Coopérateurs : s’adapter et être sans cesse à l’écoute !

La rencontre des coopératrices et coopérateurs d’Alsace du Nord (Zones pastorales de Haguenau et Wissembourg) initialement prévue au Séminaire de Jeunes de Walbourg, s’est finalement tenue au Foyer St Georges de Haguenau vendredi 8 janvier 2021 de 14h à 16h. Cette salle a permis de maintenir la bonne distance entre la vingtaine de personnes présentes.

rencontre des coopérateurs d’Alsace du Nord

Catherine Dherot, de l’équipe des Ressources Humaines de l’archevêché et le chanoine Philippe Burgy, vicaire épiscopal ont participé à cette rencontre.

Un tour de table est l’occasion pour les deux nouvelles coopératrices Patricia Eckert (pastorale de la santé Bischwiller) et Virginie Ott (Communauté de paroisses de la Zinsel) de faire connaissance avec tous leurs collègues.

Carine Atzenhoffer, responsable de cette équipe fait le constat, vu l’effectif, que se retrouver en présentiel correspondait véritablement à un besoin. 

Après un temps de prière, c’est à partir de la lettre de Mgr Ravel « Viens ! » que la parole a pu se libérer par rapport à ce qui se vivait actuellement. Des témoignages d’expériences positives étaient nombreuses malgré les réalités difficiles.

Les acteurs de la pastorale révèlent que le moral des gens est globalement moins bon maintenant que lors du 1er confinement, car il n’y a pas de fin de cette situation en vue.  La détresse des grands jeunes (étudiants ou recherche d’emploi) est préoccupante, leur vie sociale est à zéro, on sent chez eux une très grande tristesse et un manque de perspectives. Cela est réellement préoccupants.

 

Pour les coopérateurs, la difficulté de devoir s’adapter à des directives qui changent constamment est épuisante. Malgré cela, ils restent créatifs.

Guidés par la prière, ils trouvent des chemins nouveaux pour la pastorale, et pour répondre aux besoins nouveaux.

La visite dans des familles est possible et par ce biais des accompagnements catéchistiques entre autre sont possibles. 

D’une communauté de paroisses à l’autre, les réalités concrètes sont très hétérogènes. Se retrouver à une vingtaine pour en discuter était pour tous un bon temps de ressourcement.