Je donne à l'église
nos paroisses
Horaires de messes
GoMesse

Message œcuménique de Noël

« Noël sans la croix ? » : ce titre accrocheur renvoie d’abord à une polémique récente sur ce qui peut ou non être vendu sur le Marché de Noël de la ville de Strasbourg. Sans préjuger en rien des intentions des uns et des autres, nous ne pouvons que constater que cet épisode a mis sur la place publique une question radicale : peut-on fêter Noël sans faire allusion à Jésus-Christ ? De multiples calendriers ou téléfilms de Noël y parviennent, mais les Alsaciens souhaitent visiblement que le traditionnel Christkindelsmärik reste significativement lié à l’Enfant Jésus. Et gageons que les très nombreux visiteurs qui viennent en Alsace, durant tout le mois de décembre, des autres régions de France et du monde sont sensibles à cette authenticité.

La croix évoque aussi la souffrance et la mort. Même si le temps de Noël veut mettre en avant la sérénité et la joie dans les familles et dans le monde, il ne saurait faire oublier que, pendant les fêtes, les tristesses et les angoisses de l’humanité demeurent : perte d’emploi ; famines ; progression des maladies, y compris pandémiques ; accidents de la route ; détresse des réfugiés et des sans-abris ; guerre en Ukraine et dans d’autres parties du monde. Que Noël ne soit pas une parenthèse d’ivresse et de consommation, mais un temps qui ouvre à la compassion, à l’engagement, à la solidarité.

La question de Noël et de la croix renvoie enfin, pour les Chrétiens, à une dimension fondamentale de leur foi : le mystère de l’Incarnation forme un tout, « de la crèche au crucifiement », comme le dit un vieux chant de Noël. En venant dans le monde, le Christ se fait enfant, mais l’enfant Jésus de la crèche deviendra l’homme mûr qui prêchera l’Evangile sur les bords du lac de Galilée, puis sera crucifié par les Romains à Jérusalem. Et c’est ce Crucifié que Dieu ressuscitera au matin de Pâques.

En vertu de cette unité du mystère de leur foi, les Chrétiens ne peuvent donc fêter Noël en faisant totalement abstraction du Vendredi Saint et de Pâques : le bois de la crèche appelle déjà, même si c’est de façon discrète, le bois de la croix.

Belle fête de Noël à tous !

Christian ALBECKER,   Président de l’UEPAL

Luc RAVEL, Archevêque de Strasbourg