Une Revanche sur la vie…

Le parcours d'un "bon à rien"

Couverture d’ouvrage : Une Revanche sur la vie...

Abandonné à un an, Jean-Paul Béchu commence alors une course folle pour survivre, se faire aimer et trouver sa place dans la société.

Cette quête du bonheur lui fera faire tous les métiers, créer treize entreprises, retrouver ses racines et percer des secrets de famille.

Elle l'emmènera en Asie, au Moyen-Orient et en Amérique du nord dans une réserve indienne. La route sera sinueuse, et le parcours parsemé de nombreux obstacles.

Il y aura aussi des rencontres improbables jusqu'à sa conversion spirituelle qui changera sa vie et l'aidera à trouver un sens à sa quête : se mettre au service des autres, des jeunes, des plus fragiles et des oubliés.

Parution :
Maison d’édition : Artege Presse
Éditeurs :
Genres :
Étiquettes :
Extrait :

À quand remonte mon premier souvenir ? A-t-il imprimé dans toute sa véracité un vécu bien réel ou pour partie reconstruit, fantasmé ? Les témoignages de mes proches et les photos jaunies d’un album de famille que j’ai scrutés, interprétés m’ont permis de reconstituer les moments marquants de ma propre existence comme on rembobine un film pour en revoir les moments les plus palpitants. Mon histoire et mon caractère ont peut-être jeté un voile opaque d’oubli, de rejet, sur certains détails ; je vais tenter de ne pas tomber dans cet écueil et de déchirer l’étoffe qui aveugle ma mémoire.

LIRE PLUS

Le premier jour dont je me souviens fut un très grand jour pour moi : j’ai trois ans et demi et je vais enfin pouvoir manger à ma faim. C’est tard, convenons-en. Attendre trois ans et demi pour manger à sa faim. J’apprendrai cinquantecinq ans plus tard que ce jour avait bien plusieurs années de retard. Il va littéralement changer ma vie.

Jusqu’à ce jour précis, la vie dans l’ensemble ne m’avait pas semblé facile. Je sais, sans trop savoir pourquoi, que je ne suis pas un enfant comme les autres. Je prendrai assez rapidement conscience que ma vie ne ressemble à aucune autre. Elle a commencé de façon assez inhabituelle : je suis français, né à Lisbonne au Portugal le 17 avril 1957, de père inconnu. Abandonné à l’âge d’un an, j’ai été confié à plusieurs familles d’accueil, qui ne se sont pas révélées si accueillantes que cela.

Mais cela, c’était hier, aujourd’hui, je descends d’une voiture. Devant moi s’avance un perron derrière lequel se dresse une très grande maison. Il n’y a pas d’alternative, il faut gravir les quelques marches avec courage. De part et d’autre de l’escalier, des grandes personnes me scrutent de haut en bas. Je ne me sens pas très bien sous le regard de ces inconnus silencieux qui me font une curieuse haie d’honneur, comme si j’étais quelqu’un d’important. Ils se trompent sûrement, doivent me prendre pour quelqu’un d’autre. En attendant, il me faut m’enhardir et faire comme si tout allait bien. Une fois dans la maison, tout me paraît immense, démesuré et très beau, tellement loin de l’univers froid et triste que j’ai quitté. Je devrais me poser mille questions mais une seule m’obnubile, m’obsède : quand va-t-on me donner à manger ?

Observé sous toutes les coutures, le temps me semble très long. Arrivé pas très propre, on m’emmène dans une grande salle de bains où j’ai droit à un récurage complet qui me paraît durer des heures. Enfin nous passons à table. Dans une belle salle à manger, un homme ganté de blanc passe et repasse de grands plats plus garnis les uns que les autres. Je comprends très vite qu’ici, rien n’est semblable aux deux précédentes familles d’accueil que j’ai connues. Ici, pas besoin de protéger le contenu de son assiette, personne ne se précipitera pour me voler mon pain et je ne devrais pas avoir besoin de me battre pour me nourrir. Impossible de dire si cela va durer longtemps, mais je pressens que je vais me sentir bien dans cette grande maison.

Après le dîner, on me conduit dans ma chambre au premier étage. Tout seul dans cette très grande chambre, je comprends que personne ne partage ce palier avec moi : je suis seul, j’ai très peur et je pleure. Martine, l’une de mes sœurs, me confiera bien des années plus tard qu’il me faudra des semaines avant de passer une première nuit sereine. Cauchemars et insomnies sont légion. Les réveils en sursaut au beau milieu de la nuit mettront longtemps à disparaître.

Les jours suivants, je fais plus ample connaissance avec la maisonnée et je commence à comprendre où je me trouve. Je suis à Paso Darcos, un petit village près de Lisbonne, au Portugal, dans la maison même où, comme je l’apprendrai bien plus tard, j’ai vécu quelque temps juste après ma naissance. Mon parrain Gilbert et ma marraine Odile, que je ne connaissais pas avant mon arrivée, ont pris la décision de m’adopter. Très rapidement, ils m’invitent à les appeler Papa, Maman, en m’expliquant que ma vraie Maman, m’a abandonné. Pour toujours. C’est ma marraine qui essaie de me faire comprendre la vie nouvelle qui s’ouvre à moi. Elle a un air solennel et un peu sévère, mon parrain, lui, m’observe et ne dit rien. Je suis content de savoir que je vais rester là. Je n’ai pas beaucoup tardé à troquer « parrain » pour « Papa ». En revanche, allez savoir pourquoi, je mettrai beaucoup plus de temps à appeler « Maman » celle qui était ma marraine.

À trois ans et demi j’hérite donc d’une nouvelle famille. J’ai trois sœurs : l’aînée, Laurence ; puis Chantal et enfin la plus jeune, Martine, qui a déjà près de neuf ans de plus que moi. Mes deux sœurs aînées, déjà grandes à mon arrivée dans leur foyer, ne m’ont pas laissé de grands souvenirs d’enfance. En revanche, Martine deviendra très vite ma confidente. Elle n’est pas très grande, plutôt brune, un sourire perpétuellement accroché aux lèvres et d’une nature assez volontaire. Très gentille et maternelle avec moi, elle me console souvent et veille sur moi à tout instant. Heureusement qu’elle est là. Je découvrirai par la suite qu’un quatrième enfant, Jean-Marc, est mort à la naissance peu de temps avant que je ne vienne au monde.

REGROUPER

Tous les droits d'auteurs de ce livre sont reversés au Fond de dotation Esperancia.org

Nb. de pages : 232
EAN : 9791033608226
Prix : 16,90€