de la vie quotidienne en Inde. Aucun n’est sorti de sa simple imagination. Tous, ils représentent une histoire dont Sœur Françoise a été témoin ou qu’elle a partagée avec eux. Les vies humaines, les joies, les souffrances, les défis du monde sont sa source d’inspiration. Aujourd’hui à Niederbronn-les-Bains, Sœur Françoise est encore en phase de réadaptation à notre culture occidentale. Sa grande gentillesse et douceur sont des atouts pour son intégration. Bien sûr, elle serait heureuse de pouvoir de nouveau exposer ses personnages et à travers eux, sensibiliser à une cause qui lui tient à cœur : l’écologie intégrale. Des projets d’exposition s’élaborent et devraient se mettre en place en cette année 2023. Vous y serez les bienvenus !

Sœur Raymonde Siegwalt

est en pays connu. C’est la seule alsacienne de la communauté. De profession puéricultrice, elle a longtemps œuvré comme coopératrice de la pastorale au Neudorf et comme coordinatrice de la pastorale des enfants sur la zone de Strasbourg et plus spécialement au service de la catéchèse du pélé Jeunes à Lourdes. Puis elle est allée prendre l’air dans d’autres diocèses. Ainsi va notre vie religieuse. Nous allons où la mission nous appelle. En l’occurrence, elle était à Landreville dans le diocèse de Troyes jusqu’ à la fermeture de la communauté l’été dernier. On pourrait donc titrer aujourd’hui : Sœur Raymonde, le retour ! Mais ne croyez pas qu’elle revienne comme elle est partie. Certes, elle est toujours alsacienne. Mais l’expérience missionnaire dans d’autres diocèses a élargi son regard et enrichi ses expériences. Amoureuse de l’Eglise de Troyes, il va falloir un peu de temps pour que l’Eglise d’Alsace reprenne son cœur. Sœur Raymonde est une femme de passions : la cuisine (alsacienne bien sûr), la marche et surtout la catéchèse adulte. Elle est animée d’un grand désir de proposer la foi aux adultes et aime créer de nouveaux modules catéchétiques.

La petite communauté prend la pause dans son oratoire.

Sœur Sabine Voirin,

Quant à moi, je suis originaire de l’autre versant des Vosges. Mais j’étais aussi en communauté à Landreville jusqu’à sa fermeture l’été dernier. De formation éducatrice, j’ai été appelée au bout de trois années à m’engager dans le diocèse de Troyes où j’ai longtemps œuvré dans la pastorale des jeunes. J’aime à me définir ainsi : douée en rien mais bonne en tout. De fait, je sais manier la plume et la souris, monter des projets et les suivre, animer des réunions et gérer un budget… Je ne suis en revanche pas très artiste. Ha sauf pour une chose, l’art de la relation ! C’est le seul que je maitrise à peu près et c’est ma passion. J’aime écouter les autres, porter un regard positif sur les situations, créer du lien entre les gens. Je me suis formée à l’accompagnement spirituel et j’offre ce service de bon cœur à qui souhaite progresser dans sa relation à Dieu. Comme Sr Françoise et Sr Raymonde, je cherche encore ma place parmi le peuple alsacien. J’ai été embauchée comme coopératrice pour les jeunes adultes de l’Alsace Nord et je suis dans la phase de découverte des groupes qui existent et du fonctionnement de la pastorale. A suivre !

Que vous dire en conclusion ? Nous formons une petite communauté unie par la volonté commune d’accueillir ceux et celles qui le souhaitent. La maison natale se visite. Ce n’est pas très grand mais notre oratoire correspond à une ancienne chambre où a vécu et prié notre fondatrice avant la fondation du Kloesterlé (le petit couvent) et l’antichambre a été transformée en petit musée. Si la curiosité vous y pousse, venez, vous serez les bienvenus.

Maison natale d’Elisabeth Eppinger à Niederbronn-les-Bains