Je donne à l'église
nos paroisses
Horaires de messes
GoMesse

Canonisation de Charles de Foucauld

La canonisation du prêtre et ermite français Charles de Foucauld aura lieu le 15 mai 2022 à Rome. Six autres bienheureux et bienheureuses seront eux aussi déclarés saints, dont le père César de Bus, lui aussi français, fondateur de la Congrégation des Pères de la Doctrine chrétienne.

L’inconnue persistait depuis le 3 mai dernier, date à laquelle le Pape François avait validé officiellement sept causes de canonisation dont celle de Charles de Foucauld, à l’occasion d’un consistoire public ordinaire. En raison de la pandémie, aucune date de canonisation n’avait cependant pu être fixée.

Le “frère universel“ et six autres bienheureux seront donc officiellement déclarés saints le 15 mai 2022, 5e dimanche de Pâques, à Rome comme c’est presque toujours le cas pour une canonisation. La Congrégation pour la Cause des Saints a annoncé cette date dans un communiqué publié ce mardi.

Outre Charles de Foucauld, béatifié le 13 novembre 2005 par Benoît XVI, cette canonisation concerne :

  • Lazare Devasahyam Pillai, laïc tamoul, martyr ;
  • Le bienheureux César de Bus, prêtre français, fondateur de la Congrégation des Pères de la Doctrine chrétienne ;
  • Le bienheureux Luigi Maria Palazzolo, prêtre italien, fondateur de l’Institut des Sœurs des Pauvres – Institut Palazzolo ;
  • Le bienheureux Justin Maria Russolillo, prêtre italien, fondateur de la Société des Vocations Divines et de la Congrégation des Sœurs des Vocations Divines ;
  • La bienheureuse Marie-Françoise de Jésus (née Anna Maria Rubatto), religieuse italienne, fondatrice des Sœurs Tertiaires Capucines de Loano ;
  • La bienheureuse Maria Domenica Mantovani, religieuse italienne, cofondatrice et première supérieure générale de l’Institut des Petites Sœurs de la Sainte Famille.

Ces futurs saints «en diverses époques et avec des vocations différentes, ont témoigné, les uns par le don suprême de la vie, les autres par l’exercice héroïque de la charité et de la vertu, de la fécondité de la Pâque du Christ, source d’espérance», avait expliqué lors du consistoire du 3 mai dernier le cardinal Marcello Semeraro, préfet de la Congrégation pour la cause des saints.

La dernière fois qu’une canonisation eut lieu à Rome fut le 13 octobre 2019, peu avant le début de la pandémie de coronavirus. François avait élevé au rang de saints le cardinal John Henry Newman (Royaume-Uni), Marguerite Bays (Suisse), sœur Giuseppina Vannini (Italie), sœur Mariam Thresia Chiramel Mankidiyan (Inde) et sœur Dulce Lopes Pontes (Brésil).

Charles de Foucauld, «un saint de notre temps»

Prêtre français, «pauvre parmi les pauvres» et «frère universel», comme il se définissait lui-même sera canonisé le 15 mai prochain.

Au début du siècle dernier, il a planté les graines de la Parole divine au cœur du Sahara.

Né à Strasbourg en 1858, il devient officier de la cavalerie après avoir fait l’école militaire de Saint-Cyr, puis part explorer le Maroc.

Converti en 1886, après s’être confessé en l’église Saint-Augustin à Paris, il rentre chez les moines trappistes où il prononce ses vœux en 1892.

Sa vie le mènera à Nazareth en Terre Sainte, en Syrie, puis au Sahara, à partir de 1901, après son ordination, où il deviendra « l’apôtre des Touaregs ».

Au plus près de ce peuple, il se met à l’écoute de ces hommes et femmes qui vont lui sauver la vie.

Gravement malade du scorbut, il sera remis sur pieds grâce à la détermination des femmes qui lui feront boire du lait de chèvre.

Les onze dernières années de sa vie au coeur du désert le rapprochent de ce peuple, dont il recueille les poèmes.

Il publiera aussi un dictionnaire de la langue touareg qui fait autorité.

«Je veux habituer tous les habitants à me regarder comme leur frère, le frère universel» disait-il, expliquant aussi qu’il n’était pas venu au désert pour convertir les Touaregs mais pour essayer de les comprendre.

Charles de Foucauld sera assassiné le 1er décembre 1916 devant la porte de son ermitage.