Livres : Je lis, tu lis, lisons !!! Rencontre 8

JE LIS, TU LIS, LISONS !!!

Chers Amis,

Puisque le livre est à la fois fenêtre ouverte sur le monde

et chemin d’accès vers l’intérieur, lisons !!!

 

Lors de cette huitième rencontre, découvrez

un guide positif pour surmonter la maladie,

un essai théologique sur Jérémie,

suivis d’un roman sur la beauté, présenté par Elisabeth M.

 

N’hésitez pas, comme Elisabeth M., à proposer d’enrichir la rubrique de vos propres lectures. Comment ?

Un livre vous a plu : indiquez-moi le titre, l’auteur, l’éditeur et ajoutez un texte expliquant :

  • roman, essai, biographie, guide, etc. ?
  • résumé, peut-être étayé par une phrase ou deux… 
  • style, rythme…
  • « J’ai aimé » :

Lancez-vous ! Envoyez votre document à Pascale : mediatheque@cedidoc.fr

 

Sclérose en plaques et talons aiguilles, de Dr Charlotte Tourmente, Ed. F1rst Editions

Dépasser la maladie et renouer avec son équilibre – Préface de Michel Cymes

C’est alors qu’elle effectue sa première année de médecine que Charlotte Tourmente connait une première poussée de sclérose en plaques caractérisée par des douleurs violentes et un épuisement physique total. Sa maladie à elle avance par poussée et, si elle se tient toujours debout au contraire d’autres malades, il lui a fallu du temps pour faire comprendre aux proches et aux amis ces symptômes invisibles qui  la confinent à l’isolement et au repos absolu lorsqu’ils surviennent.

Médecin au terme d’années de souffrance, puis diplômée en psycho-sexologie, l’auteur a trouvé un équilibre professionnel en devenant journaliste médical. Ses publications attirent l’attention de Marina Carrère d’Encausse puis Michel Cymes, rencontres qui débouchent sur sa participation au Magazine de la Santé sur France 5. Elle anime ensuite le site Allodocteurs.com et c’est à travers les Chroniques de Charlotte qu’elle partage son expérience de patiente atteinte de sclérose en plaques sur www.sep-ensemble.fr.

Ce livre est un véritable guide pour les patients, leurs proches, les soignants. A travers sa propre expérience, elle relate le parcours de sa maladie, les symptômes, les différentes formes des poussées (hémiplégie droite et aphasie en 2010 dont elle s’est remise), les traitements, les troubles secondaires liés à l’intimité et la sexualité, les rencontres avec les praticiens. Les frustrations, les petites joies aussi. Charlotte Tourmente dit tout, simplement.

A travers les lignes, le lecteur ressent chez elle une vraie recherche du “verre à moitié plein”. Quand une poussée surgit, tous les domaines de la vie sont touchés. L’auteur explique son désir de garder un équilibre dans sa vie sentimentale. Oui, on peut être amoureux, on peut être enceinte, on peut être parent avec une sclérose en plaques ! Elle-même n’a pas fait le choix de fonder une famille mais c’est possible. Et oui, elle a décidé de s’accrocher à sa féminité parce qu’elle aime porter des talons hauts !

Elle met en garde contre l’isolement facilité par la maladie chronique. “Verbaliser ce qui m’arrive joue un rôle, immense à mes yeux, car cela facilite grandement les rapports humains. Le diagnostic nécessite un temps d’acceptation” p.144.

Un chapitre est consacré point par point au dépassement des idées négatives, le développement de “la philosophie positive” qu’elle définit comme “un cercle vertueux, qui nourrit en profondeur” p.177. “Aujourd’hui, je ne pense plus à l’avenir” p.179. “Nous avons en nous des ressources insoupçonnées”, rappelle Charlotte Tourmente, en ajoutant “le rire est mon moteur”.

J’ai aimé : l’audace de l’auteur. Ce livre est un concentré de vie !

 

Jérémie – l’histoire d’un grand prophète qui se plaignait tout le temps, de Thomas Römer,

Ed. Spiritualité LEXIO – Un petit essai théologique passionnant

Exégète, philologue et bibliste suisse d’origine allemande, l’auteur occupe la chaire “Milieux bibliques” au Collège de France.

Qui donc est Jérémie, prophète annonciateur de la Nouvelle Alliance ? “Après sa mort, Jérémie est devenu véritablement l’une des figures les plus prophétiques de la Bible, et a suscité une immense activité de rédaction qui inscrivit son nom dans toute une tradition” p.136

Thomas Römer situe à plusieurs reprises le prophète dans le maillage géopolitique et religieux de son temps. 2 600 ans nous séparent de cette époque troublée par les invasions perses et assyriennes, et la destruction de Jérusalem par les Babyloniens donnant lieu à l’exil d’un grand nombre d’intellectuels.

Comment devient-on prophète ? Comme chez Isaïe et Ezechiel, Jérémie raconte sa conviction d’avoir reçu la parole divine : Dieu l’appelle, il le désigne pour l’envoyer vers son peuple qui s’est écarté de Lui, YHWH.

Au fil des chapitres, l’auteur livre et explique les grands thèmes du livre de Jérémie : YHWH entre en colère contre son peuple, le discours de Jérémie au Temple dans lequel il annonce la destruction de Jérusalem, la critique des idoles à travers le poème virulent “Tu ne feras pas d’image taillée”. Dans un discours en trois parties, Jérémie propose une réflexion sur l’histoire du peuple hébreu et l’histoire du salut que décrypte le théologien qui plonge ensuite ses lecteurs dans les cinq textes de Jérémie appelés “Confessions” ou “Lamentations” : du premier qui fait état de la rupture de l’alliance du peuple avec YHWH au cinquième où le prophète se révolte contre son Dieu.

Pourquoi Jérémie reste-t-il un des personnages les plus attachants de l’ancien Testament ? “Peut-être parce que malgré tous les malheurs qu’il avait vus, ce prophète continua de regarder vers l’avenir, dans l’espoir et la confiance qu’il avait accordés, depuis sa plus tendre enfance, à Dieu.”

“Si quelqu’un a des oreilles pour écouter, qu’il écoute”.

J’ai aimé : l’accessibilité de cet essai qui interprète en mots simples un langage parfois mystérieux

Pascale Tochon

Vers la beauté, de David Foenkinos, Ed. Folio (2019)

Un roman qui nous met au contact de la Beauté : le merveilleux musée d’Orsay et le peintre Modiglani

Quelle belle invitation en ce temps de pandémie d’aller « Vers la beauté ».

Le héros Antoine Duris, professeur aux Beaux-Arts de Lyon prend une décision surprenante : il décide de tout quitter et postule au poste de gardien de salle au musée d’Orsay. Personne ne peut comprendre cette reconversion alors qu’Antoine est un professeur brillant et un spécialiste reconnu de Modigliani. Mathilde, la DRH du musée l’embauche mais forcément s’interroge et va chercher à percer le secret.

« Pour Antoine, la contemplation de la beauté était un pansement sur la laideur. Il en avait toujours été ainsi. Quand il se sentait mal, il allait se promener dans un musée. Le merveilleux demeurait la meilleure arme contre la fragilité. »

C’est à la fois un roman qui nous fait entrer dans les méandres de l’âme d’Antoine et ses rapports avec les femmes, en particulier sa sœur, sa collègue Sabine, son ancienne compagne, ses étudiants dont Camille.

Petit à petit nous découvrons le mobile secret qui a fait rupture dans la vie d’Antoine : il quitte Lyon, démissionne de son enseignement universitaire, s’installe à Paris et devient gardien de salle.  Au bord du désespoir, il avait tout quitté. Seule l’intuition qu’il lui fallait aller travailler au musée d’Orsay lui avait permis de résister ».

C’est un récit puissant qui nous prend et nous emmène vers la Vie et l’Art.

Elisabeth M.

JE LIS, TU LIS, LISONS !!!

Retrouvez nos précédents comptes rendus de lecture

Et voici la page internet de notre Cercle de lecture mensuel ; vous y trouvez les lectures de janvier à mars.