Jérôme Lejeune

La liberté du savant

Couverture d’ouvrage : Jérôme Lejeune

« L'intelligence d'un seul est un don pour tous. » Telle est la pensée qui jaillit en songeant à Jérôme Lejeune, un homme hors du commun qui mit son immense talent au service des enfants handicapés mentaux. Pionnier de la génétique moderne, ébloui par la beauté de chaque vie humaine, le Professeur Lejeune a marqué l'histoire en prenant la défense des sans-voix.

Suivant sa conscience de médecin fidèle au serment d'Hippocrate et de chrétien fidèle à son baptême, il a montré avec brio comment la science et la foi se font grandir mutuellement. Son histoire est celle d'un homme qui est resté profondément libre malgré les honneurs reçus dans le monde entier puis les attaques violentes dont il a été l'objet.

Pour écrire cette biographie, l'auteur a travaillé onze ans à consulter des milliers d'archives, longuement rencontré son épouse, premier et indispensable soutien, ses proches, les familles de patients et ses collaborateurs français et étrangers.

Elle nous invite à découvrir aujourd'hui le portrait fidèle et inédit d'un Jérôme Lejeune découvreur génial, plein d'humour, époux et père de cinq enfants, proche des grands de ce monde, et défenseur des plus petits.

Parution :
Maison d’édition : Artege Presse
Éditeurs :
Genres :
Étiquettes :
Extrait :

La crête des arbres se rapproche, le pilote réduit encore sa vitesse et vire doucement pour se positionner face au vent et préparer l’atterrissage :

« Ce carré d’herbe suffira largement pour accueillir nos quatre hélicoptères, observe-t-il. Pas question de prendre le moindre risque. »

Un frisson le parcourt tandis qu’il songe à ce qui arriverait s’il faisait une fausse manœuvre.

LIRE LA SUITE

À l’arrière de l’appareil dont la coque brille sous le soleil du mois d’août, le Saint-Père, Jean-Paul II, se réjouit. Il est finalement parvenu ici, dans ce petit village de Chalo-Saint-Mars, pour se recueillir sur la tombe de son « frère Jérôme ». Tout n’a pas été facile. Le programme de ces magnifiques Journées mondiales de la Jeunesse 1997 de Paris ne lui laisse pas un instant de répit. Quelle joie pourtant de voir ces centaines de milliers de jeunes réunis. Ces beaux visages lumineux, ces jeunes cœurs et leur soif d’exigence, de beauté, de grandeur. Après cette semaine spirituelle intense, le plus dur sera pour eux de continuer à vivre cœur à cœur avec Jésus, de ne pas céder à la pression du monde, de continuer à « être dans le monde sans être du monde », mais ils savent maintenant qu’ils ne sont pas seuls. Ils sont la nouvelle génération des chrétiens de France et du monde. La jeune Église universelle.

L’hélicoptère se pose doucement. Le pape se souvient avec émotion de sa tristesse trois ans plus tôt, à l’annonce de la mort de son ami Jérôme, le 3 avril 1994. Le matin de Pâques. La tête dans les mains, il s’était alors exclamé : « Mon Dieu, j’avais tant besoin de lui ! » Le lendemain il envoyait au cardinal Lustiger, archevêque de Paris, une lettre d’hommage où il exprimait sa reconnaissance pour le charisme du Pr Jérôme Lejeune. Chacun des mots qu’il avait soigneusement choisis ce jour-là reste gravé dans son cœur :

« “Je suis la résurrection et la vie. Qui croit en moi, même s’il meurt vivra” (Jn 11,25).

Ces paroles du Christ viennent à l’esprit, alors que nous nous trouvons face à la mort du Pr Jérôme Lejeune. Si le Père des cieux l’a rappelé de cette terre le jour même de la résurrection du Christ, il est difficile de ne pas voir dans cette coïncidence un signe. La résurrection du Christ constitue un grand témoignage rendu à la vie qui est plus forte que la mort. Éclairés par ces paroles du Seigneur, nous voyons en toute mort humaine comme une participation à la mort du Christ et à sa résurrection, spécialement lorsqu’une mort se produit le jour même de la Résurrection. Une telle mort rend un témoignage encore plus fort à la vie à laquelle l’homme est appelé en Jésus Christ. Tout au long de la vie de notre frère Jérôme, cet appel a représenté une ligne directrice. En sa qualité de savant biologiste, il se passionna pour la vie. Dans son domaine il fut l’une des plus grandes autorités au niveau mondial. Divers organismes l’invitaient pour des conférences et sollicitaient ses avis. Il était respecté même par ceux qui ne partageaient pas ses convictions les plus profondes.

Nous désirons aujourd’hui remercier le Créateur, “de qui toute paternité tire son nom”, (Ep 3,15), pour le charisme particulier du défunt. On doit parler ici d’un charisme, parce que le Pr Lejeune a toujours su faire usage de sa profonde connaissance de la vie et de ses secrets pour le vrai bien de l’homme et de l’humanité, et seulement pour cela. Il est devenu l’un des défenseurs ardents de la vie, spécialement de la vie des enfants à naître qui, dans notre civilisation contemporaine, est souvent menacée au point que l’on peut penser à une menace programmée. Aujourd’hui cette menace s’étend également aux personnes âgées et malades ; les instances humaines, les parlements démocratiquement élus, usurpent le droit de pouvoir déterminer qui a le droit de vivre et, inversement, qui peut se voir dénier ce droit sans faute de sa part. De différentes manières, notre siècle a fait l’expérience d’une telle attitude, surtout pendant la deuxième guerre mondiale, et aussi après la fin de la guerre. Le Pr Jérôme Lejeune a pleinement assumé la responsabilité particulière du savant, prêt à devenir un “signe de contradiction”, sans considération des pressions exercées par la société permissive ni de l’ostracisme dont il était l’objet.

REGROUPER

Aude Dugast, philosophe de formation, est postulatrice de la cause de canonisation de Jérôme Lejeune, depuis 2012, au sein de l'Association des Amis du Professeur Lejeune. Elle était vice-postulatrice de l'enquête diocésaine, de 2007 à 2012. 

Nb. de pages : 480
EAN : 9791033608318
Prix : 22 €