Mgr Luc Ravel en visite pastorale dans le Sundgau

Du vendredi 2 au lundi 5 février 2018, l’Archevêque de Strasbourg est allé à la rencontre des chrétiens et habitants du Sundgau.

 

Vendredi 2 février : vie consacrée, réalité des solidarités locales et vie des communautés

 

La visite pastorale a commencé vendredi 2 février 2018, journée de la Vie Consacrée, à Bellemagny au couvent des sœurs bénédictines adoratrices avec la célébration de la fête de la présentation de Jésus au Temple. Une messe qui a débuté à l’extérieur, les participants recevant chacun un cierge allumé, symbole de Jésus Lumière des Nations.

Dans son homélie, l’archevêque de Strasbourg a rappelé que la vie consacrée ne se limitait pas aux religieux et religieuses. Il a souligné que dans un contexte de société où la présence religieuse semble s’estomper, il est bon de se rappeler que « tout homme est consacré à Dieu » et que « chaque chrétien est signe de cette consécration ». Dans la perspective des états généraux de la bioéthique, il a ensuite appelé à prier pour que puissent être défendues des « lois qui ne vont pas dans le sens de la culture de la mort ».

L’après-midi s’est poursuivie avec la rencontre de Mgr Ravel avec les membres de Caritas qui sont investis dans l’épicerie sociale en présence de Laurent Hochart, Délégué diocésain de Caritas Alsace et de Maurice Misslin, président de l’équipe de Ferrette. Une visite des actuels locaux de l’épicerie a permis à notre archevêque de mesurer l’action et l’implication des bénévoles à destination des personnes orientées par les assistantes sociales et des demandeurs d’asile dans un accueil hebdomadaire qui leur permet d’acheter des denrées alimentaires à faible coût. En 2017, l’épicerie sociale a pu ainsi aider 3330 personnes.

Mgr Ravel s’est ensuite rendu dans les locaux d’Adoma en compagnie des bénévoles de l’association “Voisins d’Ailleurs” qui accompagne au quotidien les migrants présents à Ferrette depuis février 2016.

Après ces deux visites sur le terrain, Mgr Ravel a rencontré plus largement les personnes investies dans le domaine de la solidarité. Hubert Umbrecht, engagé dans l’épicerie solidaire a évoqué les appréhensions qui avaient été formulées avec l’arrivée des demandeurs d’asile. Mais il a souligné avec force combien « ces craintes ont été balayées 2 ans après, dans une empathie réciproque entre les migrants et les aidants ».

Elisabeth Schulthess, présidente de Voisin d’Ailleurs, s’est ensuite exprimée sur cette réalité vécue localement et sur l’engagement des 100 bénévoles issus de tous horizons religieux, politiques, culturels, de toutes générations, de motivations et compétences très diverses, aux côtés des demandeurs d’asile. Elle a rappelé l’objectif de l’association : leur permettre de s’intégrer, en répondant à un certain nombre de besoins que les structures institutionnelles ne peuvent pas prendre en charge et accueillir les personnes dans la dignité pour favoriser leur intégration. Un jeune Afghan, arrivé à Ferrette il y a 2 ans a témoigné de son parcours.

Nous écoutons Elisabeth Schulthess.

 

Dans son intervention, Mgr Ravel a rappelé que l’être humain « a un cœur et que c’est dans le don de soi que le cœur se construit », tout en soulignant que la « gratuité est un langage ». A la préoccupation du renouvellement des équipes, il rappelé que les jeunes n’ont plus le même temps pour s’engager mais qu’il revient à chacun de se poser la question de leur accueil.

Interpelé par rapport à une parole des autorités religieuses concernant les actions des états sur les causes profondes des migrations, Mgr Ravel dit « être en attente d’une vraie entrée en dialogue avec les autorités politiques », tout en rappelant que « la laïcité à l’alsacienne est une richesse ». Et qu’il revient à chacun « à notre petit niveau, de construire la paix dans les relations ».

La soirée du vendredi a été marquée par une Assemblée de la Zone pastorale rassemblant toutes les personnes engagées dans la vie de l’Église locale. Le Doyen responsable de zone, Raymond Ruhlmann a souhaité la bienvenue aux 350 personnes qui se déplacées à Hirsingue pour cette rencontre avec leur archevêque. La soirée a débuté avec une présentation de la Zone pastorale et le témoignage de 3 responsables des commissions jeunes, santé et communication. Puis les 4 curés Doyens ont fait la synthèse qui a résulté des questions soumises aux Équipes d’Animation Pastorales. Un retour centré sur les joies, les convictions et les questions que les membres d’EAP étaient invités à partager à Mgr Ravel.

En réponse à ce qu’il a entendu, Mgr Ravel a centré son intervention autour de la question du découragement, de la fatigue qui peut guetter les personnes engagées. Il a ainsi rappelé que « nous ne seront moins forts que lorsque nous serons divisés » et que « nous avons le défi de la sécularisation à affronter comme tout le monde ». Il a évoqué le comptage des messalisants en cours dans le diocèse comme étant un moyen « d’avoir une vision claire pour savoir comment on va travailler ». Il a aussi tenu à rappeler le vrai défi de l’évangélisation qui passe par une disponibilité dans les rencontres personnelles mais « qu’on ne demande à personne de s’épuiser », tout en redisant que « l’évangélisation dans un monde qui ne comprend plus rien à notre discours se fait sur du long terme ». Il a également souligné la nécessaire compassion avec le prochain, en disant que « le chrétien ne peut pas évangéliser tant qu’il ne ressent pas dans son cœur ce que vit l’autre. » Par rapport à la préoccupation de montrer une Église accueillante, la soirée s’est terminée sur une interpellation forte de Mgr Ravel qui fait écho aux exhortations du Pape François : « Ne sommes-nous pas en train de vivre le moment historique où l’Église devrait aller dans le monde plutôt que d’attendre que les personnes viennent à elle ? »

 

Samedi 3 février : Équipes d’Animation Pastorales, élus locaux et jeunes

 

Les membres des Équipes d’Animation Pastorales se sont retrouvés pour un temps de réflexion et de travail centré sur la mission de chacun dans des ateliers répartis par pôle de mission. Dans la reprise de ce travail, Mgr Ravel a tenu à rappeler « la nécessaire maitrise du temps dans les différentes réunions ». Il a également souligné la nécessité de vivre le lien personnel, en rappelant que « l’Église ne fonctionne pas d’abord selon un principe de délégation mais bien un principe de subsidiarité ». Par rapport à la question des funérailles, il appelle à la prudence par rapport à tout désir de légiférer tout en mettant en avant le fait que le défi s’est déplacé :

« Le défi ne situe plus au niveau de la place du prêtre par rapport aux laïcs mais bien dans le fait que les funérailles nous échappent ».

Il a également tenu à rappeler la grâce du bénévolat, comme « manifestation de la gratuité du don de Dieu ».

Le travail en commun des membres d’EAP a fait ressortir le désir de mettre en place un maillage d’échange de compétences, conforté par Mgr Ravel qui a rappelé que « l’on n’amoindrit pas la diversité locale en se mettant dans un réseau plus important ».


Evelyne Kleiber, membre de l’EAP d’Altkirch
, partage son ressenti par rapport à cette rencontre.

 

La rencontre avec les élus locaux a été particulièrement dense et riche dans la qualité des échanges. Rémy With, vice-président du conseil départemental, a dressé le portrait de cette zone rurale du sud de l’Alsace. Puis à travers un débat ouvert, des questions de fond ont été adressées à Mgr Ravel, qui a pu ainsi apporter son éclairage sur la question de la « laïcité intelligente », rappelant « qu’elle n’existe que dans un dialogue et une écoute permanente entre les autorités ». La bioéthique a également été au cœur de l’échange, l’archevêque soulignant qu’il « serait intéressant de pouvoir faire entendre la voix de l’Église au-delà du cercle à condition d’avoir un discours audible », de même que la question de « la conscience éclairé ».

Nous écoutons Estelle Miranda, adjointe à la culture pour la ville d’Altkirch.

 

Mgr Ravel a ensuite rencontré des jeunes engagés en Église qui ont pu lui faire part de leurs préoccupations et à qui il a pu en retour donner des pistes pour leur permettre de mettre en place une « dynamique jeunes » en réponse à leur besoin de se retrouver à plusieurs autour d’un projet.

La journée s’est achevée avec une veillée Taizé en l’Église d’Illfurth.

 

Dimanche 4 février : eucharistie dominicale, coopérateurs de la pastorale et concert

 

Une assistance nombreuse s’est retrouvée en l’église d’Altkirch pour célébrer l’eucharistie autour de Mgr Ravel. Une célébration festive marquée particulièrement par la présence des nombreux servants d’autel du Doyenné d’Altkirch.

Après le verre de l’amitié Mgr Ravel a partagé le repas avec les coopérateurs de la pastorale et leurs conjoints avant de prendre un temps d’échange avec les coopérateurs. Puis il s’est rendu au concert de la Chorale Sainte Cécile de Bettlach au profit de l’association « Les Amis de Luppach ».

La Visite Pastorale s’est terminée le lundi 5 février avec une matinée de travail avec les prêtres, autour du bilan de ce temps fort et des perspectives d’avenir.

Nous écoutons en conclusion les impressions de Béatrice Hascher, animatrice de la Zone Pastorale du Sundgau.

Regardez le reportage photo ⬇

Visite Pastorale de Mgr Ravel au Sundgau