Le Pape s’adresse à l’Union Européene

Logo-CEF-cop-21-300x169

Ce 16 septembre, le Pape François s’est entretenu avec les ministres de l’environnement des pays membres de l’Union européenne, présents au Vatican dans la perspective de la Cop 21. Dans son discours, le Pape François a insisté sur l’impact écologique des déséquilibres commerciaux et l’exploitation démesurée des ressources naturelles de certains pays. Les pays du Nord doivent honorer leur dette écologique à l’égard des pays du sud, premières victimes de la crise climatique a-t-il précisé. La lutte contre la dégradation de l’environnement doit aller de pair avec la lutte contre la pauvreté. Face au cri de la terre et à celui des pauvres, le Pape appelle à l’engagement de tous et l’ouverture d’un dialogue.

Solidaires pour l’environnement

Les pays du Nord doivent honorer leur dette écologique à l’égard des pays du Sud. Le Pape François l’a redit mercredi 16 septembre devant les ministres de l’environnement des Pays membres de l’Union européenne. Ceux-ci avaient demandé à être reçus au Vatican dans la perspective de la Cop 21. L’occasion pour le Saint-Père de souhaiter une fois encore que la conférence de Paris aboutisse aux résultats escomptés.

Le Saint-Siège, a affirmé François, est prêt à offrir tout son soutien pour répondre de manière adéquate au cri de la Terre et à celui des pauvres. Dans un discours centré sur trois principes essentiels : solidarité, justice et participation, le Pape François est revenu sur l’impact écologique des déséquilibres commerciaux et de l’exploitation démesurée des ressources naturelles de la part de certains pays. Ceux-ci, a-t-il martelé, ont le devoir aujourd’hui de donner le bon exemple en limitant la consommation d’énergies non renouvelables et en procurant des ressources aux pays les plus nécessiteux pour promouvoir des politiques et des programmes de développement durable.

Lutte contre la pauvreté et pour les pauvres

Le Pape François préconise en particulier l’adoption de systèmes de gestion adéquate des forêts, des transports et des déchets. Il demande par ailleurs qu’on affronte sérieusement le grave problème du gaspillage alimentaire en favorisant le modèle d’économie circulaire et en encourageant de nouveaux comportements et styles de vie. Le Pape François l’a redit : il souhaite que la lutte contre la dégradation de l’environnement aille de pair avec la lutte contre la pauvreté, car les pauvres sont les principales victimes de la crise écologique. Il faut donc favoriser le développement et le transfert de technologies capables d’utiliser le mieux possible les ressources humaines, naturelles et socioéconomiques accessibles au niveau local afin de garantir leur durabilité, y compris sur le long terme.

La situation actuelle requiert l’engagement de tous et l’ouverture d’un dialogue afin que l’humanité utilise correctement le pouvoir sans précédent qui lui a été fourni par la science et la technologie. Il s’agit d’un grand défi culturel, spirituel et éducatif.

(Source : radio Vatican)