Je donne à l'église
nos paroisses
Horaires de messes
GoMesse

Agathe Douay à la Casa des lycéens

Agathe Douay est pasteure. Dans la Zone Pastorale de Haguenau elle est engagée dans la pastorale des jeunes. Elle est responsable de la CASA, un lieu d’aumônerie œcuménique, accueillant des lycéens. Prenons le temps de connaître Agathe un peu mieux.

Agathe Douay, pasteure et aumônier de lycée

Jean Thomas :  Agathe, d’où viens-tu ? Peux-tu nous en dire un peu sur ta famille passée et présente ?

Agathe Douay : D’où je viens, c’est compliqué à dire car j’ai pas mal vadrouillé dans ma jeunesse. Mes parents étant divorcé, j’ai vécu avec l’un puis avec l’autre. J’ai passé mes 1ères années à Lampertheim, puis j’ai fait un tour en Moselle pour faire finalement mon lycée à Wissembourg. Après le bac, j’ai vécu une année de volontariat européen à Copenhague, puis j’ai débuté mes études de théologie à Strasbourg. Avant d’avoir une paroisse à charge, avec mon mari, nous sommes partis une année au Caire dans le cadre d’un service de solidarité internationale. D’où je viens ? Si ma famille vient de Lampertheim et de Betschdorf, je crois que je viens d’un peu de tous ces lieux qui m’ont marquée, par les rencontres que j’y ai faites et ce que j’y ai vécu.

Aujourd’hui, je suis mariée à Yann et nous avons 2 enfants, Magda et Samuel.

Agathe Douay à la Casa, lieu de rencontre pour les lycéens de Haguenau

JT : Quel a été ton parcours en Église, tes engagements ?

AD : Ayant une famille engagée dans la paroisse protestante locale, j’ai très vite participé aux activités pour enfants, puis j’ai fait le catéchisme. Ma grand-mère, qui vivait avec nous, était très pratiquante, c’est elle qui m’a appris à prier le soir. Des prières que j’ai apprises à mon tour à mes enfants. Puis après le catéchisme, j’ai eu un temps où je me suis éloignée de l’Église, de la foi. J’étais en crise d’adolescence. J’ai retrouvé un lien avec l’Église grâce à des amies du lycée qui étaient engagées dans leur groupe de jeunes que j’ai rejoint. Ce sont des amitiés qui durent jusqu’à aujourd’hui. Je me suis très vite engagée dans le travail jeunesse de l’Église, en passant mon BAFA et en animant des camps de jeunes pour les associations protestantes.

JT : Un lieu important pour toi ?

La casa : lieu d’accueil et d’aumônerie oecuménique

AD : LA NATURE. La montagne. Un lieu étranger, j’aime voyager et découvrir de nouveaux lieux.

JT : As-tu déjà rencontré Dieu ?

AD : J’ai longtemps attendu un murmure à mon oreille. Un appel. Quelque chose de clair, d’évident, d’extraordinaire. Pendant mes études, j’ai beaucoup douté. Comment allais-je devenir pasteure alors que Dieu ne m’avait pas “parlé” ? Je me sentais imposteur. Jusqu’à ce qu’en discutant avec d’autres, je comprenne que je me trompais. Dieu n’allait pas me parler telle une voix venue de l’extérieur. C’est dans les rencontres, profondes, sincères, qu’humainement et spirituellement, les choses se passent. C’est là que Dieu parle.

Alors Oui, je rencontre Dieu dans ma vie. Son esprit. Dans des échanges sincères, dans des moments de grâce, dans des signes de bénédictions, dans des hasards heureux, dans la résilience, dans un geste de soutien, dans la beauté d’une lumière ou d’un paysage. Dans un moment de paix intérieure. Dans le texte biblique.

JT : Comment et pourquoi es-tu devenue pasteure ?

AD : J’ai un grand frère pasteur, alors je connaissais le “métier”. J’étais engagée dans l’Église. Un jour, il m’a dit, tu ne veux pas faire de la théologie, ce sont des études passionnantes !? Après mon année au Danemark, j’ai commencé la Théologie, et malgré des doutes, j’ai continué.

JT : Et ta mission aujourd’hui à la Casa… et le lien avec la com’j ?

AD : Depuis plus de 4 ans, je travaille à la casa où je suis pasteure-aumônier des lycées de Haguenau. C’est tout une autre façon d’être pasteure qu’en paroisse. Plus de robe pastorale, plus les codes de l’Église, plus possible d’utiliser le jargon de la maison, j’ai dû apprendre à être présente, à écouter, à accompagner, à cueillir les idées des jeunes ou des équipes pédagogiques pour essayer de réaliser ensemble des projets. La Casa est un beau lieu où des lycéens peuvent se rencontrer, échanger, apprendre à vivre ensemble, parfois ils s’ouvrent, parfois des blessures y guérissent ou des tensions s’apaisent. Si tu veux en savoir plus, tu peux écouter les 10 premières minutes de ce podcast: Rcf.fr prier avec les aumôneries

La casa, c’est aussi une association constituée de personnes engagées dans les paroisses catholiques et protestantes locales. Pourquoi suis-je en lien avec la com’J ? Parce que l’équipe de la casa, l’équipe des professeurs de religions des lycées de Haguenau travaillent ensemble depuis plus de 35 ans.

Les profs de religion côté catholique participent aux rencontres et au travail de la com’J et intègrent le pasteur dans l’équipe pour témoigner de ce lien œcuménique au quotidien. Un beau signe d’une collaboration qui enrichit et d’une confiance mutuelle sincère.

La casa – lieu de rencontre oecuménique pour les lycéens