Je donne à l'église
nos paroisses
Horaires de messes
GoMesse

Conférence de l’AJC sur le thème du pardon*

Salons de l’Orangerie, Chemin du Dornig 68000 Colmar

Le 18 janvier

Mardi 18 janvier 2022, 20h00. Salons de l’Orangerie, Chemin du Dornig 68000 Colmar

Mgr Pierre d’Ornellas, archevêque de Rennes

« De la repentance à l’estime : un chemin de vérité »

Le 30 septembre 1997 est une date qui compte pour le rapprochement entre juifs et catholiques. Il y a 25 ans, ce jour-là, à Drancy, constatant le silence de la hiérarchie de l’Église catholique en France face à la persécution des Juifs en notre pays dans les années 1940, les évêques français ont fait teshuva en confessant cette faute et en implorant le pardon de Dieu. Leur Déclaration est un acte de discernement qui éclaire le chemin de la rencontre et de l’estime voulues par l’Éternel.

Le 1er mars

Mardi 1er mars 2022, 20h00. Salons de l’Orangerie, Chemin du Dornig 68000 Colmar

Benoît Guillou, rédacteur en chef de la revue Projet.

« La dimension éminemment politique du pardon après le génocide au Rwanda »

Le langage du pardon ayant pris une ampleur sans précédent après le génocide au Rwanda, il convient de mieux cerner la nature des relations qui se nouent autour des pratiques de pardon, en particulier les rapports complexes entre pardon, établissement d’une vérité et exercice de la justice. S’il existe une littérature abondante en philosophie et en théologie sur le thème du pardon, cette enquête sociologique représente un travail inédit et original sur la dimension politique du pardon.

Benoît Guillou est docteur en sociologie (EHESS), ancien rédacteur en chef de la publication mensuelle d’Amnesty International, à présent responsable de la Revue Projet. Auteur de “Le pardon est-il durable ? Une enquête au Rwanda”, éd F Bourrin, 2014.

Le 29 mars

Mardi 29 mars 2022, 20h00. Salons de l’Orangerie, Chemin du Dornig 68000 Colmar

Guilhem CAUSSE, jésuite, Centre Sèvres, Paris

« Le pardon dans l’église catholique et la lutte contre les abus sexuels à l’encontre des enfants »

Dans l’église catholique, le pardon est le plus souvent vu à l’aune de la confession sacramentelle : le coupable demande et obtient le pardon lorsqu’il reconnaît sa faute. C’est oublier que, dans l’Évangile, le pardon est d’abord le relèvement des victimes, selon ce que Jésus annonce dans le chapitre 18 de l’Évangile de saint Matthieu. Et parmi les victimes, sa première attention va aux enfants. Revenir à l’Évangile est vital à l’heure où sont révélés tant d’abus sexuels commis sur des enfants par des prêtres, après des années de silence de leur hiérarchie : il appelle à de profondes conversions, institutionnelles et personnelles. C’est à ce prix que l’église catholique pourra redevenir un témoin crédible du pardon, d’abord auprès des victimes, puis auprès des coupables, directs ou indirects.

Guilhem Causse a notamment écrit Le pardon ou la victime relevée, Salvator, 2019 ; « Les victimes d’abus dans l’église : justice et pardon » Études, n°4260, mai 2019, p. 79-

Type : Colmar-plaine, Conférence, évènements | Thème : interreligieux