Grande quête diocésaine : pour que l’esprit demeure

Comme chaque début d’année, l’archevêché organise, les 8 et 9 février, sa grande quête diocésaine. Le fait d’être en régime concordataire n’y change rien : les dons ainsi récoltés sont essentiels au fonctionnement du diocèse. Or, les donateurs ne cessent de vieillir, et les dons de baisser…

Message de Mgr Luc Ravel, archevêque de Strasbourg

Le don est l’essence du message de l’Évangile, il est donc au cœur de la vie chrétienne : « ceux qui font l’aumône seront rassasiés de vie ».

De fait, s’il n’est pas une obligation, comme nous le rappelle Saint Paul, il est une réponse au don suprême du Christ Notre Seigneur.

Certes, le premier don est offert au Pauvre. Mais les nombreux et fidèles donateurs de notre diocèse d’Alsace ont bien compris que l’Église de Pierre doit être également soutenue : à proportion de nos possibilités bien entendu, comme la pauvre veuve de l’Évangile et son offrande.

Nous exigeons de l’Église tout ce dont nous estimons qu’elle nous est redevable, et c’est bien normal ; mais que lui donnons-nous ?

Ah, donner au diocèse peut paraître moins « opérationnel » que de verser à nos institutions caritatives !

C’est pourtant une erreur, il faut bien que toute notre réflexion spirituelle, que tous nos actes dispersés, que cette coulée en fusion se fige au moule de l’ordre temporel. Car sans notre diocèse, ses agents, ses organes, ses services et mouvements, l’Annonce n’est plus possible !

Pour que s’épande toujours de nos clochers sur nos campagnes et nos villes une large volée sonore, pour la fervente vision de Pâques et en tout temps !

Pour que l’Esprit demeure !

Approfondir votre lecture