Suite de la réflexion synodale « Mieux vaut tard » et protection des mineurs dans le cadre de la catéchèse

Suite au travail de la commission « Mieux vaut tard » sur les abus dans notre diocèse et la réflexion synodale avec le peuple de Dieu, plusieurs axes ont été identifiés pour la protection des mineurs.

Cette lettre a pour objectif de vous communiquer les suites de ce travail sur les activités ecclésiales en lien avec les enfants et les jeunes, plus particulièrement dans le cadre de la catéchèse.

 

L’ordonnance promulguée le 11 février 2020 ordonne dans son article 3 : « Dans toute activité organisée à l’attention d’enfants de moins de quinze ans (séance de catéchisme, équipe de mouvement, cours d’orgue, camp de jeunes…), la présence de deux adultes est requise. On ne recourra pas nécessairement à deux catéchistes ou à deux animateurs de même compétence, l’autre adulte pouvant être un proche (parent, grand-parent) ou un autre membre adulte de la communauté. »

Cette disposition entre en vigueur au 1er septembre 2020.

 

Ces dispositions matérielles, bien qu’indispensables, ne suffisent pas. Chaque enfant/ jeune doit être sensibilisé à la dignité du corps humain dans le plan de Dieu afin de favoriser le plein développement de la liberté fondamentale de toute personne.

 

Un module de 3 heures, intégré dans le parcours catéchétique, va être élaboré par un groupe de travail représentant diverses sensibilités. Cette démarche vise une éducation pour lutter contre les abus sexuels en général et non pas uniquement dans l’Eglise.

L’idéal serait de profiter d’un moment de retraite ou de temps fort pour replacer le contenu de ce module dans une vision intégrale de l’homme. Cette intervention se déclinera pour 2 tranches d’âge : les adolescents (en préparation à la profession de Foi / confirmation) et les enfants (en préparation au premier pardon et à la première des communions).

Ces interventions seront faites par des personnes formées et sensibilisées à la théologie du corps. Le diocèse, par l’intermédiaire de la pastorale des familles, cherche à développer une proposition de formation en ce sens.

 

Il est nécessaire de pouvoir impliquer les parents. Il faudrait que chaque parent puisse connaître le sens de la théologie du corps ainsi que ses conséquences pour l’éducation affective et sexuelle de ses enfants / jeunes.

 

Nous avons prévu un déroulement sur 3 ans pour accomplir ces objectifs en privilégiant dans un premier temps la formation des adolescents.

Déroulement du projet

 

 

Phase 1 : année pastorale 2019/ 2020

– Envoi d’une lettre pour les prêtres / coopérateurs, catéchistes pour expliquer le déroulé du « programme » et les différentes phases.

 

– Envoi d’une lettre de Monseigneur Ravel aux parents pour expliquer les mesures prises par le diocèse. Celles-ci se font dans le projet de Dieu pour chacun et la liberté de la personne. Ce document sera accompagné par des propositions complémentaires (livret Bayard « stop abus sexuels »,…).

 

Phase 2 : année pastorale 2020/2021

– Développer un module de 3h pour les adolescents.

– Recenser une quinzaine de personnes déjà formées pour assurer ces interventions.

– Envoyer aux paroisses une proposition construite avec temps / budget / coordonnées pour la mise en place de ces interventions.

– Mettre en œuvre les interventions pour les jeunes en associant les parents.

– Initier la réflexion des modules pour les enfants.

– Préparer une intervention pour les parents afin de leur présenter le sens de la théologie du corps ainsi que ses implications pour l’éducation affective et sexuelle des enfants / jeunes.

 

Phase 3 : Année pastorale 2021/2022

– Commencer à intervenir auprès des adultes lors des réunions de parents

– Former d’avantages de personnes pour animer les interventions

– Rendre obligatoire la formation pour les adolescents

– Commencer la formation pour les enfants

 

Phase 4 : Année pastorale 2022/2023

– Rendre obligatoire toutes les propositions précitées.

– Relire et améliorer les propositions en fonction des retours.